"Secret Santa"' : l'inflation met en péril ce rituel de Noël

Une statue du Père Noël à l'entrée d'un centre commercial à Berlin, le 24 décembre 2021. John MACDOUGALL / AFP
Une statue du Père Noël à l'entrée d'un centre commercial à Berlin, le 24 décembre 2021. John MACDOUGALL / AFP Tous droits réservés AFP
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Cette année, le rituel du "Secret Santa" est menacé par l'augmentation du coût de la vie.

PUBLICITÉ

"Secret Santa" est un moyen drôle et original de s'offrir anonymement des cadeaux entre amis, collègues. Le déroulement est simple : chaque participant reçoit, de façon aléatoire, le nom de la personne à qui il devra faire un cadeau.

"Secret Santa" a beau être un rituel de Noël apprécié de beaucoup, il pourrait être la source d'un stress supplémentaire pour certains cette année, alors que le coût de la vie en Europe continue de grimper en flèche.

En conséquence, de nombreux consommateurs envisageraient de dépenser moins pour le "Secret Santa" de cette année, qu'il soit professionnel ou familial, voire de s'en passer complètement.

Selon une enquête menée par Love2shop auprès de 1 000 professionnels britanniques, environ 27 % des travailleurs britanniques estiment que le**"Secret Santa"**sur le lieu de travail est une perte de temps et d'argent.

Les enseignants, les personnes travaillant dans le secteur juridique et des médias ainsi que les professionnels de l'informatique sont particulièrement stressés par cette activité, comme l'admettent 25 à 36 % d'entre eux.

'Secret Santa' : un cadeau empoisonné ?
'Secret Santa' : un cadeau empoisonné ?Canva/pixelshot

Seuls 25 % des travailleurs britanniques semblent vraiment apprécier ce rituel au travail, la plupart des autres s'y pliant sous la pression de leurs pairs ou pour éviter d'être mal vus au bureau.

Environ 31 % des femmes semblent s'engager plus volontiers dans le "Secret Santa" et elles sont aussi celles qui s'inquiètent le plus de ce qu'elles vont offrir à leurs destinataires. En revanche, seuls 12 % des hommes s'en préoccupent.

Au Royaume-Uni, ce sont les Londoniens qui ont le plus tendance à se sentir stressés par ces cadeaux, environ 25 % d'entre eux les considérant comme un fardeau, contre 21 % dans le Nord-Ouest. Les Écossais semblent particulièrement détester le jeu : seuls 5 % d'entre eux déclarent l'apprécier et 19 % se sentent activement stressés.

Pour ne rien arranger, la plupart des cadeaux du"Secret Santa" ne sont tout simplement pas considérés comme très utiles, pratiques ou agréables par leurs destinataires, même après avoir été longuement réfléchis.

En réalité, 20 % des travailleurs britanniques pensent qu'une carte-cadeau serait plus appréciée, tandis que 25 % admettent qu'ils n'utilisent jamais leurs cadeaux.

L'enquête menée par Appreciate Business Services auprès de 10 000 clients confirme également ce constat : environ 76 % d'entre eux confirment qu'un bon d'achat ou une carte-cadeau serait le choix le plus approprié lors d'un "Secret Santa" sur le lieu de travail.

Combien dépenser et quoi offrir ?

Un autre sondage Love2shop réalisé auprès de 2 000 travailleurs britanniques a révélé que le montant moyen dépensé pour un**"Secret Santa"**s'élevait à 14 livres sterling (16,26 €), ce qui peut paraître raisonnable. Toutefois, beaucoup de personnes se sentent obligés de dépenser un peu plus que ce montant.

C'est particulièrement le cas des 18-24 ans, qui dépensent en moyenne 23 £ (26,50 €). En revanche, peut-être en raison d'une pression moins forte de la part de leurs pairs, la plupart des personnes âgées de 55 à 64 ans ont dépensé 9 £ (10,40 €).

Mais quel est donc le cadeau idéal pour nos collègues pointilleux ? Selon le sondage réalisé par l'entreprise de papeterie et d'impression Instaprint auprès de 1 000 travailleurs britanniques, la plupart des gens aimeraient recevoir des chocolats ou des sucreries, de l'alcool, des cadeaux fantaisie, des bons d'achat et des cadeaux faits à la main.

En revanche, la plupart des gens s'accordent à dire que les jouets en peluche, les cadeaux pour adultes ou grossiers, les parfums et les bougies peuvent être laissés de côté.

