DERNIERE MINUTE

Les "Tulipes" de Koons, "c'est la vie"

Les "Tulipes" de Koons, "c'est la vie"
Taille du texte Aa Aa

Une statue géante réalisée par l'artiste américain Jeff Koons intitulée "Bouquet de Tulipes" a été

Une statue monumentale a été dévoilée ce vendredi à Paris : une main tenant un bouquet de tulipes.

il s'agit d'une œuvre de l'artiste américain Jeff Koons.

Elle avait offerte par les Etats-Unis au lendemain des attentats de 2015 et 2016 en France.

L'artiste était présent pour cette cérémonie d'inauguration. "Il y a seulement onze fleurs. La douzième symbolise la perte née des attentats", a expliqué l'artiste américain dans son discours, avant de saluer les familles des victimes des attentats.

Nous sommes bien obligé d'aller de l'avant. Il faut le faire, ne serait-ce que pour nos enfants. Les proches des victimes doivent aller de l'avant. Et cette œuvre se veut un signe de solidarité, et un encouragement à avancer ensemble.
Jeff Koons
Artiste américain
REUTERS/Phillippe Wojazer
Jeff Koons (au centre), Paris, le 04/10/2019REUTERS/Phillippe Wojazer
C'est un témoignage très fort entre les deux pays. Pour moi, (cette œuvre représente) les couleurs de la vie, les racines qui sont là et qui se perpétuent, malgré tous les drames qu'on a subis. Les fleurs représentent la vie.
Patricia Correia
Mère d'une des victimes de l'attentat du Bataclan

Un "Bouquet de Tulipes", une brassée de polémiques

Il aura fallu trois ans avant que cette œuvre ne trouve sa place à Paris. Trois ans de polémiques liées d'abord à l'emplacement choisi pour ce "Bouquet de Tulipes". Jeff Koons avait initialement souhaité qu'elle soit installée près du Trocadéro, entre le musée d'art moderne et le Palais de Tokyo, un lieu fréquenté par les touristes. Devant la levée de boucliers, un emplacement plus discret, visible du petit Palais et à quelques encablures de l'ambassade américaine, avait été choisi sur un jardin municipal.

Autre motif de polémique, la personnalité contestée de l'artiste. Jeff Koons est accusé de faire flamber les prix de l'art contemporain.

Enfin, il y a aussi le coût de l’œuvre, 3,5 millions d'euros financés par des donateurs privés. L'artiste a prévu de reverser les revenus (à hauteur de 80%) perçus au titre de ses droits d'auteur aux associations des familles de victimes. Les 20% restants doivent aller à la Ville de Paris pour la maintenance de l’œuvre.

- avec AFP -

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.