EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Coronavirus : comment le confinement est vécu en banlieue parisienne

Coronavirus : comment le confinement est vécu en banlieue parisienne
Tous droits réservés x
Tous droits réservés x
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Rencontre avec un couple de Montreuil, ville située tout près de Paris, qui vit ce confinement depuis bientôt 7 semaines.

Comment le déconfinement est-il vécu en banlieue parisienne depuis près de 7 semaines ? Rencontre avec un couple de Montreuil, ville située tout près de Paris.

PUBLICITÉ

Montreuil, tout près de Paris. Avec plus de 12 000 habitants au km2, cette commune recense une densité de population particulièrement élevée. C'est aussi le cas de nombreuses villes de la banlieue parisienne.

Romaric et Arnaud vivent dans un petit appartement. Et dans le quartier, le temps commence à se faire long. "On sent le ras-le-bol de certaines personnes, nous on le vit plutôt assez bien", confie Arnaud.

Mais l'après-11 mai n'est pas forcément plus rassurant. "L'après me fait plus peur que maintenant, car on ne sait pas comment les gens vont réagir", explique Romaric. "Je saute pas forcément de joie en me disant que le 11 mai, tout sera ouvert, parce qu'il y a plein de choses qui ne vont pas être accessibles".

Les rares moment pour prendre l'air, c'est quand il faut sortir Brie, dans des rues relativement calmes. "En général, oui, les gens respectent assez les consignes", explique Romaric. "Après il y a des gens qui se sont trouvés un nouveau hobby qui est le jogging, qui ne couraient jamais avant et qui courent, mais oui globalement ça respecte assez", dit Romaric.

Mais qui dit forte densité de population, dit aussi difficulté à se procurer des masques en pharmacie. "Toujours rien, on n'a aucune directive pour l'instant, on est toujours dans l'attente", répond cette pharmacienne.

Mais pour les habitants de Montreuil, comme ailleurs, tout ne reviendra pas à la normale le 11 mai, d'autant plus que le déconfinement est conditionné à une évolution positive de la pandémie et à une baisse de la pression qui pèse sur les capacités hospitalières en Île-de-France, la région la plus touchée du pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Louis Arnaud, l'un des quatre otages français en Iran, vient d'être libéré

Législatives en France : l'accord entre Éric Ciotti et le RN confirmé par Jordan Bardella

Débarquement : en Normandie, des tombes illuminées en l'honneur des soldats