Politique de l'UE. Les infections au virus du Nil occidental en hausse en Europe

Il n'existe actuellement aucun vaccin contre le virus du Nil occidental, et environ 80 % des personnes infectées ne présentent que peu ou pas de symptômes.
Il n'existe actuellement aucun vaccin contre le virus du Nil occidental, et environ 80 % des personnes infectées ne présentent que peu ou pas de symptômes. Tous droits réservés LM Otero/AP
Par Gerardo Fortuna
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Bien qu'il ne s'agisse que de la troisième maladie la plus souvent transmise de l'animal à l'homme, les infections par des moustiques porteurs du virus du Nil occidental sont en augmentation dans l'Union européenne, selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

PUBLICITÉ

Selon le dernier rapport de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur les maladies zoonotiques, les cas de virus du Nil occidental transmis par les moustiques ont été multipliés par plus de sept en 2022 par rapport à l'année précédente, principalement en raison d'une épidémie qui a touché l'Italie et la Grèce.

La saison de transmission documentée en 2022 par le rapport publié le 12 décembre était la deuxième plus importante jamais enregistrée en Europe avec 1 133 infections - contre 152 l'année précédente - tandis que le record historique a été enregistré en 2018, avec 1 612 cas. Le taux de létalité de l'infection par le virus du Nil occidental reste élevé, avec 92 décès en 2022 et un taux d'hospitalisation de 86,9 % des cas confirmés.

Il n'existe actuellement aucun vaccin pour l'homme et environ 80 % des personnes infectées ne présentent que peu ou pas de symptômes.

Les oiseaux sont les hôtes naturels du virus et les moustiques sont infectés lorsqu'ils se nourrissent du sang d'oiseaux malades. Cependant, les humains et les chevaux sont des hôtes "impasse", ce qui signifie qu'après avoir contracté le virus, ils ne propagent pas l'infection.

Le nombre d'oiseaux et de chevaux positifs au virus a doublé par rapport à l'année précédente.

Originaire d'Afrique, le virus s'est éloigné des régions où il était traditionnellement répandu et on le trouve désormais sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique. Selon l'EFSA, il a atteint des régions d'Europe jusque-là épargnées, telles que le sud-ouest de la France, le nord de l'Allemagne et le sud de l'Italie.

Le virus tire son nom du district du Nil occidental en Ouganda, et non du célèbre fleuve égyptien.

"Le changement climatique entraîne une recrudescence des maladies à transmission vectorielle", explique Frank Verdonk, chef de l'unité "Dangers biologiques, santé et bien-être des animaux" de l'EFSA, ajoutant qu'une approche "One Health" ("Une seule santé") intégrant l'évaluation des risques pour l'homme et pour l'animal est la voie à suivre.

Le terme "One Health" concernait initialement les infections silencieuses chez les animaux qui pouvaient être transmises à l'homme avec des conséquences mortelles.

Le concept est désormais utilisé dans de nombreuses autres disciplines pour désigner différents remèdes holistiques permettant de faire face aux risques pour la santé publique en tenant compte du lien entre l'environnement, le climat et la santé.

La Commission européenne a été la première à adopter cette approche en lançant, dès juin 2017, le plan d'action "One Health", qui appelle à une action efficace contre la menace de la résistance aux antibiotiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le premier vaccin contre le virus Nipah dont le taux de mortalité est de 75 % mis à l'essai

Stigmatiser les homosexuels pourrait aggraver l'importante épidémie de variole du singe au Congo

Qu'est-ce que le virus Marburg et comment les voyageurs peuvent-ils s'en protéger ?