EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Irlande a-t-elle perdu la foi dans l'Église catholique après les scandales de pédophilie ?

L'Irlande a-t-elle perdu la foi dans l'Église catholique après les scandales de pédophilie ?
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Ken Murray
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Irlande a-t-elle perdu la foi dans l'Église catholique après les scandales de pédophilie ?

PUBLICITÉ

L'Irlande a longtemps été considérée comme le pays le plus catholique au monde. Mais aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Mark Vincent Healy a été agressé sexuellement par un membre de la Congrégation du Saint-Esprit où il était scolarisé dans les années 60 et 70. Des abus qui ont détruit sa vie, témoigne-t-il.

"Cela a eu un fort impact psychologique sur moi et sur la façon dont j'ai pris des décisions sur ce que je voulais faire dans la vie, y compris récemment ; évidemment quand cette affaire a été révélée et a refait surface dans ma vie, tout a changé," confie Mark-Vincent Healy. "Cela fait maintenant seize ans que je cherche à obtenir réparation et justice et la justice a été  lente non seulement pour moi, mais pour de nombreux autres victimes en Irlande," souligne-t-il.

Une Église qui a trop de pouvoir et minimise les faits ?

Alors qu'en 1975, la messe dominicale était fréquentée à 91% en Irlande, elle ne l'était plus qu'à 36% en 2016, selon les chiffres du dernier recensement.

Quant à l'effet des scandales des abus sexuels sur mineurs sur le catholicisme dans le pays, voilà comment le qualifient certains membres du clergé critiques à l'égard de l'institution."Catastrophique, on ne peut pas dire les choses autrement," affirme le Père John Collins, de l'Association des prêtres catholiques irlandais. "Il existait déjà un problème avant que ces scandales n'éclatent dans ce pays, de nombreuses personnes se manifestaient pour dire que celle-ci avait trop de pouvoir, qu'elle avait trop de contrôle sur leur vie et elles rejetaient cela," explique-t-il.

L'attitude de l'Église qui a refusé de verser des indemnités et s'est comportée comme si rien ne s'était passé a été néfaste pour l'institution elle-même, estime Michael Kelly, rédacteur au "Irish Catholic Newspaper".

"Les scandales d'abus sexuels ont été dévastateurs pour l'Église : non seulement les abus eux-mêmes ont été horribles pour les victimes, mais il y a eu aussi le fait que, quand les victimes se sont fait connaître, qu'elles ont parlé aux responsables de l'Église, on les a ignorées, on leur a dit qu'elles inventaient des choses, on a constamment minimisé les faits," estime-t-il.

Une Église "en phase terminale" en Irlande ?

Les catholiques en Irlande ne représentent aujourd'hui, plus que 78% de la population selon le dernier recensement national. La moyenne d'âge des prêtres irlandais était de 70 ans en 2018 selon le "Irish Times".

Alors que les scandales ont entaché son image et que d'autres facteurs peuvent inciter à s'en détourner, l'Église catholique n'a pas d'autre choix que d'évoluer pour assurer son avenir dans le pays.

"L'Église catholique est probablement en phase terminale en Irlande," fait remarquer Patsy McGarry, spécialiste des affaires religieuses au "Irish Times"."Mais ce n'est pas entièrement dû aux scandales d'abus sexuels, c'était déjà une tendance depuis la fin des années 1960, avec l'introduction de la scolarité publique gratuite dans le pays," indique-t-il.

De l'avis général, l'Église catholique d'Irlande est en grande difficulté. Il semble qu'à moins que le Vatican ne modernise ou ne change les règles très rapidement, l'institution soit vouée à une mort lente dans les années et décennies à venir."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un pasteur français menacé de mort après un spectacle de pole dance trop "sexy"

L'Église catholique veut donner plus de place aux femmes

Marc Dutroux : un jardin-mémorial inauguré à la place de la "maison de l'horreur"