Sommet du G20 à Bali : une ouverture sous haute tension

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Ouverture du sommet du G20 à Bali, en Indonésie, le 14 novembre 2022
Ouverture du sommet du G20 à Bali, en Indonésie, le 14 novembre 2022   -   Tous droits réservés  DITA ALANGKARA/AFP

Rivalité Etats-Unis-Chine, guerre des puces, tensions avec l’UE... Alors que les protagonistes du conflit en Ukraine seront absents, la réunion économique recèle cette année de multiples tensions diplomatiques.

C’est un sommet du G20 sous haute tension qui s’ouvre ce mardi à Bali. Les dirigeants des 20 économies les plus développées du monde se retrouvent dans un climat économique et géopolitique tendu.

Bien qu’elle ne soit pas au programme officiel, l’invasion de l’Ukraine reste au cœur des débats… Un sujet que son principal responsable, Vladimir Poutine, préfère éviter en annulant sa participation à l’évènement. Les autres dirigeants présents restent cependant déterminés à publier ensemble un communiqué, qui condamne fermement le conflit.

Autre point de tension : la rivalité entre l’Occident et la Chine. Plusieurs réunions bilatérales ont déjà eu lieu en marge du sommet principal, notamment entre Xi Jinping et Emmanuel Macron au cours desquelles plusieurs questions ont été abordées. "Vous avez cité celui du climat, pour n'en citer qu'un et sans doute le plus prégnant, mais aussi les crises internationales comme la guerre lancée par la Russie en Ukraine pour lesquelles le G20 constitue un format approprié", a déclaré le président français au cours de cet échange.

Xi Jinping n'a, quant à lui, fait aucune mention du conflit dans son discours d'ouverture, appelant plus largement les deux pays à maintenir leur coopération.

Le dirigeant chinois a également rencontré pour la première fois son homologue américain. Au cours de cet entretien très attendu, les deux hommes ont abordé la question de Taïwan, des droits de l’Homme et du conflit russo-ukrainien, et se sont déclarés prêts au dialogue malgré leur rivalité.

Un sommet placé, donc, sous le signe de la reprise du dialogue, après deux ans et demi de pandémie de coronavirus.