PUBLICITÉ

Frappes russes sur l'Ukraine, alimentation "rétablie" à la centrale nucléaire de Zaporijjia

Trois roquettes russes lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod sont visibles à l'aube à Kharkiv, en Ukraine
Trois roquettes russes lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod sont visibles à l'aube à Kharkiv, en Ukraine Tous droits réservés Vadim Belikov/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Vadim Belikov/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les forces russes ont visé les régions de Kharkiv, Odessa, Kyiv ou Zaporijjia. Il y a plusieurs morts. L'armée ukrainienne dit avoir abattu 34 missiles sur un total de 81.

PUBLICITÉ

Les forces russes ont mené des frappes massives tôt ce jeudi matin à travers toute l'Ukraine, notamment sur les régions de Kharkiv, d'Odessa et de Lviv, des explosions ont été entendues à Kyiv et la centrale nucléaire de Zaporijjia a été coupée du réseau électrique, avant que l'alimentation ne soit rétablie. Il y a plusieurs morts. L'armée ukrainienne dit avoir a abattu 34 missiles sur un total de 81.

Quatre morts dans la région de Lviv, trois mort à Kherson

Une frappe russe a tué au moins quatre civils - deux hommes et deux femmes - tôt ce matin dans la région ukrainienne de Lviv, dans l'ouest du pays, a annoncé le gouverneur régional, en pleine nouvelle vague de bombardements à travers l'Ukraine.

Un missile russe est tombé sur un quartier résidentiel dans le district de Zolotchiv, détruisant trois maisons. "Les débris sont en train d'être déblayés, d'autres personnes peuvent être en-dessous", a-t-il ajouté.

En outre, trois personnes ont été tuées dans un bombardement sur la ville de Kherson, a indiqué le chef de l'administration présidentielle Andriï Iermak sur Telegram.

Des installations énergétiques visées à Kharkiv et Odessa

Depuis le mois d'octobre et après plusieurs revers militaires sur le terrain, la Russie bombarde de missiles et de drones des installations énergétiques-clés d'Ukraine, plongeant à chaque fois des millions de personnes dans le noir et le froid en plein hiver glacial.

Avant l'aube jeudi, à Kharkiv, dans l'Est du pays, "l'ennemi a mené environ 15 frappes sur la ville et la région. Les occupants ciblent une fois encore des installations essentielles", a déclaré sur les réseaux sociaux le gouverneur de la région, Oleg Synegubov."Selon les premières informations, un immeuble résidentiel privé de la région de Kharkiv a été touché", a-t-il ajouté.

Le maire de Kharkiv Igor Terekhov a expliqué que "l'infrastructure énergétique" de la ville, la principale de la région, avait été visée et qu'il y avait des "problèmes" d'électricité dans certains quartiers.

Des installations énergétiques de Kharkiv avaient déjà été touchées par des frappes russes mi-janvier.

Le gouverneur de la région d'Odessa, Maksym Marchenko, a de son côté rapporté que "des missiles ont frappé l'infrastructure énergétique régionale et endommagé des bâtiments résidentiels", parlant d'une "frappe massive de missiles".

L'attaque, survenue un peu plus d'un an après l'invasion par les troupes russes le 24 février 2022, n'a pas fait de mort, selon le gouverneur, mais des "restrictions d'approvisionnement en électricité" ont été mises en place.

Alimentation "rétablie" à la centrale nucléaire de Zaporijjia

L'alimentation électrique a été "rétablie" à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, occupée par les troupes de Moscou et qui avait été coupée du réseau plus tôt jeudi après une frappe russe, a annoncé l'opérateur électrique ukrainien.

"Les spécialistes d'Ukrenergo ont rétabli l'alimentation électrique à la centrale nucléaire de Zaporijjia, interrompue par les frappes de missiles d'aujourd'hui", a indiqué Ukrenergo dans un communiqué publié sur Telegram.

La Russie a commis jeudi une "violation grave de la sécurité nucléaire" en entraînant la coupure du réseau de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia à la suite d'une frappe, a dénoncé le chef de la diplomatie européenne.

L'interruption de l'alimentation électrique, rétablie jeudi à la mi-journée, a nécessité d'avoir recours aux générateurs diesel de secours pour refroidir la centrale, "ce qui a beaucoup augmenté le risque d'un accident nucléaire au cours des dernières heures", a déploré Josep Borell en marge d'une réunion européenne à Stockholm.

Explosions à Kyiv

Le maire de Kyiv, Vitali Klistchko, a fait état jeudi d'explosions dans le sud de la capitale. La défense aérienne y était déployée, comme dans d'autres régions du pays, selon les autorités.

Dans l'Ouest, le gouverneur de la région de Khmelnytskyi, Segiy Gamaliy, a exhorté les habitants à "rester dans les abris", car "l'ennemi frappe les infrastructures essentielles du pays".

40% des usagers à Kyiv sont privés de chauffage ce matin, a indiqué l'administration militaire de la capitale.

PUBLICITÉ

Bakhmout sur le point de tomber ?

Ces frappes de grande envergure interviennent au lendemain de l'annonce par le patron de l'organisation paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, de la prise de la partie orientale de Bakhmout, petite ville de l'est de l'Ukraine au coeur des combats depuis des mois, malgré une valeur stratégique contestée.

Bakhmout pourrait tomber "dans les prochains jours", a estimé devant la presse le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ajoutant cependant que "cela ne reflète pas nécessairement un quelconque tournant dans la guerre".

Des responsables ukrainiens, y compris le président Volodymyr Zelensky lui-même, ont cependant averti que la chute de la ville pourrait ouvrir la voie à une progression russe dans l'Est.

Ces dernières frappes suivent une rencontre mercredi des 27 ministres de la Défense de l'UE à Stockholm, avec leur homologue ukrainien Oleksiï Reznikov, pour négocier un plan de livraisons d'obus et de munitions à Kiev, qui pourrait être porté à deux milliards d'euros.

Le président ukrainien a accueilli le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à Kyiv mercredi, pour discuter notamment du prolongement d'un accord permettant à l'Ukraine d'exporter ses céréales.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : le chef de l'AIEA dit "essayer" de trouver un compromis sur la centrale de Zaporijjia

Washington prudent face à la menace nucléaire de Moscou, l'UE menace Minsk de nouvelles sanctions

"Je vois le rôle de la Chine plutôt destructeur que constructif" entre Kyiv et Moscou