EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"J'avais peur à chaque seconde", une Ukrainienne se souvient de sa vie sous l'occupation russe

Anastasiia.
Anastasiia. Tous droits réservés Photo provided by Anastasiia.
Tous droits réservés Photo provided by Anastasiia.
Par Johanna Urbancik
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Anastasiia vivait à Kherson et se préparait à la naissance de son deuxième enfant lorsque la Russie a lancé son invasion de l'Ukraine. Ne voulant pas vivre sous occupation, elle a décidé de partir.

PUBLICITÉ

Anastasiia se souvient s'être réveillée en état de choc et d'incrédulité à cinq heures du matin le 24 février 2022. "Je me suis réveillée parce que nos amis nous ont appelés pour nous dire que les chars russes arrivaient de la Crimée occupée", se souvient-elle, ajoutant qu'elle n'a vraiment compris la gravité de la situation que lorsque l'école maternelle de sa fille l'a informée, quelques heures plus tard, qu'elle n'ouvrirait pas ses portes. "D'habitude, ils sont toujours ouverts, même pendant les vacances", explique-t-elle.

"Nous ne savions pas si Kyiv était occupée"

Anastasiia pensait que les forces russes feraient demi-tour. Au bout de quelques jours, Kherson, où elle vivait, a été occupée. Anastasiia, qui était enceinte, s'est retrouvée avec son mari et sa petite fille, à vivre sous l'occupation russe. Elle se souvient qu'au cours des premières semaines, la nourriture s'est raréfiée et les gens ont eu peur de mourir de faim.

Des soldats russes face à des manifestants ukrainiens à Kherson.
Des soldats russes face à des manifestants ukrainiens à Kherson.Anastasiia

"C'était le chaos. Les gens essayaient de dévaliser les supermarchés et personne ne pouvait les blâmer", se souvient-elle. "Il n'était pas prudent de quitter la maison", dit-elle, ajoutant que rester à l'intérieur n'était pas plus sûr. Environ un mois plus tard, les approvisionnements russes sont arrivés de la Crimée occupée et la situation s'est quelque peu stabilisée.

Outre l'accès limité à la nourriture au cours du premier mois, Anastasiia se souvient que leurs cartes SIM ukrainiennes ne fonctionnaient plus, ce qui signifie qu'ils n'avaient aucune idée de ce qui se passait dans le reste du pays. "Nous ne savions pas si Kiev était occupée", dit-elle.

"Kherson, c'est l'Ukraine"

Les habitants sont descendus dans la rue pour protester, quelques semaines seulement après l'occupation de Kherson par la Russie. Ils portaient des drapeaux ukrainiens et des pancartes telles que "Kherson est en Ukraine". Anastasiia se souvient avec effroi de cette manifestation.

"Nous avons connu deux révolutions au cours des deux dernières décennies. Lorsque nous ne sommes pas satisfaits de quelque chose, nous manifestons", explique-t-elle. En fin de compte, la manifestation de mars 2022 a été dispersée par les soldats russes avec force, à l'aide de tirs, de grenades assourdissantes et de balles en caoutchouc. Plusieurs personnes auraient été blessées.

Des manifestants à Kherson.
Des manifestants à Kherson.Photo provided by Anastasiia.

D'après la lettre d'un dénonciateur du FSB qui aurait fait l'objet d'une fuite, il était prévu de mettre en œuvre une "grande terreur" pour réprimer les manifestations à Kherson, indiquant que les habitants seraient "sortis de chez eux au milieu de la nuit", comme l'a rapporté The Times.

"Les manifestations ne se sont pas arrêtées pour autant. Il existe un mouvement appelé "Ruban jaune". Certaines personnes mettent des petits rubans jaunes [ou des drapeaux ukrainiens] dans la rue, sur des arbres ou des grilles, et quand on les voit, c'est un signe de résistance, et on sait qu'on n'est pas seul", raconte Anastasiia. Le fondateur du mouvement, Ivan, a déclaré dans une interview accordée au journal Kyiv Independent que le concept du "Ruban jaune" était de faire en sorte que les actes de résistance soient simples, sûrs et accessibles pour les gens de tous les jours. Selon le Kyiv Independent, le mouvement compte désormais 12 coordinateurs dans les principales villes occupées.

Les personnes prises en flagrant délit de participation au mouvement du Ruban jaune subissent de graves répercussions de la part des autorités contrôlées par la Russie, notamment des accusations fabriquées de toutes pièces, qui conduisent à l'emprisonnement. Cette répression s'inscrit dans le cadre des efforts plus vastes déployés par la Russie pour étouffer l'opposition populaire ukrainienne à son occupation du territoire ukrainien.

