DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La France commande plus de 250 millions de masques, la suite du confinement en réflexion

La France commande plus de 250 millions de masques, la suite du confinement en réflexion
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement français a demandé l'avis de son conseil scientifique sur la suite à donner aux mesures de confinement, prévues pour l'heure pour 15 jours.

Confrontée à un respect inégal des mesures de confinement, la France avait annoncé la multiplication de contrôles et l'interdiction de nombreux lieux publics ont été interdits pour éviter les sorties intempestives, à l'occasion de ce premier weekend de confinement.

La mesure, prévue pour 15 jours, ne va peut-être pas s'arrêter là. Samedi, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé avoir saisi le conseil scientifique créé sur le Covid-19 pour se prononcer sur "la durée" et "l'étendue" nécessaires du confinement. Un avis qui est attendu pour lundi.

250 millions de masques et plus de tests

Face au manque criant de masques, dont se plaignent les soignants et qui a suscité des questions sur la gestion par l'Etat de ses stocks au cours des dernières années, le ministre le la Santé Olivier Véran a indiqué que la France a commandé "plus de 250 millions" de masques.

Le "stock d'État" n'est actuellement que de 86 millions de masques, pour une consommation prévue de "24 millions de masques par semaine", a-t-il précisé. Ce qui risque bien d'être trop peu, car la crise pourrait durer encore des semaines.

"La situation va continuer à s'aggraver avant que les effets du confinement fassent leur effet", a également averti Olivier Véran, estimant le nombre de personnes infectées en France à une large fourchette, "entre 30 000 et 90 000", en raison notamment des nombreuses personnes présentant peu ou pas de symptômes, mais aussi parce que tout le monde n'est pas testé.

"La situation va continuer à s'aggraver avant que les effets du confinement fassent leur effet."
Olivier Véran
Ministre français de la santé

Concernant l'utilisation de tests justement, qui ont été réservés à certaines catégories de populations (fragiles, âgées, femmes enceintes, etc.), le ministre a assuré que les autorités se préparaient à pouvoir "les multiplier au moment ou nous lèverons le confinement".

Avec notamment "l'espoir" de voir se développer "une nouvelle méthode diagnostique plus simple et plus rapide".

Selon les derniers chiffres du ministère, l'épidémie a causé la mort de 562 patients à l'hôpital, soit 112 de plus pour la journée de samedi, et entraîné l'hospitalisation de 6 172 malades, dont 1 525 en réanimation (pour la moitié âgés de moins de 60 ans).

Les sept régions les plus touchées sont le Grand Est, la Corse, l'Ile-de-France, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône Alpes et désormais la Nouvelle-Aquitaine.