DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

France : le port du masque obligatoire avancé à la semaine prochaine

euronews_icons_loading
Jean Castex à la tribune de l'Assemblée nationale, Paris (France), le 15/07/2020
Jean Castex à la tribune de l'Assemblée nationale, Paris (France), le 15/07/2020   -   Tous droits réservés  MARTIN BUREAU/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Les députés français ont approuvé à une large majorité la déclaration de politique générale présentée ce mercredi par le nouveau Premier ministre Jean Castex. Lors du vote de confiance, 345 députés ont voté pour, 177 contre et 43 se sont abstenus.

Dans son discours, le chef du gouvernement a fixé plusieurs axes de travail pour les prochains mois, sur fond de crise sanitaire et économique. Voici 8 points à retenir de cette feuille de route.

Sur le port du masque obligatoire, il a finalement décidé d'avancer cette mesure, ce jeudi devant le Sénat.

Masque obligatoire

MARTIN BUREAU/AFP or licensors
Discours de politique générale du Premier ministre français devant les députés, le 15/07/2020MARTIN BUREAU/AFP or licensors

Pour éviter une reprise de l'épidémie de coronavirus, Jean Castex a plaidé pour le développement du port du masque, disant vouloir aller le "plus vite possible" sur l'instauration du port obligatoire du masque dans les lieux publics clos.

La veille, lors d'une interview donnée en marge de la fête nationale, le président Emmanuel Macron avait exprimé le souhait de rendre le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos, en mentionnant le 1er août comme date possible pour la mise en place cette mesure.

Mais Jean Castex va imposer plus vite que prévu cette mesure. Elle deviendra finalement effective dès la semaine prochaine, a-t-il annoncé ce jeudi au Sénat.

"Nous envisagions une entrée en vigueur de ces dispositions le 1er août", a-t-il déclaré, "parce que nous agissons dans une logique préventive et pas sous l'empire de l'urgence. J'ai entendu et compris que cette échéance apparaissait tardive ou suscitait quelque interrogation. Le décret entrera donc en vigueur la semaine prochaine".

"La lutte contre le chômage"

Le Premier ministre a affirmé que la lutte contre le chômage et la préservation de l'emploi seront "la priorité absolue du gouvernement pour les 18 prochains mois".

Il a précisé que "la première urgence" sera les jeunes, "les premiers touchés par la crise" et qu'un plan jeunesse "sera discuté vendredi avec les partenaires sociaux". L'Etat y aidera notamment "avec un dispositif exceptionnel de réduction du coût du travail, à hauteur de 4000 euros par an, pour les jeunes de moins de 25 ans, jusqu'à 1,6 SMIC, dans toutes les entreprises et pour une durée d'au moins un an".

Des coups de pouce à la jeunesse

Le Premier ministre a envoyé plusieurs signaux à destination de la jeunesse, en plus de l'aide à l'accès à l'emploi.

Il a ainsi proposé la mise en place de repas à 1€ pour les étudiants boursiers dans les restaurants universitaires.

Il souhaite également revaloriser l'allocation de rentrée scolaire de 100 euros.

"40 milliards pour l'industrie"

Le gouvernement consacrera 40 milliards d'euros à la reconstruction de l'industrie, dans le cadre du plan de relance économique, a annoncé le Premier ministre Jean Castex.

Notre industrie s'est affaiblie. (...) Nous sommes aujourd'hui trop dépendants de nos partenaires extérieurs, et insuffisamment présents sur certains secteurs stratégiques.
Jean Castex
Premier ministre français

"Faire de l'économie française la plus décarbonée d'Europe"

Le Premier ministre a martelé cette formule lors de la déclaration de politique générale. Il a égrainé les mesures d'un plan de relance "accélérateur puissant de la transition écologique". Il a proposé par exemple de mobiliser "plus de 20 milliards d'euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire les émissions des transports et de nos industries, pour produire une alimentation plus locale et durable, pour soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries, pour mieux recycler et moins gaspiller".

"6 milliards d'euros pour la santé"

Jean Castex a annoncé un plan d'investissement de six milliards d'euros dans le système de santé, venant s'ajouter aux 13 milliards d'euros de reprise de la dette hospitalière d'ores et déjà prévu par le gouvernement.

Ces "six milliards (d'euros) de soutien supplémentaire en investissement" viendront s'ajouter aux 8,1 milliards d'euros déjà annoncés pour améliorer la rémunération des personnels hospitaliers dans le cadre du "Ségur de la santé", a précisé M. Castex.

"Rénovation urbaine"

Le chef du gouvernement a souhaité que la rénovation urbaine de 300 quartiers, sur 450 concernés, démarre avant la fin 2021. "Il faut que d'ici la fin de l'année prochaine, les travaux aient effectivement démarré dans 300 des 450 quartiers concernés", a-t-il affirmé.

"Des juges de proximité"

Jean Castex a annoncé vouloir créer à partir de 2021 "dans les territoires des juges de proximité" dont la mission sera de réprimer "les incivilités du quotidien". "Dans beaucoup de territoires, la petite délinquance, les petites incivilités, le tag, l'insulte, le petit trafic (...) se sont développés au point de gâcher la vie quotidienne des gens. Ils se sont développés car, faute de réponse judiciaire, une forme d'impunité s'est installée", a justifié le Premier ministre.