Les cadeaux d'occasion peuvent-ils atténuer la pression du coût de la vie ?

Ces dernières années, le cadeau d'occasion est également devenu une tendance. Adevinta a mené une enquête auprès de 5 000 personnes en Espagne, en France, aux Pays-Bas, en Italie, en Belgique et en Allemagne. Selon les résultats, environ 64 % des personnes interrogées envisageraient d'offrir un cadeau d'occasion à Noël.

La principale raison est bien entendu de faire des économies, l'inflation ayant grimpé en flèche dans plusieurs pays européens au cours des deux dernières années. Toutefois, le désir d'acheter des produits locaux et fabriqués de manière durable est également un autre facteur important, de même que la possibilité de dénicher des articles nostalgiques et vintage. Les vêtements et les articles de décoration figurent parmi les achats les plus fréquents.

Cela pourrait également expliquer pourquoi les cadeaux faits à la main semblent avoir la préférence des destinataires cette année, car il s'agit d'objets qu'ils pourraient eux-mêmes envisager d'offrir. Toutefois, un grand nombre de personnes, environ 40 %, ne sont toujours pas convaincues des mérites du cadeau d'occasion et ont déclaré que ce n'était pas pour elles.

PUBLICITÉ

La majorité des personnes interrogées au Royaume-Uni souhaitant faire des économies sur les cadeaux de Noël, le marché de l'occasion pourrait bien être la voie à suivre à l'avenir. Cela devrait également permettre de réduire considérablement le gaspillage, car la plupart des cadeaux non désirés sont soit jetés, soit revendus, soit donnés à nouveau.

Des personnes masquées devant les vitrines illuminées d'un grand magasin à Paris le 24 décembre 2020, à la veille de Noël, en pleine pandémie de Covid-19.
Des personnes masquées devant les vitrines illuminées d'un grand magasin à Paris le 24 décembre 2020, à la veille de Noël, en pleine pandémie de Covid-19.AFP

Est-il temps de repenser les festivités sur le lieu de travail ?

Selon Love2shop, 83 % des travailleurs britanniques préféreraient de loin une prime de Noël à un "Secret Santa" ou toute autre festivité de Noël sur leur lieu de travail.

La question se pose particulièrement dans le contexte actuel, l'inflation obligeant la plupart des entreprises à choisir entre une prime et une fête. De nombreuses organisations continuent cependant d'opter pour une fête, dans le but de promouvoir la culture et la camaraderie sur le lieu de travail.

Toutefois, celles-ci ne font pas l'unanimité, puisque 45 % des travailleurs ont indiqué que le comportement inapproprié de collègues ivres et les discussions stériles étaient les principales raisons pour lesquelles ils éviteraient cette activité saisonnière.

Par ailleurs, 24 % des travailleurs préféreraient ne pas avoir de relations sociales avec leurs collègues en dehors du travail. Aujourd'hui, un certain nombre de travailleurs estiment également que les lieux de travail ne devraient pas organiser d'événements "ludiques obligatoires", tels que des sessions de team building et autres, en dehors des heures de travail.

PUBLICITÉ

En cas de débordement des horaires, de nombreuses personnes estiment qu'ils devraient être indemnisés pour le temps supplémentaire.

Cette opinion est confirmée par le fait qu'environ 56 % des travailleurs déclarent ne pas se préoccuper du tout d'organiser une fête de fin d'année, tandis qu'environ 92 % des travailleurs souhaitent avoir leur mot à dire quant à l'attribution d'une prime ou à l'organisation d'une soirée de gala.

En ce qui concerne le montant de la prime, la plupart des travailleurs ont souligné qu'ils se contenteraient d'une prime de 110 £ (127 €), 19 % d'entre eux préférant qu'elle soit versée sous la forme d'un bon d'achat ou d'une carte-cadeau.

Ne pouvons-nous pas avoir les deux, demanderez-vous ? Malheureusement, ce ne sera le cas que pour les 5 % de travailleurs les plus chanceux qui reçoivent à la fois une prime et une fête de Noël.

Toutefois, d'après des projections relativement optimistes sur l'évolution de l'inflation pour l'année prochaine, Noël 2024 pourrait être l'occasion de festivités plus joyeuses sur le lieu de travail.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Russes à la recherche de cadeaux abordables pour le Nouvel An

Vous rêvez d'un Noël sous la neige ? Voici les 5 villes les plus enneigées d'Europe

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?