Soudan : les combats se poursuivent malgré l'annonce d'une nouvelle trêve

Khartoum, capitale du Soudan, le mercredi 3 mai 2023.
Khartoum, capitale du Soudan, le mercredi 3 mai 2023. Tous droits réservés Marwan Ali/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Marwan Ali/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le conflit qui oppose l'armée régulière aux paramilitaires des FSR a déjà fait plus de 550 morts.

PUBLICITÉ

Les combats se poursuivent au Soudan, malgré l’annonce d’un "accord de principe" pour une prolongation d’une trêve jusqu’au 11 mai. Une trêve jamais respectée jusqu’à présent.

Depuis le 15 avril, l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), du général Mohamed Hamdane Daglo, s'affrontent sans répit.

Le conflit a déjà fait au moins 550 morts 5 000 blessés.

Les habitants de la capitale Khartoum tentent eux de survivre au milieu des combats, sans eau ni électricité, à court de nourriture et sous une chaleur écrasante.

Les Nations unies demandent aux deux généraux rivaux des garanties pour acheminer de l’aide humanitaire au milieu des combats.

"Khartoum est en ébullition, le Darfour brûle à nouveau et l'Agence des Nations unies pour les réfugiés a déjà affirmé que plus de 100 000 personnes ont fui et que 800 000 personnes pourraient quitter le pays dans les jours et les semaines à venir. Les combats doivent cesser et cesser maintenant", a déclaré le secrétaire général des Nations unies Antionio Guterres.

L’ONU affirme que six de ses camions ont été pillés alors qu’ils se dirigeaient vers le Darfour, région pauvre de l’ouest du pays.

Premiers ressortissants nigérians évacués

Le Nigeria a par ailleurs annoncé l’évacuation d’un premier groupe de ressortissants.

Selon les autorités nigérianes, le plan d'évacuation concerne plus de 3 500 personnes, mais leur nombre total pourrait être plus important. Plus de 5 000 ressortissants du pays résideraient au Soudan, dont de nombreux étudiants.

Un premier convoi de 13 bus transportant des centaines de Nigérians avait quitté Khartoum jeudi pour rejoindre l'Egypte, où ils devaient initialement voyager par avion vendredi pour Abuja, mais le groupe s'était vu refuser le droit d'entrer dans le pays.

Le Caire avait finalement autorisé lundi leur entrée sur le territoire.

Vingt autres bus ont été affrétés pour évacuer des centaines d'autres ressortissants nigérians encore bloqués au Soudan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Soudan : les combats font rage dans le pays alors que les discussions continuent à Djeddah

Soudan : situation humanitaire "catastrophique", les combats se poursuivent

Famine au Soudan : la communauté internationale promet plus de 2 milliards d'euros d'aide