DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un avion russe abattu par erreur par la défense syrienne

Un avion russe abattu par erreur par la défense syrienne
Taille du texte Aa Aa

L'armée syrienne a abattu au large de la Syrie un avion de son indéfectible allié russe avec 15 militaires à bord, Moscou faisant toutefois porter mardi la responsabilité à Israël, accusé d'avoir procédé au préalable à des tirs de missiles.

Cet incident inédit est survenu alors que la Russie et la Turquie ont annoncé un accord sur la province d'Idleb, dernier grand bastion insurgé dans le nord-ouest syrien, où une "zone démilitarisée" doit être instaurée, éloignant à court terme la perspective d'une offensive du régime.

Lundi soir, l'Illiouchine-20 russe a été abattu, par erreur selon Moscou, par la défense anti-aérienne syrienne. Celle-ci avait ouvert le feu pour intercepter des missiles --israéliens d'après la même source-- visant des dépôts de munitions dans la province de Lattaquié (nord-ouest), un bastion du président Bachar al-Assad.

Il s'agit de l'incident le plus grave entre les deux alliés depuis que Moscou est intervenu militairement fin 2015 en Syrie pour épauler le régime de Damas, alors affaibli face aux rebelles et aux jihadistes.

L'appareil a été "abattu par un système de missiles S-200" de l'armée syrienne, tuant les 15 membres d'équipage, a annoncé ce ministère cité par les agences russes.

Moscou pointe du doigt Israël

Toutefois, l'armée russe a dirigé sa colère contre Israël, jugée responsable du drame en raison des tirs de missiles sur Lattaquié, imputés par Moscou à quatre F-16 israéliens. "Les pilotes israéliens, en se couvrant avec l'avion russe, l'ont placé sous le feu de la défense antiaérienne syrienne", a asséné le ministère de la Défense russe. "Nous considérons hostiles ces provocations de la part d'Israël" et "nous nous réservons le droit de répondre de manière adéquate", a-t-il averti.

Ces derniers mois, Israël a multiplié les frappes en Syrie contre le régime ou son allié iranien, l’État hébreu martelant qu'il ne permettrait pas à l'Iran de se servir de la Syrie comme tête de pont contre lui.

Israël a exprimé mardi sa "tristesse" après la mort des quinze membres d'équipage d'un avion militaire russe abattu par erreur par la défense anti-aérienne syrienne visant des appareils israéliens, mais a rejeté la faute sur le régime de Bachar al-Assad et ses alliés.

L'armée israélienne a aussi contesté dans un communiqué que son aviation, qui menait alors un raid chez le voisin syrien, s'était servie de l'appareil russe comme couverture pour échapper aux tirs syriens, comme l'ont dit des responsables russes.

Paris dément toute implication

Le ministère russe de la Défense avait également affirmé que des missiles avaient été tirés par la frégate française "Auvergne", qui croisait dans les parages.

Évoquant les frappes sur Lattaquié, un porte-parole de l'armée française a démenti "toute implication (...) dans cette attaque".

Les frappes à Lattaquié visaient "des dépôts de munitions" dans la périphérie de Lattaquié, et elles ont fait deux morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Deux corps ont été retrouvés", a précisé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Il y a au moins dix blessés, dont sept soldats syriens", a-t-il précisé.

Sur le front diplomatique, un accord avait été dévoilé peu auparavant par la Russie et la Turquie sur la province d'Idleb, avec la création prochaine d'une "zone démilitarisée" dans ce dernier grand bastion insurgé.

A court terme, l'initiative éloigne la perspective d'une offensive du régime et de son allié russe, et devait apporter un répit dans un pays en ruine déchiré depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 360 000 morts.

Avec AFP