EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'UE dénonce l'enlèvement des bouées marquant la frontière entre l'Estonie et la Russie

ARRCHIVES - Des hommes pêchent près des forteresses de Narva, à gauche, en Estonie, et d'Ivangorod, à droite, en Russie, le mercredi 24 mai 2023.
ARRCHIVES - Des hommes pêchent près des forteresses de Narva, à gauche, en Estonie, et d'Ivangorod, à droite, en Russie, le mercredi 24 mai 2023. Tous droits réservés James Heintz/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés James Heintz/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Serge Duchêne, Mared Gwyn Jones
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Ce jeudi, les dirigeants des pays baltes ont, par ailleurs, accueilli avec circonspection les informations selon lesquelles la Russie pourrait réviser les frontières de ses eaux territoriales en mer Baltique.

PUBLICITÉ

L'Union européenne a qualifié d'"inacceptable" l'enlèvement par la Russie des bouées marquant la frontière avec l'Estonie sur la rivière Narva.

Selon les gardes-frontières estoniens, leurs homologues russes ont retiré aux premières heures de la journée de jeudi 24 des 50 bouées destinées à marquer les itinéraires de navigation sur la voie d'eau frontalière.

Ces bouées sont installées sur la rivière depuis des décennies afin d'éviter les erreurs de navigation.

Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a qualifié leur retrait de "provocation" et a demandé à Moscou une "explication".

"Cet incident frontalier s'inscrit dans un contexte plus large de comportement provocateur et d'actions hybrides de la part de la Russie, y compris sur ses frontières maritimes et terrestres dans la région de la mer Baltique", a déclaré le chef de la diplomatie de l'UE dans un communiqué publié vendredi.

"L'Union européenne attend de la Russie qu'elle s'explique sur le retrait des bouées et qu'elle les remette immédiatement en place", a-t-il ajouté.

Estonie "calme et lucide"

Dans sa réponse à l'incident de jeudi, le ministère estonien des Affaires étrangères a déclaré qu'il resterait "calme et lucide", ajoutant qu'il avait l'intention d'utiliser ses représentants à la frontière et les canaux diplomatiques pour exiger une explication formelle et le retour rapide des bouées.

S'adressant aux journalistes jeudi, le Premier ministre estonien Kaja Kallas a déclaré que "la Russie utilise des outils liés à la frontière pour créer de la peur et de l'anxiété, afin de semer l'insécurité dans nos sociétés".

"Nous constatons une tendance plus large dans ce domaine", a ajouté Mme Kallas, qui est l'une des critiques les plus virulentes de l'Union européenne à l'égard du régime russe.

Tallinn affirme que Moscou conteste le positionnement des bouées depuis qu'elle a lancé son invasion à grande échelle de l'Ukraine en février 2022.

L'Estonie a convoqué un représentant russe à la suite de cet incident.

Cet incident survient alors que l'on s'inquiète de plus en plus de l'utilisation par Moscou d'une guerre dite hybride destinée à déstabiliser ses voisins européens, en particulier dans les pays baltes.

"Provocation"

L'enlèvement des bouées a eu lieu deux jours seulement après une fuite dans les médias des plans de Moscou visant à redessiner ses eaux territoriales dans la Baltique selon les frontières de l'ère soviétique, délimitées en 1985.

La proposition est apparue sur un portail officiel du gouvernement, mais a été brusquement supprimée mercredi, 24 heures après sa publication, sans aucune explication officielle de la part du Kremlin.

Elle a suscité des craintes et des spéculations quant à la possibilité que la Russie envisage d'empiéter sur les eaux territoriales de la Lituanie entourant l'enclave russe de Kaliningrad, ainsi que dans le golfe de Finlande.

PUBLICITÉ
"Il s'agit d'une escalade évidente contre l'OTAN et l'UE, qui doit faire l'objet d'une réponse ferme et appropriée".

Alors que le président finlandais Alexander Stubb, responsable des relations extérieures du pays, s'est engagé à réagir "calmement et sur la base de faits", le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis a donné une réponse plus cinglante.

"Une nouvelle opération hybride russe est en cours, cette fois pour tenter de répandre la peur, l'incertitude et le doute quant à leurs intentions en mer Baltique", a déclaré M. Landsbergis sur X. "Il s'agit d'une escalade évidente contre les droits de l'homme et les libertés fondamentales".

La Lituanie a également convoqué un représentant russe pour qu'il s'explique sur les informations diffusées par les médias, et le ministère des Affaires étrangères à Vilnius a directement appelé la Russie à respecter "les principes et les normes universellement reconnus du droit international".

Vendredi, un haut fonctionnaire de l'UE a fermement condamné l'incident de la rivière Narva et la fuite du décret proposant de redessiner les frontières maritimes. "Il s'agit de provocations russes, point final. Ils essaient de tester notre réponse et notre détermination", a déclaré le fonctionnaire.

PUBLICITÉ

La question devrait être débattue lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles lundi prochain. Les ministres des Affaires étrangères allemand, français et belge ont déjà exprimé leur solidarité avec l'Estonie, la Lituanie et la Finlande.

La ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a critiqué la Russie pour ce qu'elle a décrit comme des tentatives de "semer le trouble aux frontières de l'Union européenne".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États baltes : 75e anniversaire des déportations massives vers la Sibérie

Les Etats baltes bâtiront une "ligne de défense" à leur frontière avec la Russie et le Bélarus

En tournée dans les pays baltes, Zelensky appelle à défendre "la souveraineté" face au "voisin fou"