Quel est l'avenir d'Eurostar dans un contexte de Brexit, de concurrence et de grèves ?

Eurostar est confronté à une série de défis : Brexit, Covid, grèves et concurrents menacent de faire dérailler les opérations.
Eurostar est confronté à une série de défis : Brexit, Covid, grèves et concurrents menacent de faire dérailler les opérations. Tous droits réservés hpgruesen/ Erich Westendarp
Par Rebecca Ann Hughes
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Un passager a juré de ne plus jamais voyager avec Eurostar après avoir vu ses projets de Noël ruinés par des grèves de dernière minute.

PUBLICITÉ

Cette année marque le 30e anniversaire de l'Eurostar, qui transporte des passagers de Londres à Paris et/ou Bruxelles. 

Les premiers passagers payants ont emprunté le service pour traverser le tunnel sous la Manche, en novembre 1994.

Comme l'a rapporté le journal britannique, The Guardian, à l'époque, "on a applaudi la locomotive de 28 millions d'euros qui sortait de Waterloo, on l'a applaudi lorsqu'elle a plongé dans le tunnel à Folkestone et on l'a encore applaudi lorsqu'elle est arrivée, 18 minutes plus tard, à Calais, un record".

Malgré de longs retards pendant la construction du tunnel sous la Manche et une série de problèmes pendant les essais, l'Eurostar a été salué comme faisant partie de l'histoire.

Pendant des années, il a été la pierre angulaire des voyages en Europe et la porte d'entrée la plus pratique et la plus confortable vers le continent pour les Britanniques.

Mais récemment, la société a dû faire face à une série de défis : Brexit, Covid-19, grèves et concurrents qui menacent de faire dérailler les opérations.

Quel est donc le futur d'Eurostar ? La compagnie ferroviaire visionnaire est-elle en bout de course ?

Eurostar peine à s'adapter à la bureaucratie post-Brexit

Le Brexit a été un agent de malheur pour Eurostar à bien des égards.

Suite à la sortie du Royaume-Uni de l'UE, il est désormais obligatoire de tamponner les passeports britanniques aux frontières. À la gare St Pancras de Londres, d'où part l'Eurostar, cette opération est devenue fastidieuse.

Dans un premier temps, ces règles, aggravées par le manque de personnel, ont empêché l'embarquement des passagers à temps.

Ainsi, bien que le premier train de la journée entre Londres et Paris ait une capacité de 900 passagers, Eurostar a dû limiter la vente de billets à 550. Ce qui signifie que 350 sièges restent invendus.

Pour remédier à cette situation, Eurostar a mis en place, l'été dernier, un système SmartCheck qui utilise des données biométriques faciales pour remplacer les contrôles manuels à la sortie du Royaume-Uni, bien qu'il ne soit pour l'instant disponible que pour les passagers Business Premier et Carte Blanche d'Eurostar.

Avant de voyager, les passagers qui optent pour ce service doivent scanner leur passeport et leur visage en même temps que leurs billets sur l'application SmartCheck iProov.me - le fournisseur de solutions biométriques à l'origine du système.

Une fois arrivés à la gare, ils pourront emprunter le couloir SmartCheck dédié avec son point de contrôle biométrique facial de type walk-pass.

Cela leur a permis de ne plus limiter le nombre de passagers, grâce à l'augmentation des ressources policières. Cinquante agents français supplémentaires chargés du contrôle des frontières ont été déployés dans les gares de Paris Gare du Nord et de Londres St Pancras, selon Eurostar.

Les contrôles Brexit pour Eurostar affecteront la liaison Amsterdam-Londres

L'effet de contagion des contrôles frontaliers s'est fait également sentir sur la ligne vers Amsterdam, qui devrait être affectée pendant six mois cette année.

La gare Centraal de la capitale néerlandaise fait l'objet d'importants travaux de rénovation, ce qui signifie qu'il n'y aura pas assez d'espace pour les équipements de sécurité aux frontières et les zones d'attente pour les passagers à destination de Londres.

En conséquence, Eurostar réduira ses trains Amsterdam-Londres de quatre à trois par jour à partir de juin et jusqu'au début de 2025.

PUBLICITÉ

Les passagers retournant à Londres devront changer de train et prendre une correspondance à Bruxelles où les contrôles de sécurité et de passeport auront lieu. Ce changement ajoutera 48 minutes à une heure et 48 minutes au trajet, car les services à destination du Royaume-Uni traverseront la frontière.

En revanche, certains services qui avaient été suspendus ont été rétablis, comme le service Eurostar Snow entre Londres et les Alpes, qui a accueilli plus de 4 000 passagers cet hiver.

