This content is not available in your region

Ukraine : un sommet des Vingt-Sept convoqué en urgence jeudi

Access to the comments Discussion
Par Euronews & AFP
Associated Press
Associated Press   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/Copyright 2022 The Associated Press.

Voici, heure par heure, les développements diplomatiques autour de la reconnaissance par Vladimir Poutine des régions séparatistes de l'Ukraine.

Aujourd'hui (mercredi 23 février 2022) :

  • 21h01 : Le Parlement ukrainien a adopté mercredi soir à une large majorité l'introduction de l'état d'urgence nationale face à la menace d'une invasion russe. Au total de 335 députés contre un minimum requis de 226 voix ont voté pour cette décision proposée par le président Volodymyr Zelensky et soutenue plus tôt dans la journée par le Conseil de sécurité national.

  • 19h35 : Selon un haut responsable de la défense américaine à Washington, les forces russes déployées le long des frontières de l'Ukraine sont "aussi prêtes qu'elles peuvent l'être" pour une invasion, si elles reçoivent l'ordre de la lancer. Les autorités américaines estiment que la Russie dispose de plus de 150 000 soldats le long des frontières de l'Ukraine avec la Russie et le Belarus.

  • 19h10 : L'opposante bélarusse en exil, Svetlana Tikhanovskaïa, estime que l'indépendance du Bélarus est menacée par les troupes russes présentes dans le pays. Le Bélarus doit se battre pour "son indépendance" et contre la "dictature", estime-t-elle.

  • 18h40 : Une nouvelle cyberattaque a visé ce mercredi plusieurs sites officiels ukrainiens rendus inaccessibles, a annoncé un haut responsable gouvernemental. Les pages d'accueil des sites du ministère des Affaires étrangères et celui du Cabinet des ministres étaient ainsi inaccessibles.

  • 17h40 :Le conflit pourrait se traduire par "une nouvelle crise de réfugiés" avec "jusqu'à 5 millions de personnes supplémentaires déplacées", a averti mercredi l'ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, devant l'Assemblée générale des Nations unies.

  • 16h48 : un soldat ukrainien a été tué mercredi dans un bombardement des séparatistes prorusses sur la ligne de front dans l'est de l'Ukraine, a annoncé l'armée, dans un contexte de tensions croissantes.

  • 16h18 :un sommet des Vingt-Sept est convoqué en urgence jeudi pour discuter de la situation en Ukraine, annonce le Conseil européen. Le sommet, en présentiel, aura lieu à partir de 20h.
  • 16h15 : Le monde est face à "un moment de péril", avertit le chef de l'ONU António Guterres.
  • 15:50 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demande des "garanties de sécurité" pour son pays de l'Occident et de Moscou. "Je crois que la Russie doit être parmi les pays donnant ces garanties de sécurité claires", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse avec ses homologues polonais et lituanien.
  • 15:11 : "La Turquie ne _reconnaîtra\__ aucune mesure affectant l'intégrité de l'Ukraine_" a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan à son homologue russe, Vladimir Poutine lors d'un échange téléphonique.
  • 14h06 : Moscou promet une riposte "forte" et "douloureuse" aux sanctions américaines.

"Il ne doit pas y avoir de doute: il y aura une riposte forte aux sanctions, pas forcément symétrique, mais bien calculée et douloureuse pour la partie américaine", a assuré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

  • 13:46 : La Russie a commencé l'évacuation de son personnel diplomatique d'Ukraine. Le drapeau russe ne flottait plus sur le toit de la représentation russe dans la capitale ukrainienne et plusieurs personnes en sortaient avec des valises, selon des journalistes de l'AFP.
  • 13h18 : Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, estime que Vladimir Poutine a déclaré "la négation" de l'Ukraine comme "pays souverain" avec la reconnaissance de deux régions séparatistes de l'est du pays. "D'une manière générale, il ne répond pas aux engagements qu'il prend, ni en public ni en privé", a-t-il regretté lors d'une conférence de presse à Berlin avec son homologue allemande.
Vladimir Poutine a déclaré "la négation" de l'Ukraine comme "pays souverain".
Jean-Yves Le Drian
ministre français des Affaires étrangères
  • 11h27 : Le Conseil de sécurité ukrainien a demandé d'instaurer un état d'urgence dans le pays sur fond de craintes d'une imminente invasion russe.

