Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Manfred Weber, pomme de discorde européenne

Manfred Weber, pomme de discorde européenne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Au lendemain des européennes, les groupes politiques favorables à l'Union dominent toujours l'hémicycle, mais déjà, les négociations ont repris pour savoir qui présidera les institutions, et notamment la Commission européenne. Manfred Weber est le "Spitzenkandidat" du PPE, mais le bloc de droite est affaibli, et rien n'est acquis selon le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel.

_"Nous devons trouver les candidats qui seront les plus pertinents pour les différents postes", e_xplique-t-il. "S'il devait y avoir un "Spitzenkandidat", nous avons, par exemple, dans ma famille politique, Margrethe Vestager qui a montré qu'elle était une personne respectée, une bonne commissaire. Je suis sûr qu'elle serait parfaite à ce poste. Je pense qu'il serait faux de dire que Mr Weber n'a aucune chance. Pour moi, ce qui est important dans les prochaines heures et les prochains jours, c'est que les partis pro-européens se mettent d'accord sur ce qu'ils veulent avant de dire qui ils veulent. Je sais que pour certaines personnes, c'est le nom qui prime. Mais c'est ce que nous allons faire qui est plus important à mes yeux".

Du côté de la Hongrie, pas question d'entendre parler de Manfred Weber, lui qui avait déclaré ne pas briguer la présidence de la Commission s'il devait compter sur les voix du Fidesz pour cela, le parti de Viktor Orban ouvertement eurosceptique. Euronews a rencontré le chef de la diplomatie hongroise Péter Szijjártó.

"Nous avons fixé des lignes rouges, comme le fait de respecter le peuple hongrois", indique le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, "mais Manfred Weber l'a malheureusement franchie. Mais d'une manière plus générale, je peux vous dire que nous ne trouvons aucun prétendu "Spitzenkandidat" approprié ou convenable pour la Commission européenne, nous pensons qu'il devrait y avoir quelqu'un d'autre, qui ne figurait pas parmi les "Spitzenkandidat". Nous avons compris que certains dirigeants d'Europe de l'Ouest partageaient cet avis, mais ils ne sont pas aussi directs que nous, donc ils ne disent pas que ces candidats ne conviennent pas, ils préfèrent dire que le concept de Spitzencandiat n'est pas très approprié. Mais ça mène au même résultat".

Les négociations se poursuivront aussi ce mardi soir, lors d'un dîner qui réunira à Bruxelles les dirigeants européens.