Le séisme en Turquie a apaisé les relations gréco-turques

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, à droite, s'entretient avec son homologue grec Nikos Dendias, à Adana, en Turquie, le dimanche 12 février 2023.
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, à droite, s'entretient avec son homologue grec Nikos Dendias, à Adana, en Turquie, le dimanche 12 février 2023. Tous droits réservés Ministère grec des Affaires étrangères via AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La diplomatie du séisme, née après les tremblements de terre qui avaient touché les deux pays en 1999, a été réactivée.

PUBLICITÉ

Le séisme qui a durement frappé la Turquie le 6 février dernier a rapproché les deux pays. La Grèce a été l’une des premières nations à venir en aide aux régions dévastées. Réactivant ainsi, la diplomatie du séisme, née après les tremblements de terre qui avaient touché les deux pays en 1999.

'Il est trop tôt pour parler d'une nouvelle page, prévient toutefois Alexandros Diakopoulos, ancien conseiller du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis en matière de sécurité nationale. Les positions des deux parties sont trop divergentes pour que l'on puisse être optimiste quant à une solution. L'amélioration des relations ne signifie pas que les problèmes ont disparu. Cela signifie simplement que nous ne sommes pas dans une situation qui peut conduire à une crise''.

En 1999, lors du Conseil européen d'Helsinki, la Grèce avait adopté une nouvelle approche de la perspective d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne et avait réussi à dissocier l'adhésion de Chypre de la résolution de la question chypriote.

Pour de nombreux observateurs, la diplomatie du séisme ne peut qu’améliorer les relations gréco-turques, après de fortes tensions en mer Egée.

"Je pense que c'est un nouveau départ", estime Soner Cagaptay, directeur du programme de recherche turc pour le think thank américain The Washington Institute for Near East Policy.

"La diplomatie du séisme a vraiment fait la différence en Turquie, poursuit-il. La Grèce a envoyé une énorme quantité d'aide à la Turquie et a également fait un bon travail en termes de diplomatie publique. Ce n'est pas souvent qu'un Premier ministre grec tweete en turc et obtient des dizaines de milliers de likes. Je pense que les citoyens turcs ont vraiment apprécié l'aide apportée par la Grèce, et cette aide a vraiment changé  le regard du pays sur la Grèce. Cela ressemble à ce que nous avons vu en 1999, après le grand tremblement de terre, lorsque les relations gréco-turques sont entrées dans une période de dix ans d'amélioration."

La question est désormais de savoir combien de temps durera cet apaisement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président Erdogan entame son troisième mandat dans une Turquie clivée

Grèce : le mur à la frontière avec la Turquie devrait s'étendre

L'Ukraine visée par "plus de 40 missiles" en une nuit