Les cinq points à retenir du voyage de Joe Biden en Europe

Joe Biden lors de sa rencontre avec le président Zelinsky à Kyiv
Joe Biden lors de sa rencontre avec le président Zelinsky à Kyiv Tous droits réservés Evan Vucci/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Stefania De Michele(Traduction de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Premier anniversaire de la guerre en Ukraine : les cinq points à retenir du voyage de Joe Biden en Europe

PUBLICITÉ

Les États-Unis ont lancé une nouvelle bouée de sauvetage à l'Ukraine. Lors de sa visite hautement symbolique à Kyiv et à Varsovie, à la veille du premier anniversaire de l'invasion russe, le président Joe Biden a promis de continuer à soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". Voici les principaux points à retenir du voyage de Joe Biden en Europe.

📌Le soutien américain, mais pour combien de temps ?

Selon les données de l'ONG Ukraine Support Tracker, qui répertorie et quantifie l'aide militaire, financière et humanitaire promise par les gouvernements à l'Ukraine entre le 24 janvier 2022 et le 15 janvier 2023, les États-Unis restent largement en tête du classement en termes d'engagements totaux.

L'aide humanitaire est restée relativement constante au cours de l'année, tandis que la part des engagements en matière de soutien financier et militaire a augmenté.

(Graphique tiré de Ukraine Support Tracker)

Pour Scott Lucas, professeur émérite de politique américaine à l'université de Birmingham, la question à se poser est de savoir si cette guerre touche à sa fin : "Le pari de Vladimir Poutine qu'il pourrait prendre Kyiv, qu'il pourrait capturer le président Zelenskyy, voire le tuer, a échoué. Les Russes essaient maintenant de conserver des territoires dans l'est et le sud de l'Ukraine, et ils pourraient lancer une offensive de la dernière chance pour en prendre un peu plus. Quand cela échouera, nous passerons à la phase 2. Elle se déroulera tout au long de cette année. Quelle quantité de territoire l'Ukraine pourra-t-elle / veut-elle - libérer et jusqu’à quel point l’Occident la soutiendra ? Parce que ce ne sera pas une question de jours ou de semaines. Il s'agira de mois."

📌Comment les Américains perçoivent-ils la guerre ?

Le soutien inconditionnel actuel à Kyiv alimente une levée de boucliers de la part des républicains aux États-Unis.

Certains membres du Congrès, menés par la représentante Marjorie Taylor Greene, demandent la fin du soutien sans limite à l’Ukraine. La proposition ne vient certes pas de la direction du parti, mais c'est un problème que Joe Biden ne peut pas sous-estimer.

Mais Scott Lucas ne voit aucune faille dans le consensus : "Combien de temps soutenez-vous des gens qui se battent contre un agresseur qui veut s'emparer de leur pays ? Oui, cela coûte de l'argent. Cela coûte un soutien financier et militaire. Mais trop souvent, nous écoutons la minorité, la roue qui grince et qui obtient la graisse aux États-Unis et dans d'autres pays. Ainsi, vous pouvez avoir, par exemple, une représentante comme Marjorie Taylor Greene, qui se situe à l'extrême droite de la politique, qui est une théoricienne de la conspiration, et qui dit, ne soutenez pas l'Ukraine, ne soutenez pas l'Ukraine. Elle n'est pas la majorité en Amérique. Même le président de la Chambre, Kevin McCarthy, qui a dit qu'il n'y avait pas de chèque en blanc, ne représente pas la majorité. Donc la majorité des Américains soutient toujours les Ukrainiens dans leur lutte contre l'agression."

📌Un avertissement à la Chine ?

La Chine continue de s'abstenir de condamner ouvertement l'invasion russe en Ukraine, mais a toujours nié qu'elle allait envoyer des armes à Poutine. Cependant, Pékin fournit à Moscou certains équipements, comme de petits drones de surveillance - pour mener des opérations de ciblage contre les Ukrainiens.

"Eh bien, il y a certainement des messages qui sont envoyés à tout le monde. Et l'un des messages n'est pas tant la visite de Biden à Kyiv que ce qu'Antony Blinken a dit le week-end dernier au diplomate en chef chinois, Wang Yi, à la Conférence sur la sécurité de Munich, où il a dit, ce n'est pas tolérable si vous fournissez une assistance militaire pour que la Russie puisse poursuivre l'invasion et il y aura des conséquences. Et les Américains disent cela depuis mars, quelques jours après l'invasion."