Les contrôles frontaliers biométriques post-Brexit pourraient contraindre Eurostar à limiter ses services

Le dernier accroc post-Brexit pour Eurostar est le nouveau système d'entrée-sortie de l'UE (EES) qui doit entrer en vigueur en octobre.

Ce système prévoit des contrôles biométriques pour les citoyens non européens avant d'entrer dans la zone internationale de la gare de Londres St Pancras.

Cela risque d'entraîner de nouvelles longues files d'attente, a averti HS1 propriétaire de la gare et exploitant de la ligne à grande vitesse entre Londres et le tunnel sous la Manche.

PUBLICITÉ
Les règles post-Brexit prévoient des contrôles biométriques pour les citoyens non européens avant d'entrer dans la zone internationale de la gare de Londres St Pancras.
Les règles post-Brexit prévoient des contrôles biométriques pour les citoyens non européens avant d'entrer dans la zone internationale de la gare de Londres St Pancras.Frederic Köberl

Cela pourrait entraîner une nouvelle réduction des services et du nombre de passagers, a ajouté la société.

Le gouvernement français a proposé trop peu de kiosques, ce qui signifie qu'Eurostar aura probablement du mal à traiter le volume actuel de passagers.

"Nous avons travaillé de manière proactive sur les projections afin d'évaluer avec précision nos besoins dans toutes les gares. En conséquence, nous prévoyons d'installer environ 65 bornes de pré-enregistrement dans nos terminaux de St Pancras à Londres et de la Gare du Nord à Paris ", précise un porte-parole d'Eurostar à Euronews.

"Nous renforçons également de manière significative la capacité de contrôle aux frontières avec des cabines manuelles et des portiques électroniques supplémentaires dans les deux gares. Eurostar a investi environ 10 millions d'euros dans le déploiement de solutions pour répondre à ces nouvelles réglementations".

Eurostar est confronté à des rivaux du tunnel sous la Manche qui pourraient réduire les coûts pour les voyageurs

Eurostar doit également faire face à la concurrence sur sa ligne ferroviaire trans-Manche.

PUBLICITÉ

Fin 2023, le nouvel opérateur ferroviaire, Evolyn, a annoncé son intention d'acheter une flotte de 12 trains pour desservir la ligne Londres-Paris.

L'entreprise espagnole, qui compte de mystérieux investisseurs, vise un lancement, en 2025. Ce serait la première fois qu'Eurostar est confronté à la concurrence trans-manche au cours de ses 30 ans d'existence.

En outre, le groupe Virgin, fondé par le milliardaire Richard Branson, pourrait également remettre en cause le monopole d'Eurostar.

Bien que le projet n'en soit qu'à ses débuts, il viserait à desservir les liaisons entre Londres et Paris, Bruxelles et Amsterdam.

À partir de 2028, le nouvel opérateur ferroviaire, Heuro, affirme qu'il ajoutera une autre alternative à l'Eurostar entre Amsterdam, Paris et Londres.

PUBLICITÉ

"Nous voulons simplement faire baisser les prix et faire en sorte que davantage de personnes quittent l'avion et prennent le train", a affirmé le fondateur de la société néerlandaise, Roemer van den Biggelaar, à RailTech.

Pour la liaison Amsterdam-Paris, Heuro prévoit 16 services par jour, tandis que pour la liaison Amsterdam-Londres, il y aura 15 services par jour.

Noël gâché par les grèves de l'Eurostar

Eurostar a également du mal à se faire une réputation après qu'une grève de dernière minute, fin décembre 2023, du personnel français d'Eurotunnel a ruiné les projets de voyage de Noël de milliers de Britanniques.

Ce débrayage surprise a été organisé en raison des primes et des conditions de travail. Certains trains ont été redirigés vers Paris et des milliers de passagers se sont retrouvés bloqués.

Lors de l'incident, un passager frustré a tweeté : "Familles dévastées ici à Londres St Pancras International. Je n'utiliserai plus jamais l'Eurostar".

PUBLICITÉ

Malgré tous ces revers, Eurostar a tout de même annoncé avoir transporté 18,6 millions de passagers en 2023, soit une hausse de 22 % par rapport à 2022, ce qui ramène le nombre de passagers aux niveaux d'avant la crise du Covid.

La société affirme qu'elle reste "absolument engagée dans la croissance du train à grande vitesse en Europe" et espère attirer les passagers avec des options de voyage durables et un nouveau programme de récompenses.

Espérons qu'il y ait une lumière au bout du tunnel pour cette institution vieille de 30 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Espagne envisage d'interdire des vols intérieurs là où prendre le train est possible

Anvers, Innsbruck, Madrid : où se trouvent les plus belles gares d'Europe ?

Comment le changement climatique affecte l'industrie ferroviaire européenne