Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

En France, les "gilets jaunes" s'organisent en vue du blocage

En France, les "gilets jaunes" s'organisent en vue du blocage
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une journée de blocage est à prévoir samedi, en France, avec des manifestations contre la hausse des taxes sur le carburant attendues dans l'ensemble de l'hexagone. Mais reste une inconnue de taille : quelle sera l'ampleur de la mobilisation ? A Calais, dans le Nord, les gilet jaunes s'organisent.

« On va être dans les rues et dire clairement au gouvernement qu’il y en a ras-le-bol", explique Kevin, l'un des organisateurs, "qu’il faut qu’il démissionne, et qu’il nous baisse un peu nos taxes et qu’il nous augmente un peu les salaires, et qu'il arrête de faire des promesses en l'air ».

« Ce qu'on va faire c’est bloquer les grosses structures », indique Yohan, « là où les gens vont faire leurs courses, faire leur plein de gasoil, et c’est toutes des taxes qui sont données à l’Etat. Et en fait en bloquant ça, on bloque l’Etat aussi, on bloque de l’argent qui rentre à l’Etat. Surtout sur les carburants. Il y aura pas mal de monde. On table, là, sur les voitures, on en a à peu près 160 déclarés, il y en a qui vont venir qui sont pas déclarés, qui veulent pas se faire connaître. Donc... Les gens seront à 3, 4 voire 5 par voiture. Je pense que ça va représenter plus de 1.000 personnes ».

Seules une centaine de manifestations ont été déclarées en préfecture, mais les forces de l'ordre attendraient plus de 1 500 rassemblements sur l'ensemble du territoire français et redoutent un mouvement spontané de grande ampleur. Un véritable casse-tête pour les préfectures, qui voudraient demander des renforts policiers.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a prévenu qu'aucun "blocage total" ne serait toléré.