EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Elle fait un AVC et ses supérieurs ne réagissent pas : la Poste poursuivie

Elle fait un AVC et ses supérieurs ne réagissent pas : la Poste poursuivie
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Elle est en arrêt maladie et a une jambe paralysée.

PUBLICITÉ

Elle est en arrêt maladie et a une jambe paralysée. Une factrice de 25 ans poursuit la Poste à Villeneuve d’Ascq pour non-assistance à personne en danger. Elle a fait un AVC alors qu’elle travaillait et ses supérieurs n’ont pas pris au sérieux son malaise. C’est l’insistance d’un collègue membre du CHSCT qui a permis l’intervention des secours après plusieurs heures.

Une factrice de La Poste victime d'un AVC : “Fais ton travail et on appellera les pompiers ensuite” – https://t.co/v79AEnTw8f

— France 3 Nord (@F3nord) 6 septembre 2016

A cause de son comportement, cet employé “s’est retrouvé en conseil de discipline”, qui a recommandé “de le muter”, a indiqué Me Stienne-Duwez. La Poste, dans un communiqué, réfute cette version: cette procédure disciplinaire est “sans aucun rapport avec l’accident de santé”, mais serait liée à une affaire “de harcèlement à l’encontre d’une de ses collègues”. Mais, selon son avocate, qui affirme que son client est suspendu depuis cette affaire, lorsque La Poste parle de harcèlement, c’est précisément “sur une encadrante qui n’a pas appelé les secours”. “Nous attendons la décision de la Poste” sur une éventuelle sanction disciplinaire et “nous saisirons le tribunal administratif de Lille”, a affirmé l’avocate.

La factrice fait un AVC, ses chefs l'obligent à travailler https://t.co/9NQ7RgECVd#Nord

— Le Progrès (@Le_Progres) 7 septembre 2016

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique

France : le puzzle des solutions possibles après l'impasse des législatives

Législatives 2024 : le Rassemblement national en tête, mais sans majorité absolue