Selon l'organisation Human Rights in Ukraine, Mykola Onuk, 35 ans, a été condamné le mois dernier à cinq ans de prison sur la base "d'accusations secrètes, et presque certainement fabriquées, lancées plusieurs mois après sa détention, probablement pour des graffitis pro-ukrainiens associés au mouvement de résistance pacifique 'Ruban jaune'".

Quelques semaines plus tard, les habitants de Kherson se sont vu proposer des cartes SIM russes, que beaucoup ont acceptées en désespoir de cause. C'est alors qu'elle a pu se tenir au courant de tout ce qui s'était passé jusque-là, comme le siège de Marioupol.

Un abri anti-aérien à la maternité de Kherson.
Un abri anti-aérien à la maternité de Kherson.Anastasiia

Anastasiia accouche alors qu'elle vit sous l'occupation

Le 9 mars 2022, les forces russes ont bombardé un hôpital pour enfants. Au moins quatre personnes ont été tuées, 16 ont été blessées et l'attaque a entraîné la naissance d'au moins un enfant mort-né. Anastasiia, qui était enceinte à l'époque où Kherson était sous occupation russe, était presque à terme. Elle a été terrifiée en voyant les photos et en lisant ce qui s'est passé à Mariupol.

"J'avais vraiment peur. Sortir de la maison pendant la nuit était dangereux, alors mon médecin et moi avons décidé que j'aurais une césarienne au lieu d'attendre l'accouchement", se souvient-elle. "C'était absolument terrifiant. J'avais l'impression de risquer non seulement ma propre vie, mais aussi celle de mon bébé", raconte Anastasiia.

J'avais l'impression de risquer non seulement ma propre vie, mais aussi celle de mon bébé
Anastasiia

Heureusement, la naissance de son deuxième enfant s'est bien déroulée et Anastasiia et son fils étaient en bonne santé. Les forces russes ayant incendié le bureau régional du Service national des migrations d'Ukraine, elle n'a pas pu faire délivrer les papiers de son fils.

Anastasiia et son mari après la naissance de leur enfant.
Anastasiia et son mari après la naissance de leur enfant.euronews

Les citoyens ukrainiens menacés de perdre la garde de leurs enfants

Dans les territoires temporairement occupés de Louhansk et de Donetsk, la possession d'un passeport russe est essentielle pour prouver que l'on est propriétaire et pour conserver l'accès aux soins de santé et aux prestations de retraite. Le fait de ne pas obtenir le nouveau passeport obligatoire avant le 1er juillet 2023, comme l'exige une nouvelle loi russe dans les territoires occupés, peut conduire à l'emprisonnement en tant que "citoyen étranger", au risque de perdre la garde des enfants, d'être emprisonné, voire pire.

PUBLICITÉ

L'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) a récemment rapporté que dans l'oblast de Luhansk occupé par la Russie, les hôpitaux menacent de retirer les nouveau-nés aux mères si aucun des parents ne peut prouver sa citoyenneté russe, selon Artem Lysohor de l'administration militaire régionale de Luhansk.

À partir du 6 mai 2024, la preuve de la citoyenneté russe sera exigée pour que les parents puissent quitter l'hôpital avec leur nouveau-né. L'ISW rapporte que cette action viole la Convention sur le génocide, qui interdit les mesures visant à empêcher les naissances au sein d'un groupe.

"J'avais peur tous les jours

Alors qu'elle vivait sous l'occupation à Kherson, Anastasiia se souvient d'avoir été terrifiée tous les jours. "Les téléphones étaient contrôlés régulièrement. Ils vérifiaient les messages, les chaînes Telegram auxquelles on était abonné et même les photos. Nous devions tout effacer. Tout ce qui était pro-ukrainien était dangereux. S'ils trouvaient quoi que ce soit qui vous relie aux forces armées ukrainiennes, vous étiez emmené dans un camp de filtration".

Les Ukrainiens vivant sous l'occupation russe risquent aujourd'hui jusqu'à 20 ans de prison pour avoir exprimé des opinions pro-ukrainiennes. En outre, des rapports font état de perquisitions dans les maisons et d'enlèvements d'enfants et d'adultes qui sont ensuite déportés vers la Russie.

PUBLICITÉ

"Je pense qu'ils voulaient utiliser Kherson comme un "modèle", explique Anastasiia. "Par rapport à Donetsk, Louhansk et la Crimée occupées, il n'y a pas eu de combats et de bombardements actifs dans la ville", se souvient-elle.

