EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'opposition hongroise s'interroge sur la présence d'un allié du Fidesz au sein du groupe PPE

Peter Magyar, chef du parti Respect et Liberté (Tisza), fête sa victoire sur les sept sièges du Parlement européen.
Peter Magyar, chef du parti Respect et Liberté (Tisza), fête sa victoire sur les sept sièges du Parlement européen. Tous droits réservés Robert Hegedus/MTI - Media Service Support and Asset Management Fund - via AP
Tous droits réservés Robert Hegedus/MTI - Media Service Support and Asset Management Fund - via AP
Par Robert Hodgson
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Alors que le président du groupe de centre-droit du Parti populaire européen est en pourparlers avec le nouveau parti d'opposition hongrois pour l'admission de ses 7 eurodéputés, le chef du parti Respect et liberté (TIsza) a remis en question le maintien de la présence d'un allié de Viktor Orbán

PUBLICITÉ

Le groupe parlementaire du Parti populaire européen (PPE) décidera la semaine prochaine d'admettre ou non le parti d'opposition hongrois Tisza, alors que son leader Péter Magyar a remis en question la présence continue d'un membre du parti au pouvoir dans les rangs du PPE.

Péter Magyar a annoncé sur les réseaux sociaux que le président du groupe PPE, Manfred Weber, serait à Budapest vendredi pour discuter de l'adhésion de ses eurodéputés au groupe, tout en critiquant György Hölvényi, qui a été laissé de côté lorsque le premier ministre Viktor Orbán a retiré son parti Fidesz du groupe de centre-droit il y a deux ans.

"L'écrasante majorité du parti populaire soutient l'entrée des représentants du parti Tisza", a affirmé M. Magyar sur Facebook. "La seule exception est peut-être le représentant du Fidesz-KDNP qui siège actuellement avec le PPE ".

 György Hölvényi, député européen, membre du KNDP
György Hölvényi, député européen, membre du KNDPBilal Hussein/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

György Hölvényi vient d'être réélu en tant que cinquième candidat sur la liste du parti Fidesz-Démocratie chrétienne, bien qu'il ne siège que sous les couleurs du Parti populaire chrétien-démocrate hongrois (KDNP). Péter Magyar l'a accusé d'être un "bon propagandiste du Fidesz" qui a dû "oublier" de mentionner que ses alliés politiques avaient dépeint le PPE comme un parti favorable à la guerre pendant la campagne électorale.

M. Orbán a retiré le Fidesz du groupe PPE en 2021, se plaignant d'une tentative "hostile" de "mettre en sourdine et hors d'état de nuire" ses élus, le jour même où le groupe a modifié son règlement intérieur pour permettre l'exclusion définitive du parti après deux ans de suspension des réunions et des scrutins.

Tisza a confirmé sa montée en puissance lors des élections européennes

Le parti Tisza, rapidement mobilisé avant les élections par un ancien membre du gouvernement dissident, Péter Magyar, a remporté 7 des 21 sièges hongrois au Parlement européen dimanche, réduisant la présence du Fidesz de 13 à 11. Deux députés de gauche et un ultra-nationaliste complètent désormais la formation hongroise.

Péter Magyar n'a pas tardé à déposer sa candidature pour rejoindre le plus grand groupe du Parlement européen, et Manfred Weber a rapidement fait savoir que ses "portes étaient ouvertes" aux eurodéputés qu'il venait d'élire. Le groupe PPE prévoit de voter sur l'admission du parti Tisza le 18 juin.

György Hölvényi se défend

"Le KDNP est membre du PPE depuis plus de 30 ans ", a déclaré M. Hölvényi à Euronews hier, lorsqu'on lui a demandé comment il réagirait si le groupe admettait un parti dont l'objectif déclaré est de mettre fin à l'ère Orbán en Hongrie. "Le fait que sept eurodéputés du parti Tisza viennent ici n'entraîne aucun changement dans notre composition ".

M. Hölvényi a souligné que le vote à venir concernait l'admission de Tisza au sein du groupe parlementaire à Bruxelles, et non la famille politique paneuropéenne du PPE lui-même. "Rejoindre le parti est un processus différent et beaucoup plus long ", a-t-il déclaré dans un échange de courriels.

Dans le même temps, un porte-parole du PPE a rejeté l'idée que M. Hölvényi pourrait apparaître comme un "œuf de coucou dans le nid parlementaire" du groupe, en particulier s'il admet un groupe de sept eurodéputés nominalement engagés dans la chute de sa famille politique en Hongrie.

"Hölvényi est membre du KDNP et non du Fidesz, il est toujours resté au sein du PPE, et le KDNP s'est toujours présenté sur des listes communes avec le Fidesz ", a déclaré le porte-parole du groupe PPE, Pedro López de Pablo.

Des conditions à respecter pour rejoindre le groupe PPE

Le KDNP n'a pas de droit de veto sur l'admission de M. Tisza, qui sera décidée par un vote à la majorité simple, mais "il a certainement de l'influence", a ajouté M. Lopez, notant que le groupe suivrait simplement ses règles de procédure.

Ce règlement stipule que les membres non PPE ne peuvent être admis au sein du groupe parlementaire que "s'ils souscrivent au programme politique" du groupe PPE.

Cela signifie qu'ils doivent poursuivre "le processus d'unification et d'intégration fédérales en Europe" et souscrire à des valeurs fondamentales telles que "la liberté et la démocratie, l'État de droit, le respect des droits de l'homme et la subsidiarité".

Alors que la victoire du PPE aux élections devenait évidente dimanche soir, sa candidate enhardie pour un second mandat en tant que présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a ajouté "pro-Ukraine" à la liste des valeurs auxquelles les autres groupes centristes doivent souscrire s'ils veulent former une alliance avec son parti.

Lors d'un rassemblement électoral dans la ville de Debrecen, dans l'est de la Hongrie, le 5 mai dernier, Péter Magyar a accusé le Fidesz de mentir en se présentant comme le seul parti du côté de la paix. Tisza, comme le Fidesz, n'autoriserait pas le transport d'artillerie vers l'Ukraine, a déclaré M. Magyar, avant d'ajouter : "Répétons-le, pour que même eux puissent l'entendre : le belliciste et l'agresseur, c'est Poutinec'est lui qui a déclenché cette guerre". La lutte de l'Ukraine pour défendre son territoire est légitime ".

Journaliste • Jean-Philippe Liabot

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Hongrie, la victoire de Viktor Orban et celle de son rival Peter Magyar

Hongrie : le nouveau venu Peter Magyar ébranle la mainmise d'Orban sur le pouvoir, selon les premiers résultats des européennes

Peter Magyar, le nouveau visage de l'opposition hongroise