Rishi Sunak, chahuté mais combatif pour sa première face aux députés

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews
Premier conseil des ministre de Rishi Sunak, Royaume-Uni, le 26 octobre 2022
Premier conseil des ministre de Rishi Sunak, Royaume-Uni, le 26 octobre 2022   -   Tous droits réservés  Stefan Rousseau/WPA Rota

Le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak a fait face ce mercredi pour la première fois de son mandat aux questions des députés. Un exercice politique particulier, dans un hémicycle où l'opposition a décidé de l'attaquer frontalement

Le leader travailliste Keir Starmer a remis en question sa politique et sa légitimité, Rihi Sunak étant arrivé au pouvoir après un vote interne au parti conservateur, et non pas à l'issue d'élections.

"Même son propre camp sait qu'il n'est pas du côté des travailleurs. C'est pour cela qu'il a été battu par l'ancienne première ministre, la seule fois où il s'est présenté à une élection" a lancé Keir Starmer dans l'hémicycle.

"Alors pourquoi ne laisse-t-il pas les travailleurs s'exprimer et ne convoque-t-il pas des élections générales ?" a-t-il ajouté.

"Notre mandat est basé sur un manifeste sur lequel nous avons été élus. Une élection, que nous avons gagné en 2019, je vous le rappelle et qu'ils ont perdue" a rétorqué le nouvel homme fort du Royaume-Uni, pointant du doigt son adversaire politique. 

"Ce mandat qui dit que nous voulons un système social plus fort, de meilleures écoles, des rues plus sûres, le contrôle de nos frontières et le nivellement par le haut, c'est le mandat que moi et ce gouvernement allons délivrer au peuple britannique" a-t-il dit, acclamé par son camp.

"Le gouvernement va rétablir la stabilité économique et le fera d'une manière juste et empreinte de compassion", a-t-il assuré. "Nous protégerons toujours les plus vulnérables", a-t-il ajouté là où Liz Truss rejetait, une semaine auparavant, toute démission, avant de jeter l'éponge le lendemain.

Rishi Sunak exclut tout scrutinanticipé, qui serait dévastateur pour son camp conservateur, distancé dans les sondages par les travaillistes. Les prochaines élections doivent avoir lieu fin 2024 ou début 2025.

Ses arbitrages budgétaires très attendus mais aussi très redoutés dans le contexte de crise économique et sociale, seront présentés à la mi-novembre.