DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Benjamin Netanyahou et le Likoud en tête, mais pas majoritaires à la Knesset

euronews_icons_loading
Benjamin Netanyahou et le Likoud en tête, mais pas majoritaires à la Knesset
Tous droits réservés  Maya Alleruzzo/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

En Israël, les quatrièmes élections générales en près de deux ans n'ont pas permis de dégager un vainqueur incontestable, mais cela n'a pas empêché le premier ministre sortant Benjamin Netanyahou de revendiquer une immense victoire de la droite.

Selon des résultats partiels, Le Likoud remporterait une trentaine de sièges sur les 120 que comptent la Knesset (Parlement), mais il lui faut une majorité de 61 députés pour former un gouvernement. Il pourrait obtenir une cinquantaine de sièges avec ses alliés :

"Ce soir, nous avons réalisé un accomplissement incroyable. Nous avons amené le Likoud à être le plus grand parti d'Israël par une très large majorité."

Le principal leader de l'opposition, Yaïr Lapid et son parti centriste (Yesh Atid = "Il y a un futur") devrait arriver en deuxième position avec entre 16 et 18 sièges à la Knesset et il obtiendrait aussi une cinquantaine de siège avec ses alliés de gauche. Il était heureux de la performance de son parti :

"Je pense que nous pouvons avoir une bonne raison d'être fiers de la façon dont nous nous sommes comportés et encore plus fiers du résultat obtenu. Pour l'instant, Netanyahou n'a pas 61 sièges mais le bloc du changement les a."

L'élection a été perçue comme un référendum pour ou contre Netanyahou, qui revendique la responsabilité de la réussite de la campagne de vaccination en Israël et de l'établissement de la paix avec certains pays arabes. Mais le pays apparaît plus divisé politiquement que jamais, laissant un ensemble de partis mineurs dominer la Knesset.

Les élections montrent aussi un glissement continu vers la droite, signalé par la forte présence d'un parti religieux ultranationaliste et anti-arabe. Et Naftali Bennett et son parti Yamina pourrait avoir à faire un choix cornélien : sauver Netanyahou qui partage ses convictions ou mettre fin à son règne, le plus long de l'histoire d'Israël, en rejoignant une coalition d'opposition.

Benjamin Netanyahou a multiplié les attaques contre Naftali Bennet pendant la campagne et ce dernier a tours été très critique envers la gestion du gouvernement.

Mais désormais Naftali Bennett est considéré comme un possible "faiseur de roi". Sans dévoiler davantage ses cartes, hier soir, il a déclaré : "je vais faire seulement ce qui est dans l'intérêt d'Israël".

Les résultats de ce scrutin devraient être définitifs vendredi, tout n'est pas joué.