DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'état sanitaire des îles grecques après le Covid-19

euronews_icons_loading
L'état sanitaire des îles grecques après le Covid-19
Tous droits réservés  AP / Dimitris Papamitsos
Taille du texte Aa Aa

Reportage dans des îles grecques après l'épidémie de coronavirus. Sur place, on veut rassurer les touristes pour qu'ils reviennent à tout prix cet été.

Comment avoir accès aux soins quand on est sur un territoire isolé ? La question a pris encore plus d'importance durant l'épidémie de coronavirus.

Nous sommes sur l'île grecque de Naxos. Ici, il n'y a eu heureusement qu'un seul cas positif. Et le coordinateur local du Covid-19, le docteur Vasilis Raptakis, est plutôt confiant pour la suite.

"Je ne suis pas inquiet, dit-il. Nous allons continuer à travailler, et peut-être même plus qu'avant vu qu'on entre dans la période estivale. Beaucoup de gens viennent sur l'île entre juillet, août et septembre. Et ce sera encore le cas cet été, en dépit de la pandémie. En tout cas, nous sommes en mesure de faire face."

Sur l'île voisine de Paros, aucun cas de coronavirus n'a été recensé. Ici, pas d'hôpital, mais un simple centre de santé, qui est tout de même équipé d'un appareil pour faire des tests rapides de détection. A l'heure d'accueillir les touristes cet été, les autorités locales sont confiantes.

"Nous n'avons eu aucun cas de Covid-19 sur l'île, assure Markos Kovaios, le maire de Paros. Dieu nous en préserve, mais si cela devait arriver, nous devrions être en mesure de gérer la situation avec l'aide du ministère de la Santé, pour éviter une propagation de l'épidémie."

"Dans ce centre de santé de Paros, il y a le nécessaire pour faire face. Certes, la chambre d'isolement est petite, mais il y a les équipements, qui émanent de dons privés. Ce qui manque, en fait, c'est un personnel qualifié."

"On essaie de faire de notre mieux, dit la docteure Eleftheria Kapsali, qui travaille là. Le souci, c'est qu'on n'est pas suffisamment nombreux. C'est un problème ancien. Parce que sinon, on a le matériel qui convient. C'est donc plutôt rassurant."

Le directeur de l'établissement, Haralambos Malindretos, tient le même discours. "Ce qu'on peut dire à celles et ceux qui veulent venir à Paros, c'est qu'ils peuvent venir sans crainte. Ici, il y a le soleil, la mer, on mange bien, on a des paysages magnifiques. Ce qui permet d'oublier un peu le coronavirus."

En Grèce, le tourisme représente près d'un tiers du PIB. Le pays a donc vraiment besoin que les visiteurs étrangers reviennent. D'où ce discours rassurant martelé par tous les acteurs.