"Le Parlement ukrainien doit entériner cette décision dans les 48 heures", a déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité et de la défense nationale Oleksiï Danilov à l'issue d'une réunion de cette structure.

  • 10h18 : Le pape François déplore les "scénarios de plus en plus alarmants" qui se profilent en Ukraine et menacent "la paix de tous", alors que les craintes d'une escalade militaire par Moscou sont au plus haut.
  • 09h54 : Les forces armées ukrainiennes annoncent un plan de mobilisation dès mercredi des réservistes sur fond de craintes d'une escalade militaire par Moscou. "La mobilisation concernera les réservistes âgés de 18 à 60 ans", ont précisé les forces terrestres ukrainiennes sur Facebook.

L'Ukraine compte plus de 200 000 réservistes en plus des 250 000 membres des forces armées régulières.

  • 9h46 :La Chine accuse les États-Unis de "mettre de l'huile sur le feu" en Ukraine. "Les États-Unis n'ont cessé de vendre des armes à l'Ukraine, augmentant les tensions, créant la panique et ils ont même exagéré le calendrier d'une guerre", a fustigé devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

  • 9h24 : L'Ukraine a appelé ses ressortissants à quitter "immédiatement" la Russie.

  • 9h07 : La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, estime "hautement probable" que le président russe Vladimir Poutine veuille envahir l'Ukraine et prendre sa capitale Kiev.

  • 7h36 : Le président russe Vladimir Poutine s'est dit ce mercredi "ouvert au dialogue" mais en réaffirmant que les intérêts russes restent "non négociables". "Notre pays est toujours ouvert à un dialogue directe et honnête pour trouver des solutions diplomatiques aux problèmes les plus complexes", a déclaré M. Poutine dans un discours télévisé à l'occasion de la "Journée du défenseur de la Patrie".

  • 7h11 : La présidente de Taïwan condamne la Russie pour avoir ordonné l'envoi de troupes dans les territoires contestés d'Ukraine et a ordonné à l'armée de renforcer sa propre protection contre les tensions croissantes avec la Chine voisine.

  • 6h30 : Le Japon et l'Australie ont annoncé prendre des sanctions, Canberra ciblant les membres du conseil de sécurité russe accusés de "se comporter comme des voyous".

  • 1h41 : Le président vénézuélien Nicolas Maduro a assuré son homologue russe Vladimir Poutine de son soutien dans la crise en Ukraine. "Le Venezuela est avec Poutine, il est avec la Russie. Il (le Venezuela) est avec les causes courageuses et justes dans le monde", a déclaré le président Maduro à la télévision lors du conseil des ministres.

Mardi 22 février 2022

  • 23h58 : Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a annoncé qu'il ne rencontrerait pas comme prévu son homologue russe Sergueï Lavrov, après la reconnaissance par Moscou de deux régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

  • 20h30 : "Il est encore temps d'éviter le pire" en Ukraine, assure Joe Biden, qui autorise le redéploiement de troupes américaines dans les pays baltes, annonce que les Etats-Unis vont continuer à fournir des armes "défensives" à l'Ukraine, et couper la Russie des financements internationaux. Lors de son allocution de la Maison Blanche, le chef d'Etat américain a dénoncé "le début d'une invasion russe de l'Ukraine".

  • 18h40 : Moscou annonce l'évacuation prochaine des diplomates russes d'Ukraine.

  • 18h18 : L'UE approuve un "paquet de sanctions" contre la Russie "à l'unanimité", des sanctions qui feront "très mal à la Russie" selon Josep Borrel, le chef de Diplomatie européenne.

