Le plus grand singe de l'histoire aurait été victime du changement climatique, il y a 200 000 ans

Cette illustration représente Gigantopithecus blacki dans une forêt de la région de Guangxi, dans le sud de la Chine.
Cette illustration représente Gigantopithecus blacki dans une forêt de la région de Guangxi, dans le sud de la Chine. Tous droits réservés Garcia/Joannes-Boyau/Southern Cross University
Par Christina Larson avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Ces singes mesuraient 3 mètres de haut et pesaient jusqu'à 295 kg.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, une ancienne espèce de grand singe aurait été poussée à l'extinction il y a des centaines de milliers d'années lorsque le changement climatique a mis ses sources de nourriture hors de portée pendant les saisons sèches.

L'espèce Gigantopithecus blacki, qui vivait autrefois dans le sud de la Chine, est le plus imposant des grands singes connus des scientifiques : il mesurait 3 mètres de haut et pesait jusqu'à 295 kilogrammes.

Mais sa taille peut aussi avoir été une faiblesse.

"C'était un animal massif, très, très grand", explique Renaud Joannes-Boyau, chercheur à l'université australienne Southern Cross et coauteur de l'étude publiée dans la revue Nature. "Lorsque la nourriture a commencé à se faire rare, il était tellement gros qu'il ne pouvait pas grimper aux arbres pour atteindre de nouvelles sources de nourriture".

Quelle est la cause de cette pénurie de nourriture ?

Les Gigantopithecus blacki, qui ressemblaient probablement aux orangs-outans modernes, ont survécu pendant environ 2 millions d'années dans les plaines boisées de la région du Guangxi, en Chine. Ils suivaient un régime végétarien, se nourrissant de fruits et de fleurs dans les forêts tropicales, jusqu'à ce que l'environnement commence à changer.

Les chercheurs ont analysé des échantillons de pollen et de sédiments conservés dans les grottes du Guangxi, ainsi que des dents fossiles, qui ont révélé que les forêts ont commencé à produire moins de fruits, à partir d'il y a environ 600 000 ans, alors que la région connaissait des saisons plus sèches.

Ces grands singes n'ont pas disparu rapidement, mais se sont probablement éteints il y a entre 215 000 et 295 000 ans selon les chercheurs.

Alors que les petits singes pouvaient grimper aux arbres pour chercher une nourriture différente, l'analyse des chercheurs montre que les grands singes mangeaient davantage d'écorces d'arbres, de roseaux et d'autres aliments moins nutritifs.

"Lorsque la forêt a changé, il n'y avait plus assez de nourriture pour l'espèce", explique Zhang Yingqi, de l'Institut chinois de paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie, coauteur de l'étude.

Ouverture d'une grotte où des fossiles de Gigantopithcus blacki ont été trouvés, au dessus de la plaine alluviale dans la région de Guangxi, dans le sud de la Chine.
Ouverture d'une grotte où des fossiles de Gigantopithcus blacki ont été trouvés, au dessus de la plaine alluviale dans la région de Guangxi, dans le sud de la Chine.Kira Westaway/Macquarie University via AP

Comment les grands singes disparus ont-ils été identifiés ?

La plupart des connaissances des scientifiques sur les grands singes disparus proviennent de l'étude de dents fossiles et de quatre grands os de la mâchoire inférieure, tous trouvés dans le sud de la Chine. Aucun squelette complet n'a été découvert.

Il y a environ 2 millions à 22 millions d'années, plusieurs dizaines d'espèces de grands singes peuplaient l'Afrique, l'Europe et l'Asie, comme le montrent les archives fossiles. Aujourd'hui, il ne reste que des gorilles, des chimpanzés, des bonobos, des orangs-outans et des humains.

Si les premiers humains sont apparus en Afrique, les scientifiques ne savent pas sur quel continent la famille des grands singes a vu le jour, explique Rick Potts, qui dirige le programme sur les origines humaines au Smithsonian's National Museum of Natural History et qui n'a pas participé à l'étude.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Qu'appelle-t-on les bandes climatiques et pourquoi l'année 2023 a-t-elle été "hors normes" ?

De l'espoir pour le climat : cinq changements majeurs intervenus depuis l'Accord de Paris

Victimes du climat : 2000 nouvelles espèces rejoignent la liste des espèces menacées en 2023