LesRusses ont pillé des musées, comme le musée d'art contemporain de Kherson, et détruit des livres ukrainiens, ce qui est bien documenté. Des artistes, comme Viacheslav Mashnytskyi, ont mystérieusement disparu pendant l'occupation de Kherson. À l'heure actuelle, on ne dispose d'aucune information sur le lieu où il se trouve ni sur son sort.

"La culture peut être un outil de résistance, un vecteur de mémoire et d'autodétermination, de liberté et de pensée indépendante. Elle peut également être un outil d'expansion, de déplacement d'une autre culture, un outil de pouvoir. C'est pourquoi, dans les territoires occupés, les agents culturels deviennent des cibles prioritaires pour les soldats russes", explique Natalia Matsenko, commissaire d'une exposition.

La culture peut être un outil de résistance, un vecteur de mémoire et d'autodétermination, de liberté.
Natalia Matsenko

"Les occupants tentent souvent de rallier à eux des personnes issues de la sphère créative, en les forçant à collaborer. En cas de refus, ils les détruisent, les emprisonnent ou les privent de leur voix de quelque manière que ce soit. Cette tradition n'est pas nouvelle : à l'époque soviétique, en particulier sous la répression stalinienne, ce sont précisément les personnalités culturelles en désaccord avec les autorités qui ont été exterminées, car elles représentaient la plus grande menace pour la stabilité du régime. Des milliers d'écrivains, d'artistes, de comédiens, de musiciens ont été fusillés, emprisonnés ou envoyés en exil", ajoute-t-elle.

PUBLICITÉ
Natalia Matsenko.
Natalia Matsenko.Daniel Sadrowski

La commission de la culture de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a récemment reconnu que l'effacement de l'identité culturelle ukrainienne était utilisé par la Russie comme une arme dans sa guerre contre l'Ukraine. Cet acte est considéré comme une facette d'une politique génocidaire visant à anéantir la nation ukrainienne.

Prendre le risque de quitter Kherson occupée

Vivant dans de telles conditions et craignant constamment pour sa vie et celle de sa famille, Anastasiia a voulu quitter Kherson. "J'avais un enfant de deux ans et un nouveau-né, je ne voulais pas qu'ils grandissent dans ces conditions", a-t-elle déclaré.

Il existe des couloirs humanitaires qui devraient permettre aux Ukrainiens de quitter le territoire ou la ville occupée par la Russie, mais ils ne sont pas sûrs. "Ces couloirs sont souvent bombardés ou les soldats tirent sur les personnes qui tentent de quitter les lieux avec leurs voitures", explique Anastasiia. Cela montre donc à quel point les personnes qui tentent de quitter les territoires occupés sont désespérées, comme cette femme de 98 ans qui a marché près de 10 kilomètres pour atteindre le territoire contrôlé par l'Ukraine.

Consciente de ce risque, Anastasiia a tout de même décidé d'organiser le voyage de sa famille pour fuir l'occupation au cours de l'été 2022. Son mari n'était pas sûr de lui au début, car il pensait qu'ils risquaient d'être tués par les forces russes sur leur chemin. Finalement, ils ont décidé de quitter leur maison et se sont embarqués pour un voyage dangereux qui les a obligés à franchir une quarantaine de postes de contrôle russes. Arrivés au dernier point de contrôle, ils ont été accueillis par une longue rangée de centaines de voitures.

PUBLICITÉ
Des véhicules de l'armée russe à Kherson.
Des véhicules de l'armée russe à Kherson.euronews

"Au dernier poste de contrôle, près de 700 voitures attendaient d'être mises à l'abri en Ukraine. Ils traitaient environ 100 voitures par jour. Nous étions le numéro 690", se souvient Anastasiia. En désespoir de cause, elle a demandé à un soldat s'ils pouvaient, d'une manière ou d'une autre, ouvrir une autre ligne, car ils avaient un enfant en bas âge et un nouveau-né avec eux. "Je les ai suppliés : Nous avons deux petits enfants, laissez-nous partir". Anastasiia a eu de la chance et une deuxième voie a été ouverte pour les personnes accompagnées d'enfants de moins d'un an. Ils n'ont eu à attendre qu'une journée pour atteindre le dernier point de contrôle.