  • 17h40 : Le président russe reconnaît désormais la souveraineté des séparatistes sur l'ensemble des régions de Lougansk et Donetsk. Sa reconnaissance d'indépendance, décidée hier soir, ne se limite donc plus désormais aux seuls territoires séparatistes mais à la totalité des deux régions administratives (oblast) concernées.

  • 17h30 : Vladimir Poutine déclare que les accords de paix en Ukraine "n'existent plus"

  • 17h20 : L'Ukraine, par la voix de son ministre des Affaires Etrangères, demande au Royaume-Uni et aux autres pays européens de lui fournir plus d'armes de défense pour la soutenir face à la Russie. Kiev demande aussi davantage de garanties pour sa "future" adhésion à l'Union Européenne.

  • 17h20 : L'Otan s'attend à une attaque de grande envergure de la Russie (Stoltenberg)
  • 17h15 : Le Sénat russe approuve le déploiement de soldats en soutien aux séparatistes
  • 16h40 : Le Conseil de l'Europe, gardien de l'Etat de droit sur le continent, a affirmé mardi son "soutien indéfectible à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de l'Ukraine" et condamné "fermement" la reconnaissance par Moscou "des soi-disant "républiques populaires" de Donetsk et de Lougansk".
  • 16h14 : Le chef du parti conservateur au pouvoir en Pologne, Jaroslaw Kaczynski, estime que les sanctions contre la politique de Moscou à l'égard de l'Ukraine devraient toucher directement le président Vladimir Poutine et les oligarques russes.
  • 16h00 : Les Etats-Unis haussent le ton en réponse à l'ordre du président Poutine de déployer des troupes russes dans deux zones séparatistes d'Ukraine, qualifiant pour la première fois la manœuvre de "début d'invasion" et promettant de muscler leur riposte.
Nous pensons que c'est, oui, le début d'une invasion
Jonathan Finer
Haut-reposnable de la Maison Blanche
  • 14h45 : Washington "salue" la suspension de Nord Stream 2, et annoncera ses "propres mesures" ce mardi

  • 14h03 : L'Otan convoque une réunion d'urgence ce mardi avec l'Ukraine

  • 13h50 : La Russie n'a "pour l'instant" pas l'intention de déployer des forces dans les territoires séparatistes dans l'est de l'Ukraine, mais le fera en cas de "menace", annonce lundi le vice-ministre des Affaires étrangères Andreï Roudenko.

  • 13h47 : L'Autriche convoque l'ambassadeur russe à Vienne.

  • 13h45 : Le Premier ministre britannique Boris Johnson dit s'attendre à une "longue crise" en Ukraine. Le Royaume-Uni annonce par ailleurs des sanctions visant trois oligarques réputés proches du Kremlin et cinq banques russes. L'ambassadeur de Russie à Londres est convoqué.

  • 12h30 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky indique qu'il envisage de rompre les relations diplomatiques avec Moscou, qu'il accuse de vouloir poursuivre son "agression militaire".
  • 12h15 : L'Ukraine rappelle pour "consultations" son chargé d'affaires à Moscou.
  • 12h00 : Joe Biden publie un décret interdisant toute transaction par des personnes américaines avec les régions séparatistes. La Maison Blanche a promis de "nouvelles sanctions" pour ce mardi.
  • 12h00 : L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) tient une réunion extraordinaire de ses représentants permanents.
  • 11h40 : Le Kremlin se dit "ouvert" à la diplomatie avec l'Occident."La Russie reste ouverte à tous les niveaux aux contacts diplomatiques, la partie russe y a intérêt", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, tout en soulignant que "les contacts au plus haut niveau, même ceux d'urgence, doivent être bien préparés".
  • 4h25 : La Chine appelle à "éviter toute action susceptible d'alimenter les tensions" en Ukraine.
  • 4h00 : "Les frontières de l'Ukraine ne changeront pas", affirme son ambassadeur au Conseil de sécurité de l'ONU.