EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Bruxelles : une marche massive contre l'extrême droite

Des manifestants anti-droite marchent dans le centre-ville de Bruxelles, le 16 juin 2024.
Des manifestants anti-droite marchent dans le centre-ville de Bruxelles, le 16 juin 2024. Tous droits réservés Capture d'écran de la vidéo d'EBU
Tous droits réservés Capture d'écran de la vidéo d'EBU
Par Gavin Blackburn avec EBU, RTBF
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il s'agit de la deuxième marche organisée en Belgique après le succès des partis d'extrême droite lors des élections européennes, notamment en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, ou des populistes, comme en Hongrie ou en Bulgarie.

PUBLICITÉ

Plus de 4 500 personnes ont défilé à Bruxelles dimanche soir pour protester contre l'extrême droite et le racisme.

Organisée par la Coordination antifasciste de Belgique, la marche a rassemblé une vingtaine de mouvements sociaux et d'organisations.

Il s'agit de la deuxième grande marche dans la capitale belge dénonçant l'extrême droite depuis les élections européennes du 9 juin, qui ont vu les partis de droite et d'extrême droite ou populistes remporter une large victoire.

Cette marche est importante aujourd'hui pour montrer un message d'espoir face aux messages de désespoir que l'extrême droite veut nous apporter. C'est important de montrer que nous sommes solidaires avec tout le monde, quelle que soit sa nationalité, quel que soit son salaire, quoi qu'il fasse. Nous sommes solidaires et nous voulons une société qui ne nous divise pas. Une société qui n'exclut pas, une société qui n'est pas raciste ou sexiste.
Sixtine Van Outryve
Coordination antifasciste de Belgique

C'est sans doute en France que la victoire de l'extrême droite a été la plus spectaculaire. Le Rassemblement national de Marine Le Pen et Jordan Bardella est arrivé en tête avec plus de 31,4 % des voix, ce qui a incité le président Emmanuel Macron à dissoudre l'Assemblée nationale et à convoquer des élections anticipées. Son parti Renaissance n'a pas eu atteint la moitié des voix du RN.

En Italie, le parti de droite dure Fratelli d'Italia de la Première ministre Giorgia Meloni a recueilli le plus grand nombre de voix (28,7 %), tandis qu'en Allemagne, le parti d'extrême droite Alternative für Deutschland (AfD), en dépit de nombreux scandales qui ont émaillé sa campagne, s'est hissé à la deuxième place, reléguant les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz à la troisième place.

Les partis populistes et de droite dure ont également remporté des victoires en Autriche, en Hongrie et en Bulgarie.

Les manifestants à Bruxelles ont tenu à montrer que la montée de l'extrême droite n'était pas "inévitable" et qu'il était important d'y faire face en construisant des alternatives sociales et démocratiques.

"Nous allons leur montrer que les jeunes ne sont pas entièrement séduits par l'extrême droite et que la majorité d'entre nous continue à se battre contre leurs idées", a affirmé Henri, un manifestant de 17 ans.

Des manifestations également en France au cours du week-end

Samedi entre 250 000 et 640 000 personnes selon les sources, ont battu le pavé un peu partout en France. Dans la capitale, le rassemblement a réuni environ 150 000 personnes.

Des manifestants à Paris, le samedi 15 juin 2024
Des manifestants à Paris, le samedi 15 juin 2024AP

Enfin, à Lyon ce dimanche entre 10 000 et 15 000 personnes ont manifesté contre la montée de l'extrême-droite dans le pays. Elle était composée de jeunes, de familles ou de personnes âgées, réunis derrière les banderoles des syndicats qui avaient appelé au mouvement. Le rassemblement s'est déroulé dans le calme, malgré quelques échauffourées avec les forces de l'ordre.

Sources additionnelles • adaptation : Serge Duchêne

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Macron appelle les modérés de gauche et de droite à se regrouper contre les extrêmes

France : le parti d'extrême droite de Marine Le Pen réalise des gains historiques aux européennes (sondages de sortie des urnes)

Le PPE reste le premier groupe au Parlement européen sur fond de gains de l'extrême droite