Je les ai suppliés : Nous avons deux petits enfants, s'il vous plaît, laissez-nous partir.
Anastasiia

Là, leur voiture a été contrôlée. "Ils ont apporté nos téléphones, nos ordinateurs portables et tous les autres appareils électroniques à un autre garde qui les a contrôlés", se souvient-elle. "D'autres soldats ont vérifié tout ce qu'il y avait dans notre voiture, chaque chaussure". Terrifiée à l'idée d'être renvoyée ou, pire, tuée, Anastasiia s'est sentie soulagée d'un poids énorme lorsqu'elle et sa famille ont été autorisées à passer.

Le 23 septembre 2022, la Russie a organisé des "référendums" pour annexer quatre régions occupées de l'Ukraine. Les autorités ukrainiennes ont rapporté que des personnes avaient été empêchées de quitter certaines zones occupées pendant les quatre jours du vote, que des groupes armés étaient entrés dans les maisons et que des employés avaient été menacés de perdre leur emploi s'ils ne participaient pas au scrutin.

Moins d'un mois plus tard, Kherson a été libérée par les forces armées ukrainiennes le 11 novembre 2022. Une partie de l'oblast, le territoire situé sur la rive gauche du Dniepr, est toujours sous contrôle russe.

PUBLICITÉ
Un véhicule militaire russe détruit.
Un véhicule militaire russe détruit.Anatasiia

Anastasiia et sa famille ont fini par déménager à Kiev. Là, Anastasiia a dû enfin obtenir les papiers de son fils, ce qui lui a pris environ un mois pour prouver, à l'aide de scans et d'autres documents, qu'elle était bien sa mère. Le fait de ne plus vivre sous l'occupation n'a pas fait disparaître sa peur constante.

"J'ai peur tous les jours. La terreur russe repose sur l'imprévisibilité, et je sais que mes chances d'être tuée sont bien moindres que dans un accident de voiture. Mais j'ai l'impression que je peux influencer ma sécurité en voiture en étant prudente. En attendant, la source de danger reste imprévisible et effrayante", explique Anastasiia.

Le déménagement à Kiev n'a pas été le seul changement dans sa vie. Le russe est sa langue maternelle, mais depuis l'invasion totale, elle ne veut plus le parler. "Depuis l'invasion, je me suis documentée sur l'histoire de l'Ukraine et sur la façon dont l'identité et la culture ukrainiennes ont été réprimées par les Russes au cours des siècles. Je parle désormais ukrainien, la langue maternelle de mes enfants est l'ukrainien. J'ai l'impression d'avoir enfin récupéré mon identité ukrainienne", déclare Anastasiia.

Geler la guerre

Depuis le début de l'invasion russe, des appels à la négociation et à l'apaisement ont été lancés au président russe Vladimir Poutine. En mars, le pape François a "conseillé" à l'Ukraine d'avoir le courage de hisser le "drapeau blanc" et de négocier la fin de la guerre avec la Russie.

PUBLICITÉ

Pour les Ukrainiens, "geler la guerre" signifie vivre sous occupation. Vivre sous l'occupation russe signifie vivre dans une peur constante, faire face à des menaces de violence et endurer de profondes difficultés, comme le montrent les récits poignants de viols et d'autres crimes de guerre.

Anastasiia ne comprend pas les appels à geler la guerre. "Geler la guerre dans les territoires occupés conduirait à un exode massif de ceux qui ont les moyens de partir. Seuls les personnes âgées, les malades et ceux qui n'ont pas les moyens de repartir à zéro resteraient et obtiendraient éventuellement des passeports russes. L'aspect le plus alarmant est la prise en charge des écoles par les Russes et l'utilisation de manuels scolaires russes, ce qui revient à réécrire l'histoire pour les enfants", explique Anastasiia.

Le 8 mai 2024, le président russe Vladimir Poutine a signé un décret établissant la politique de l'État en matière d'éducation historique, qui met l'accent sur la diffusion de connaissances historiques fiables et la promotion du patriotisme. Cette politique vise à contrer les tentatives étrangères de déformation de l'histoire russe et comprend des mesures telles que la mise à jour des programmes éducatifs, la création de manuels d'histoire unifiés et la promotion du patrimoine historique et culturel. Le décret prévoit également de développer des plateformes numériques pour le matériel éducatif, de soutenir les musées historiques non étatiques et de réglementer les médias afin de "prévenir les falsifications historiques".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Nous devons fermer le ciel de Kharkiv" (entretien avec le maire)

No Comment. Les proches des prisonniers de guerre ukrainiens manifestent à Kyiv

No Comment : Poutine a reçu le président syrien Assad à Moscou