Azerbaïdjan : la journaliste Khadija Ismaïlova libérée

Azerbaïdjan : la journaliste Khadija Ismaïlova libérée
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C’est avec un immense sourire qu’elle tombe dans les bras de ses proches.

PUBLICITÉ

C’est avec un immense sourire qu’elle tombe dans les bras de ses proches. La journaliste Khadija Ismaïlova est libre, elle vient de passer 17 mois dans cette prison en Azerbaïdjan.

This picture worth a thousand tweets! HRW</a>&#39;s <a href="https://twitter.com/Giorgi_Gogia">Giorgi_Gogia on his friend #FreeKhadija, free: https://t.co/rCygeB05WRpic.twitter.com/tigGlsKTmI

— Minky Worden (@MinkysHighjinks) May 25, 2016

Dispatches: Leading Azerbaijani Journalist Freed From Prison https://t.co/QjNL76ndMu by Giorgi_Gogia</a> <a href="https://t.co/MME729ohHy">pic.twitter.com/MME729ohHy</a></p>&mdash; Human Rights Watch (hrw) May 25, 2016

Journalist and 2016 laureate of UNESCO</a> World <a href="https://twitter.com/hashtag/PressFreedom?src=hash">#PressFreedom</a> Prize <a href="https://twitter.com/Khadija_Ismayil">Khadija_Ismayil released! https://t.co/V1855bcjyipic.twitter.com/CPBq64jvqu

— Sweden OECD & UNESCO (@SweOECDUNESCO) May 25, 2016

Condamnée en septembre dernier pour activité économique illégale et évasion fiscale, elle a toujours nié et accuse le pouvoir d’avoir inventé ses crimes. Les Occidentaux avaient dénoncé un procès politique.

“Je vais bien sûr aller devant la Cour européenne et je me battrai jusqu‘à ce que toutes les charges soient abandonnées. Et je tiendrai le gouvernement azerbaïdjanais responsable de m’avoir retenu en prison pendant un an et demi, loin de mon travail, de ma famille, de mes élèves.”

.OSCE_RFoM</a>, <a href="https://twitter.com/osce_odihr">osce_odihr welcome release of Khadija Ismayilova https://t.co/0v8fjoXm41#FreeKhadijapic.twitter.com/3404rOi2rU

— OSCE media freedom (@OSCE_RFoM) May 25, 2016

Les ONG de défense des droits de l’Homme dénoncent régulièrement le régime du président Ilham Aliev. Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), qui place l’Azerbaïdjan parmi les dix pires pays du monde en matière de censure, a salué mercredi la libération de la journaliste tout en estimant que Bakou devait aller plus loin.

CPJ calls for removal of all conditions to #Azerbaijan reporter Khadija Ismayilova's release https://t.co/GUazRNhEdr#FreeKhadija

— Nina Ognianova (@Kremlinologist1) May 25, 2016

La réaction de Giorgi Gogia, représentant régional de Human Rights Watch :

“La libération de Khadidja, celle de plus d’une dizaines d’autres militants est une première étape positive, mais ce n’est en aucun cas suffisant. Le gouvernement doit faire beaucoup plus, il doit libérer les autres prisonniers et leur permettre de travailler librement dans le pays.”

Fantastic news from #Azerbaijan! #KhadijaIsmayil is freed on 5 year suspended sentence! Day b4 her 40th Bday! pic.twitter.com/rz2uDC77L0

— Giorgi Gogia (@Giorgi_Gogia) May 25, 2016

#KhadijaIsmayilova’s only crime is that she reported #Azerbaijan gov't corruption & abuses https://t.co/Vk2FQhV8RV#FreeKhadija

— Giorgi Gogia (@Giorgi_Gogia) May 25, 2016

Journaliste d’investigation et militante anti-corruption, Khadija Ismaïlova a été arrêtée alors qu’elle était rédactrice en chef du bureau local de Radio Free Europe, un média financé par les Etats-Unis.
Elle a été récompensée cette année par le prix mondial de la liberté de la presse Guillermo Cano, décerné par l’UNESCO. Malgré son incarcération, Khadija Ismaïlova entend très vite se remettre au travail.

#KhadijaIsmayil says no one can stop her from continuing her work after release #FreeKhadijahttps://t.co/h3pKVCNnPG

— Arzu Geybulla (@arzugeybulla) May 25, 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Radio Liberty bannie de Russie

À Gaza, la guerre est aussi contre les journalistes

Pays-Bas : Neuf hommes jugés pour le meurtre d’un célèbre journaliste sur fond de trafic de drogue