Nouvelles technologies : le secteur européen toujours à la traîne

Des écrans électroniques affichent le cours de l'action Alphabet.
Des écrans électroniques affichent le cours de l'action Alphabet. Tous droits réservés AP
Par Piero Cingari
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les valeurs technologiques américaines suivies par l'indice Nasdaq 100 ont atteint de nouveaux records historiques le 19 décembre, dépassant le précédent sommet atteint en 2021. Euronews Business en explique les raisons.

PUBLICITÉ

Cet exploit est d'autant plus surprenant qu'il a été réalisé alors que les taux d'intérêt américains se maintiennent à 5,5 %, un facteur que beaucoup considéraient comme un obstacle insurmontable à la remontée du Nasdaq 100.

Depuis le début de l'année, l'indice technologique américain a fait un bond impressionnant de 55 %, marquant ainsi sa meilleure année depuis le boom technologique de 1999.

De l'autre côté de l'Atlantique, l'indice technologique Euro Stoxx a progressé de 33 % depuis le début de l'année, mais il reste inférieur d'environ 10 % à ses précédents sommets de 2021.

La question qui ressort de cette divergence est la suivante : pourquoi les valeurs technologiques européennes peinent-elles toujours à rivaliser avec leurs homologues américaines ?

La réponse se trouve dans les chiffres et dans la domination indéniable des valeurs technologiques américaines sur la scène mondiale, en particulier dans les secteurs à forte valeur ajoutée tels que l'intelligence artificielle, les semi-conducteurs et les véhicules électriques.

Les sept plus grandes entreprises technologiques américaines, souvent appelées les "Sept Magnifiques" et comprenant Alphabet Inc (Google), Amazon.com Inc, Apple Inc, Meta Platforms Inc, Microsoft Corp, Nvidia Corp et Tesla Inc, affichent une valeur de marché combinée dépassant la somme stupéfiante de 12 000 milliards de dollars (11 000 milliards d'euros).

Pour mettre cela en perspective, leur valeur est presque équivalente aux produits intérieurs bruts combinés des quatre plus grandes économies européennes : Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie, qui s'élèvent à 13 000 milliards de dollars.

Ci-dessous : La valeur combinée des sept premières entreprises technologiques américaines est 20 fois supérieure à leurs équivalents européens. Valeur boursière en billion.

Si l'on compare les sept plus grandes entreprises technologiques européennes, leur capitalisation boursière combinée n'est que de 705 milliards de dollars, soit environ 20 fois moins que celle de leurs homologues américaines.

Ci-dessous : Les "Sept Magnifiques" des Etats-Unis éclipsent les "Sept Magnifiques" de l'Union Européenne en valeur marchande. La taille des bulles représente la capitalisation boursière

En termes de revenus, au cours des 12 derniers mois, les "Sept Magnifiques" américains ont généré la somme impressionnante de 1 720 milliards de dollars, alors que leurs homologues européens n'ont réussi à engranger que 133 milliards de dollars.

Toutefois, il est important de noter que la domination technologique des États-Unis n'est pas récente ; elle est une tendance dominante depuis plus d'une décennie.

Au cours des dix dernières années, le taux de croissance annuel moyen du chiffre d'affaires des grandes entreprises technologiques américaines a été de 27 %, alors que le secteur européen est resté à la traîne avec une augmentation moyenne de son chiffre d'affaires de seulement 10 %.

Les entreprises technologiques américaines ont surpassé leurs homologues européennes dans tous les secteurs clés. Par exemple, en juin 2000, la capitalisation boursière de la société finlandaise Nokia s'élevait à 300 milliards d'euros, soit 15 fois plus que la valeur boursière d'Apple (20 milliards d'euros). En décembre 2023, la valeur de marché d'Apple a grimpé à plus de 3 000 milliards de dollars, ce qui la rend 175 fois plus importante que celle de Nokia.

Même dans le secteur automobile, qui fait la fierté de l'économie allemande, les entreprises européennes se font rattraper par leurs homologues américaines.

Tesla, avec une capitalisation boursière de 817 milliards de dollars, est désormais plus de 10 fois plus importante que le premier constructeur automobile allemand, Volkswagen AG.

N'oublions pas non plus l'industrie des semi-conducteurs. Le plus grand fabricant de puces d'Europe, ASML Holding, ne représente qu'un cinquième de la valeur de marché de Nvidia Corp.

En conclusion, les raisons pour lesquelles les entreprises technologiques européennes peinent à rivaliser avec leurs homologues américaines sont profondément enracinées dans une tendance de longue date de domination américaine dans les secteurs de haute technologie. Pour combler ce fossé, l'Europe doit donner la priorité à l'innovation, investir massivement dans la recherche et le développement et créer un environnement plus favorable aux jeunes talents technologiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Qu'est ce qui se cache derrière l'expression "menace de l'informatique quantique" ?

Amazon condamné pour surveillance "excessivement intrusive" de ses travailleurs en France

L'UE approuve près de 4 milliards d'euros d'aides d'Etat pour soutenir les technologies vertes