DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Espagne : la nouvelle vie des sans-abri à la campagne

euronews_icons_loading
Homeless people newly located in the village of Munotello
Homeless people newly located in the village of Munotello   -   Tous droits réservés  Juan Carlos de Santos Pascual / Euronews
Taille du texte Aa Aa

Le minuscule village de Munotello en Espagne a célébré Noël avec sept nouveaux habitants cette année. Deux familles qui ont perdu leur logement en raison de la pandémie. La Fondation Madrina leur a trouvé un nouveau domicile. Une façon aussi de repeupler ce village de 60 âmes.

La première famille est colombienne. Nalliby et Juan ont quatre filles dont la plus jeune habite avec eux en Espagne. "Quand ils m'ont dit que je devais aller au village, je me fichais de savoir à quoi ressemblait la maison, se souvient Nalliby Martinez. L'important, c'était que je puisse rester avec ma fille, qu'elle ait de quoi être à l'abri, qu'elle n'ait pas froid."

Nancy Mamani a fui le Pérou pour l'Espagne avec ses trois enfants. Réfugiée, elle était loin d'imaginer qu'elle perdrait un jour son travail en raison de la pandémie. Et qu'elle devrait quitter la pièce de quatre mètres carrés qu'elle partageait avec ses enfants à Madrid. "Ici il y a un salon, une grande salle à manger, une salle de bain. Je suis heureuse, se réjouit-elle. Et plus que tout, j'aime la chaleur humaine. A Madrid, les gens peuvent être très froids."

A leur arrivée, la fondation s'est assurée que les familles avaient le nécessaire pour vivre quelques mois et elle les a aidés à trouver du travail. "Les gens essaient de les aider. Je pense qu'il y a des gens qui leur ont offert des vêtements, des couvertures et de la nourriture aussi" dit le maire-adjoint José Garcia.

Face au manque de perspectives à Madrid, la Fondation Madrina tente de convaincre les personnes dans le besoin des avantages de la vie à la campagne. "Avant la pandémie, il y avait une, deux, trois, peut-être quatre familles par mois. A présent, il y a quatre familles par jour qui se retrouvent à la rue et qui viennent vous voir avec leurs valises, parfois des femmes enceintes ou avec des nouveaux-nés" alerte Conrado Jiménez, le président de la Fondation Madrina.

Carolina et Cristian sont sur une liste d'attente. Ils sont tous les deux jeunes employés, aujourd'hui au chômage. Leur fille est née pendant le confinement et la grand-mère maternelle ne veut plus s'occuper d'eux. "Elle ne m'a rien donné à manger et c'est pour ça que je viens à la fondation : pouvoir me mettre quelque chose sous la dent, témoigne Carolina Fernandez. Et elle n'a rien donné pour la petite non plus. Donc je viens pour elle aussi."

"La Fondation Madrina espère que ses banques alimentaires ne vont pas devenir celles des SDF, conclue notre correspondant Juan Carlos de Santos. Selon elle, sur le premier semestre 2021, la moitié de ceux qui entrent dans la pauvreté vont devenir sans-abri."