EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

De l'espoir pour le climat : cinq changements majeurs intervenus depuis l'Accord de Paris

La rapidité de la transition vers l'énergie solaire a dépassé les attentes.
La rapidité de la transition vers l'énergie solaire a dépassé les attentes. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Angela Symons
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

De l'énergie solaire à la mobilité électrique, cette étude propose cinq raisons d'espérer pour le climat.

PUBLICITÉ

Avec des émissions qui continuent d'augmenter et des catastrophes naturelles qui font des ravages dans le monde entier, il n'est pas étonnant que l'inquiétude face au climat soit à son comble.

Mais l'espoir n'est pas perdu. Une nouvelle étude affirme que cinq changements majeurs ont eu lieu, depuis la signature de l'accord de Paris en 2015.

Si des termes tels que "décarbonisation" et "zéro net" font désormais partie du langage courant, il n'en a pas toujours été ainsi. En reconnaissant le chemin parcouru au cours de la dernière décennie, nous pouvons voir où nous faisons des progrès - et où nous n'en faisons pas assez.

Du déploiement de l'énergie solaire à la mobilité électrique, voici cinq raisons que nous allons dans la bonne direction, selon l'étude du NewClimate Institute, un organisme allemand à but non lucratif.

1. Le discours sur le changement climatique est devenu courant

Il y a dix ans, seule une partie de la société était véritablement consciente du changement climatique et s'en préoccupait.

Cette situation a changé radicalement au cours des dernières années. En 2014, une enquête de la BBC portant sur 17 pays du monde a montré que 40 % des personnes interrogées considéraient le changement climatique comme un problème grave. En 2020, ce chiffre est passé à 60 %.

L'enquête plus large "Peoples Climate Vote", menée en 2021 par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l'Université d'Oxford dans 50 pays, a montré un changement encore plus net.

En Europe de l'Est et en Asie centrale, 85 % des personnes interrogées considèrent le changement climatique comme une urgence mondiale. 72 % des Européens de l'Ouest et des Nord-Américains sont de cet avis, de même que 64 % des habitants des États arabes, 63 % des habitants de l'Amérique latine, des Caraïbes et de l'Asie-Pacifique, et 61 % des habitants de l'Afrique subsaharienne.

La question est désormais au cœur du discours public et politique dans le monde entier. La couverture médiatique croissante des questions climatiques, ainsi que leur intégration dans l'éducation, ont permis aux citoyens d'acquérir des connaissances sur leurs causes et leurs conséquences.

Dans les régions du monde qui ressentent déjà les effets du changement climatique, la courbe d'apprentissage a été beaucoup plus raide.

Mais à mesure que les protestations contre le changement climatique et les mouvements sociaux prennent de l'ampleur, la pression monte sur les gouvernements et les entreprises pour qu'ils agissent.

Et lorsqu'ils n'y parviennent pas, les progrès de la science de l'attribution (qui définit les liens entre le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes) permettent de les tenir pour responsables devant les tribunaux par le biais de litiges climatiques. Rien que cette année, des jeunes Portugais, une organisation caritative environnementale britannique et l'activiste suédoise, Greta Thunberg, ont attaqué leur pays en justice.

2. La plupart des pays visent l'objectif "net zéro" - et les prévisions d'augmentation de la température sont plus basses

Des gouvernements aux grandes entreprises, les objectifs " net zéro" sont omniprésents. Mais en 2015, un seul pays - le Bhoutan - s'était fixé un tel objectif.

Aujourd'hui, plus de 90 pays, représentant près de 80 % des émissions mondiales, l'ont rejoint.

Dans le passé, le débat politique était centré sur les réductions progressives des émissions et les compromis entre les secteurs et les pays, note le NewClimate Institute. Mais une économie entièrement décarbonée est aujourd'hui une vision dominante, y compris dans les pays du Sud.

PUBLICITÉ

Bien qu'il nous reste un long chemin à parcourir pour parvenir à ces réductions et respecter la limite de 1,5 °C, la courbe des émissions projetées s'est aplatie.

En 2015, la température devait augmenter de 3,6 à 3,9 °C d'ici à 2100. Aujourd'hui, cette projection a été ramenée à 2,7 °C.

