PUBLICITÉ

"La paix est indispensable à la santé", l'appel vibrant du patron de l'OMS

Patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève, 22 mai 2022
Patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève, 22 mai 2022 Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Là où va la guerre, la faim et la maladie suivent de près", a mis en garde le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un discours d'ouverture de l'Assemblée mondiale de la santé plein d'émotion et de souvenirs, "d'un enfant de la guerre" en Ethiopie.

PUBLICITÉ

La guerre en Ukraine et son cortège de faim et de maladie va peser sur les discussions des 194 pays membres de l'OMS cette semaine pour tenter d'échafauder une réforme du système de santé mondial, dont les faiblesses ont été mises à nu par la pire pandémie depuis 100 ans.

"Là où va la guerre, la faim et la maladie suivent de près", a mis en garde le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un discours d'ouverture de l'Assemblée mondiale de la santé plein d'émotion et de souvenirs, "d'un enfant de la guerre" en Ethiopie.

"La paix est indispensable à la santé", a-t-il martelé, avant de lancer: "Paix ! Paix ! Paix !.

Emmanuel Macron appelle à adopter la résolution de Kyiv

Mais c'est bien la guerre lancée par la Russie contre l'Ukraine, qui va occuper en partie les délégués. 

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé les membres de l'organisation à adopter mardi une résolution initiée par l'Ukraine, qui dénonce les attaques perpétrées par Moscou sur le système de santé mais aussi les gravissimes conséquences de l'invasion sur l'alimentation dans de nombreux pays, qui dépendent du grenier à céréales ukrainien et des engrais russes.

Si le texte condamne fermement la Russie, il ne prévoit "en aucun cas l'expulsion", faisait toutefois valoir un diplomate occidental.

Si la guerre en Ukraine occupe une place prépondérante dans les discussions, les 194 pays membres de l'OMS tenteront également d'apporter des solutions à d'autres urgences de santé, tels que la pandémie de Covid-19 et la prévention des abus et harcèlement sexuel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Variole du singe : 19 pays, hors Afrique, comptabilisent plus de 220 cas

La rougeole revient en force, l'OMS rappelle l'importance de la vaccination

Guerre en Ukraine : les troupes russes gagnent du terrain