Sur les traces du précieux or de l'île japonaise de Sado

Sur les traces du précieux or de l'île japonaise de Sado
Tous droits réservés euronews
Par Paul Hackett
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans les années 1600, le Japon produisait près d'un cinquième de la quantité mondiale d'or. Près de la moitié provenait de Sado. Dans cet épisode de Focus, nous vous dévoilons les charmes de cette île mythique.

PUBLICITÉ

Située à l'ouest de l'archipel nippon, dans la mer du Japon, Sado est la sixième plus grande île du pays. Cette destination atypique est connue pour ses délicieux fruits de mer, son littoral et ses temples époustouflants. Mais Sado est surtout célèbre pour son or. Durant la période Edo, sous le règne des shoguns du Japon, d'énormes quantités d'or ont été extraites de l'île.

Ishikawa Kimiko, du département chargé de la promotion du patrimoine mondial de la ville de Sado, nous précise : "41 tonnes d'or ont été extraites des mines de Sado pendant la période Edo et il est dit que 20% de l'or mondial provenait du Japon au début du XVIIe siècle. La moitié de cet or japonais a été extraite ici, à Sado," souligne-t-elle.

Aikawa est l'une des mines les plus anciennes de l'île. La longueur des tunnels est estimée à 400 km, ce qui représente à peu près la distance qui sépare Sado de Tokyo.

Le gouvernement japonais a proposé qu'Aikawa et une autre mine de Sado, Nishimikawa, soient inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO dans le but de mettre en valeur les techniques minières développées sur place entre la fin du XVIe siècle et le milieu du XIXe siècle.

"Ce qui est remarquable à Sado, c'est qu'à une époque où d'autres pays étrangers étaient déjà mécanisés, une grande quantité d'or de haute qualité a été extraite ici, selon des méthodes artisanales non mécanisées," fait remarquer Kimiko.

Sado est une destination souvent délaissée au profit de sites plus célèbres du Japon, mais la culture unique de l'île, sa beauté naturelle et son rôle historique dans la prospérité du Japon en font l'un des secrets les mieux gardés du pays.

Partager cet article

À découvrir également

Entre traditions et architecture historique, le Japon mise sur un tourisme rural durable

Comment les chats apportent chance et tourisme dans la région japonaise du Tohoku

Découvrez le Satoyama japonais ou comment vivre en harmonie avec la nature