3. Les investisseurs et les entreprises se sentent poussés à agir sur le climat

Avant l'accord de Paris, le changement climatique était un sujet de niche parmi les investisseurs et les entreprises. Aujourd'hui, des pressions sont exercées pour qu'ils reconnaissent qu'il s'agit d'une menace sérieuse.

De nombreuses entreprises rendent compte de leur impact sur le climat et le divulguent - certaines sont même légalement tenues de le faire. Alors qu'elles cherchent à améliorer leurs références, les opportunités à faible émission de carbone gagnent en popularité et les innovations vertes entraînent des changements dans les modèles d'entreprise traditionnels.

PUBLICITÉ

La demande d'investissements durables est en hausse. En 2021, 84 % des propriétaires d'actifs dans le monde ont déclaré mettre en œuvre ou évaluer des stratégies d'investissement durable, contre 53 % environ trois ans plus tôt, selon PwC.

Alors que la transition vers l'abandon des combustibles fossiles a été scellée lors de la COP28 ce mois-ci, le risque d'actifs échoués pousse les investisseurs à se détourner des sources d'énergie polluantes pour se tourner vers les énergies renouvelables.

Les citoyens et les gouvernements étant de plus en plus conscients des campagnes de greenwashing, il est de plus en plus difficile pour les entreprises de nous berner. Pour celles qui tentent de le faire, les litiges liés au climat représentent un risque croissant.

4. Les énergies renouvelables sont désormais moins chères que les combustibles fossiles

Par le passé, les énergies renouvelables ne pouvaient pas concurrencer les combustibles fossiles en termes de coût ou d'approvisionnement. Tout cela a changé ces dernières années.

PUBLICITÉ

Les systèmes électriques passent à des modèles flexibles et décentralisés qui incluent l'énergie éolienne, solaire et hydroélectrique.

La vitesse de cette transition a dépassé les attentes, le coût de l'énergie solaire, de l'énergie éolienne terrestre et de l'énergie éolienne en mer ayant chuté de 60 à 90 %, au cours des dix dernières années, selon le GIEC. Les nouvelles énergies renouvelables sont désormais moins chères que les nouveaux combustibles fossiles dans 90 % du monde.

Pour chaque dollar (0,91 euro) investi dans les combustibles fossiles, 1,70 dollar (1,55 euro) est désormais consacré aux énergies propres. Il y a cinq ans, ce rapport était de 1:1, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

5. L'électrification des bâtiments et des transports progresse rapidement

Des voitures électriques aux pompes à chaleur, l'électrification est devenue un élément central de la stratégie mondiale de décarbonisation.

PUBLICITÉ

Les voitures à moteur à combustion sont progressivement abandonnées dans plusieurs pays et régions, notamment dans l'Espace économique européen (EEE), au Canada, au Chili et dans plusieurs États américains - une politique qui aurait été inconcevable il y a dix ans.

Les points de recharge des VE, l'accessibilité financière et le nombre même de voitures sur les routes doivent encore être améliorés. Mais les progrès réalisés dans le domaine du stockage des batteries commencent à lever certains de ces obstacles. Au cours des dix dernières années, les batteries lithium-ion sont devenues commercialement viables, leur coût ayant chuté de 80 %.

Les pompes à chaleur contribuent à la décarbonisation de nos maisons, grâce à des incitations financières désormais disponibles dans plus de 30 pays qui représentent plus de 70 % de la demande mondiale actuelle de chauffage. Les ventes en Europe ont augmenté de 38 % entre 2013 et 2022. Les pompes à chaleur sont également de plus en plus testées dans des environnements industriels.

L'innovation et l'investissement contribuent également à décarboner des secteurs "difficiles à réduire" comme le transport maritime et l'industrie lourde. L'acier à l'hydrogène, les navires électriques et les carburants à faible teneur en carbone figurent parmi les principaux développements.

PUBLICITÉ

Malgré tous ces progrès, "la crise climatique elle-même s'accélère de plus en plus", affirment les auteurs de l'étude. Il est donc urgent d'accélérer la dynamique de ces évolutions positives.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les décès liés au changement climatique sous-estimés, selon une étude

Temu, Shein, SKIMS : la fast fashion chinoise, une catastrophe humaine et environnementale

Pourquoi l'Europe connaît-elle des conditions météorologiques aussi extrêmes ?