Cinq ans après Fukushima, la mémoire meurtrie d'un Japon, toujours nucléaire

Cinq ans après Fukushima, la mémoire meurtrie d'un Japon, toujours nucléaire
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP, EFE
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Japon commémore toute la journée la catastrophe du 11 mars 2011. Cinq ans après Fukushima, Tokyo réaffirme pourtant son choix du nucléaire.

PUBLICITÉ

Cinq ans après, le Japon se souvient. Il se souvient du séisme, du tsunami et de l’accident nucléaire du 11 mars 2011. Le pays s’arrête, comme chaque année, en mémoire des 18 000 victimes de cette tragédie.
Pourtant malgré la catastrophe de Fukushima, les autorités japonaises persistent dans le choix du nucléaire :
“Il n’y aura pas de renaissance du Japon sans la reconstruction du nord du Japon, déclarait hier le Premier ministre Shinzo Abe. En vertu de cette foi inébranlable, je renouvelle ma détermination à bâtir un nouveau Japon du nord qui soit rempli d’espoir.”

Un rassemblement contre le nucléaire et le redémarrage de réacteurs est prévu en fin de journée à Tokyo. Une majorité de l’opinion publique, traumatisée par le tsunami, serait opposée à la relance des centrales. Aujourd’hui seulement deux réacteurs sont en service, et il reste 43 réacteurs nucléaires potentiellement exploitables, contre 54 avant l’accident de Fukushima. Tokyo s’est engagé à ce que l‘énergie nucléaire fournisse 20 à 22% de l‘électricité. La proportion était de 25 à 30% avant l’accident.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Photos avant/après Fukushima, les cicatrices toujours visibles

Le spectacle des cerisiers fleuris a débuté au Japon

Huit morts après le naufrage d'un bateau pétrolier sud-coréen au large du Japon