Jusqu'à présent, les Chinois ont tenu compte de ce message. Ils n'ont pas fourni d'aide militaire significative. Je pense que les Chinois vont être très prudents quant à la mesure dans laquelle ils vont donner tout type de soutien politique ainsi que militaire à une invasion continue de l'Ukraine.
Scott Lucas
Professeur de politique américaine à l'université de Birmingham

📌Le retrait temporaire de Poutine du New START

"Nous n'utiliserons jamais les armes nucléaires en premier, mais si les États-Unis le font, nous devons être prêts" : c'est par ces mots, lors de son discours sur l'état de la nation, que Vladimir Poutine a annoncé la suspension du traité nucléaire New START signé par la Russie et les États-Unis.

Le président russe ne permettra donc pas aux inspecteurs américains de visiter les sites nucléaires russes et se dit prêt à effectuer des essais atomiques.

La stratégie de Poutine, selon le professeur Scott Lucas, est un mélange de propagande et de bluff : "Vladimir Poutine [...] joue la victime. Pauvre, pauvre moi. L'Occident m'attaque. L'OTAN m'attaque. L'Ukraine m'attaquait. Les néonazis m'attaquent. Il met beaucoup de faussetés pour créer ça. Nous savons ce qu'ils sont. Mais en même temps, il joue la victime. Il veut nous aider à avoir confiance et dire, je peux vous avoir. Je peux encore vous avoir. Et donc il nous fait miroiter cette perspective sans dire directement : "J'utiliserai une arme nucléaire". Aurai-je ces armes ? Je me retire du traité qui contrôle ces armes. Alors peut-être. Quand vous frappez un tyran sur le nez, le tyran crie plus fort.

Mais Je ne pense pas que Poutine utilisera une arme nucléaire tactique en Ukraine. S'il le faisait, cela n'aurait pas beaucoup d'effet sur la guerre et cela isolerait davantage la Russie."

📌Les Neufs de Bucarest et les nouveaux équilibres de pouvoir en Europe de l'Est

Les inquiétudes des pays des Neuf de Bucarest (la partie la plus orientale de l'alliance de l'OTAN qui s'est réunie en réponse à l'annexion de la Crimée de l'Ukraine par le président russe Vladimir Poutine en 2014) se sont accrues et étaient au cœur de la rencontre avec Joe Biden.

Beaucoup craignent que Poutine n'engage une action militaire contre eux s'il obtient gain de cause en Ukraine. L'alliance comprend la Bulgarie, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et la Slovaquie.

Mais les premières fissures commencent à apparaître : "Cette réunion réaffirme en quelque sorte non seulement le soutien immédiat à l'Ukraine, mais aussi le réalignement, presque la revitalisation de l'Europe en raison du pari raté de Vladimir Poutine", précise Scott Lucas. "Maintenant, y a-t-il une division ? [...] Eh bien, il se trouve que M. Orban est un ami proche de Vladimir Poutine. Et la Hongrie fera beaucoup de bruit pour savoir si elle veut ou non accepter les sanctions, si l'Ukraine doit continuer à être soutenue ou non. Mais le fait est que si quelqu'un veut rester membre de l'Union européenne et bénéficier des avantages de l'Union européenne, il ne peut pas aller plus loin en menaçant de saper le soutien à l'Ukraine."

PUBLICITÉ

"Donc Orban jouera ce jeu au niveau national avec son public, mais je ne pense pas que cela aura un effet significatif en termes de questions plus larges du soutien régional et international pour Kyiv tout au long de 2023."

A noter que le dixième train de sanctions contre la Russie pour la guerre en Ukraine "sera approuvé par procédure écrite avant le 24 février". C'est ce qu'a assuré le Haut représentant de l'UE, Josep Borrell, lors d'une conférence de presse à Bruxelles à l'issue du Conseil des affaires étrangères.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle attaque des colons israéliens contre un village palestinien

Moyen-Orient : les États-Unis tentent d’éviter une escalade du conflit

Guerre à Gaza : Joe Biden critique "l’approche" de Benjamin Netanyahu