PUBLICITÉ

Grèce : le chômage augmente, les salaires restent bas

La Confédération générale des travailleurs grecs demande le rétablissement des conventions collectives en Grèce.
La Confédération générale des travailleurs grecs demande le rétablissement des conventions collectives en Grèce. Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le taux de chômage en Grèce reste supérieur à 10 %. De nouveaux emplois ont été créés, mais les grecs restent très peu rémunérés.

PUBLICITÉ

Le chômage est le deuxième problème le plus préoccupant pour les Grecs, après la hausse des prix. Il a atteint un niveau record en 2013 (plus de 27 %). Il a baissé depuis, mais reste supérieur à 10%.

De nouveaux emplois ont été créés, mais Nancy Rizou, que nous avons rencontrée lors d'une manifestation pour réclamer de meilleurs salaires, affirme que les Grecs sont très peu rémunérés.

Nancy est employée d'un magasin de jeux, elle raconte : "Je travaille six heures par jour, six jours par semaine. Je suis considérée comme une employée à temps partiel et je suis payée au salaire minimum. Cela représente 605 euros nets par mois." Mais cet argent n'est pas suffisant "du tout", selon elle. Et il est trop compliqué de trouver un autre emploi. 

Stelios Daskas, père de deux jeunes enfants, travaille comme agent de sécurité depuis 20 ans. Il a dû intenter une action en justice contre son employeur pour qu'il lui verse la rémunération supplémentaire prévue par la loi pour les heures supplémentaires et les nuits de travail. Il déplore "Je gagne aujourd'hui 850 euros par mois, après une longue bataille juridique au cours de laquelle je n'ai pas eu entièrement gain de cause. Je demandais à être rémunéré pour les heures supplémentaires et le travail de nuit. Pour joindre les deux bouts, nous sommes obligés soit de prendre un deuxième emploi, soit de nous "serrer la ceinture", mais jusqu'où peut-on aller ? Qu'y a-t-il d'autre à couper ? On se prive de choses pour ses enfants ou pour soi-même".

Nancy et Stelios ont participé à une manifestation organisée par la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE) pour demander le rétablissement des conventions collectives en Grèce. L'un des plus lourds héritages de la crise de la dette en Grèce est la suspension des conventions collectives. Malgré la reprise du pays, très peu d'entre elles sont entrées en vigueur, à l'exception du secteur du tourisme. 

Les syndicats affirment que les conventions collectives permettent aux travailleurs et aux employés de demander de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Dans l'UE, la plupart des travailleurs sont régis par une convention collective.

Selon Dimitris Tachmatzidis, Président adjoint de la GSEE : "Dans l'Union européenne 27,86% de la population active est couverte par une convention collective, en Grèce ce chiffre n'est que de 24% pour les travailleurs du secteur privé".

Les mauvaises conditions de travail maintiennent une grande partie de la population active en Grèce en dehors du marché du travail. Certains analystes estiment que, dans ces conditions, le taux de chômage restera à 10 % pendant encore une décennie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Islandaises en grève pour l'égalité salariale

Amazon va licencier 18 000 employés, un record dans l'histoire de l'entreprise

Transports, santé : pas de répit sur le front des grèves au Royaume-Uni