Le président français Emmanuel Macron veut une France "plus forte" pour contrer l'extrême droite

Le président français Emmanuel Macron, mardi 16 janvier 2024, au palais de l'Élysée à Paris.
Le président français Emmanuel Macron, mardi 16 janvier 2024, au palais de l'Élysée à Paris. Tous droits réservés Aurelien Morissard/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le président français a défendu plusieurs politiques, notamment des réductions d'impôts pour les classes moyennes et l'apprentissage de l'hymne national par les enfants.

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron a promis une "France plus forte" lors d'une conférence de presse de deux heures, alors que le Rassemblement national, parti d'extrême droite, progresse dans les sondages.

Le président français a tenu à montrer que sa politique était fermement axée sur l'ordre public, l'immigration et l'éducation.

La série de réformes d'Emmanuel Macron commencerait par un projet de loi économique destiné à stimuler la croissance et des réductions d'impôts pour les classes moyennes.

Mais il a également préconisé de réglementer le temps passé par les enfants devant les écrans, d'instaurer des uniformes dans les écoles publiques et d'enseigner l'hymne national dès le plus jeune âge.

Le président de 46 ans a promis "audace, action, efficacité" pour les trois dernières années de sa présidence, déjà marquée par la controverse.

La France doit rester la France

Les observateurs considèrent que le discours d'Emmanuel Macron s'inscrit dans le cadre d'une tentative visant à renforcer son héritage et à contester la domination du Rassemblement national d'extrême droite de Marine Le Pen, à l'approche des élections européennes.

Il cherche à tourner la page de la réforme des retraites controversée de l'année dernière et des lois plus récentes sur l'immigration, qui, selon certains, ont montré que le président s'inclinait devant l'extrême droite.

Devant les journalistes, Emmanuel Macron a dénoncé le Rassemblement national comme étant "le parti du mensonge".

Il a mis en garde contre la "zone de danger", les électeurs européens étant de plus en plus nombreux à choisir l'extrême droite.

"En fait, le Rassemblement national est devenu le parti de la colère facile", ajoute-t-il. "Ne nous y habituons pas".

Le président s'est engagé à ce que "la France reste la France".

Un journaliste prend une photo du président français Emmanuel Macron mardi 16 janvier 2024 au palais de l'Élysée à Paris.
Un journaliste prend une photo du président français Emmanuel Macron mardi 16 janvier 2024 au palais de l'Élysée à Paris.Aurelien Morissard/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

Nous devons nous attaquer aux problèmes qui "incitent les gens à voter pour eux", déclare-t-il, notamment la lutte contre le chômage et un meilleur contrôle de l'immigration.

Les électeurs à faibles et moyens revenus étaient les cibles de son discours, qui promettait également de stimuler les entreprises en réduisant les formalités administratives.

Il a également expliqué comment il comptait préserver le système de santé français en difficulté et accélérer les changements dans les écoles. Il a plaidé en faveur de l'uniforme dans les écoles publiques, de l'apprentissage de l'hymne national dès le plus jeune âge et de l'établissement d'une période de formation de deux semaines dans les lycées afin de promouvoir les valeurs françaises et d'encourager les jeunes à rendre service à la communauté.

En l'absence de majorité au parlement, Emmanuel Macron a suggéré que bon nombre de ces changements pourraient être mis en œuvre sans adopter de nouvelles lois.

La France sur la scène internationale

"Il me reste trois ans et demi de mandat", ajoute le président, décrivant son ambition de changer à la fois la vie quotidienne des Français et de s'attaquer aux crises mondiales.

Il a promis de rendre la France "plus juste et plus forte" pour faire face aux crises mondiales, annonçant des plans pour livrer plus de missiles de croisière à longue portée ainsi que des bombes à l'Ukraine.

Emmanuel Macron a également proposé une initiative conjointe avec le Qatar pour servir de médiateur dans le cadre d'un accord entre Israël et le Hamas, afin de permettre la livraison de médicaments à environ 45 des plus de 100 otages israéliens détenus à Gaza.

PUBLICITÉ

Le dirigeant français a également laissé entendre qu'il trouverait des moyens de travailler avec Donald Trump au cas où celui-ci remporterait une autre présidence.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Taylor Swift pourrait-elle arrêter la montée de l'extrême droite en Europe ?

France : un nouveau gouvernement avec Rachida Dati à la Culture

Gabriel Attal : le plus jeune Premier ministre français