DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Marseille : le débat sur le port de la kippa

Marseille : le débat sur le port de la kippa
Taille du texte Aa Aa

Ne plus porter la kippa pour se mettre à l’abri des agressions. Le débat, lancé à Marseille après l’attaque d’un enseignant juif, a pris une ampleur nationale. Pour le président du Consistoire Israélite de Marseille, à l’origine de cette recommandation, c’est temporaire, mais nécessaire.

“ C’est de notre devoir de préserver la sécurité de notre communauté. C’est peut-être aujourd’hui, dans une situation exceptionnelle, qu’il faut prendre aussi des décisions exceptionnelles “, a plaidé Zvi Ammar.

“ Je comprends l’inquiétude mais je crois que ce qu’il y a de plus terrible, c’est de donner l’impression à l’ennemi qu’on aurait peur. N’ayons pas peur. Nous ne devons pas donner de signe de faiblesse “, a pour sa part assuré Christian Estrosi.

Si comme beaucoup, le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur appelle à ne rien changer, dans la communauté juive de Marseille, certains s’interrogent sur le port de la kippa.

“ Ca demande du courage. Donc si on a des enfants et qu’on peut être un peu plus discrets, malheureusement, ce sera plus confortable “, confie un homme.

“ Je ne suis pas d’accord du tout avec ce qu’ils disent, parce que se cacher, on n’a pas le droit. On est juifs et fier d‘être juifs. Pourquoi se cacher ? “, s’insurge une femme.

“ J’avais toujours l’habitude de la porter, je la porterai toujours. Je n’ai pas plus peur aujourd`hui qu’il y a 10 ans, 15 ans en arrière “, ajoute un passant.

Lundi, un jeune Turc âgé de 15 ans à peine s‘était jeté sur un professeur devant une école juive armé d’une machette. La victime s‘était défendue et l’assaillant avait été arrêté peu après. Il a été placé en détention provisoire pour tentative d’assassinat.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.