Obésité en Europe : quels sont les pays les plus touchés ?

Obésité
Obésité Tous droits réservés Canva
Par Servet Yanatma
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les données montrent qu'un Européen sur six est obèse et que plus de 50 % des adultes sont en surpoids. Les taux varient d'un pays à l'autre, mais où le problème est-il le plus grave ?

PUBLICITÉ

L'obésité constitue un défi croissant en Europe : un citoyen européen sur six est considéré comme obèse et plus de la moitié des adultes de l'UE sont en surpoids.

L'obésité est un grave problème de santé publique car elle augmente le risque de maladies chroniques telles que l'hypertension, le diabète, les maladies coronariennes et certains cancers.

En moyenne, dans l'Union Européenne, le surpoids et l'obésité réduisent l'espérance de vie de près de trois ans, selon le "Panorama de la santé" de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Des estimations récentes suggèrent également que le surpoids et l'obésité sont à l'origine de plus de 1,2 million de décès chaque année dans la région européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui comprend 53 pays.

Le rapport de l'OMS intitulé "European Regional Obesity Report 2022" montre que l'obésité est la quatrième cause de mortalité après l'hypertension artérielle, les risques alimentaires et le tabac, et qu'elle représente plus de 13 % du nombre total de décès.

L'indice de masse corporelle (IMC) est largement accepté comme la mesure la plus utile de l'obésité pour les adultes (âgés de 18 ans et plus) lorsque seules les données relatives au poids et à la taille sont disponibles.

Il s'agit d'une mesure du poids d'une personne par rapport à sa taille.

Le tableau ci-dessus présente la classification des résultats de l'IMC de l'OMS :

● < 18,50 : insuffisance pondérale ;

● 18,50 - < 25,00 : poids normal ;

● >=25,00 : surcharge pondérale ;

● >= 30,00 : obésité.

Les taux de surpoids et d'obésité diffèrent significativement selon le sexe, l'âge et le niveau d'éducation.

Alors, comment les taux d'obésité et de surpoids varient-ils à travers l'Europe ? Quels sont les pays dont les populations sont les plus obèses ? Et quelles sont les raisons de l'obésité ?

Plus de la moitié des adultes de l'UE sont en surpoids

En 2019, 44,8 % des adultes vivant dans l'UE avaient un poids normal, tandis que plus de la moitié (52,7 %) étaient en surpoids et 2,5 % en sous-poids, selon leur IMC, d'après Eurostat, l'office statistique officiel de l'UE.

La surcharge pondérale est classée en deux groupes principaux, à savoir les préobèses et les obèses. Nous les examinerons plus en détail ci-dessous.

La proportion de personnes en surpoids varie considérablement d'un pays à l'autre de l'UE.

La proportion d'adultes en surpoids est la plus élevée en Croatie et à Malte

La Croatie et Malte (64,8 % chacun) affichent la plus forte proportion de personnes en surpoids de l'UE. Près de deux personnes sur trois étaient considérées comme étant en surpoids dans ces pays.

PUBLICITÉ

Si l'on inclut l'Association européenne de libre-échange (AELE) et deux pays candidats à l'adhésion à l'UE, ils sont suivis par l'Islande, la République tchèque et la Hongrie, où le taux de surcharge pondérale est égal ou supérieur à 60 %.

Les taux de surpoids les plus faibles en Italie et en France

La plus faible proportion de personnes en surpoids a été enregistrée en Italie (45,7 %), en France (47,2 %) et au Luxembourg (48,4 %). Ce sont les seuls pays où le taux de surcharge pondérale est inférieur à 50 %.

Un adulte sur six est obèse dans l'UE

En ce qui concerne les adultes en surpoids, 16,5 % d'entre eux étaient obèses - soit environ un sur six - et 36,2 % étaient préobèses dans l'UE.

En 2019, la proportion d'obèses variait de 10,9 % en Roumanie à 28,7 % à Malte.

Au moins un adulte sur cinq était obèse dans 12 des 33 pays d'Europe.

PUBLICITÉ

L'obésité dans les "quatre grands" de l'UE et au Royaume-Uni

Le taux d'obésité était de 21 % au Royaume-Uni (données de 2017). Dans les économies dites des "quatre grands" de l'UE, l'Allemagne (19 %) affichait le taux d'obésité le plus élevé, suivie de l'Espagne (16 %), de la France (15 %) et de l'Italie (11,7 %).

La prévalence de l'obésité est en hausse

Au cours des deux dernières décennies, la prévalence de l'obésité a augmenté dans l'UE, selon le rapport de l'OCDE intitulé "Panorama de la santé : Europe 2020" de l'OCDE.

Dans les 18 pays de l'UE pour lesquels des données sont disponibles depuis 2000 environ, le taux moyen d'obésité est passé de 11 % en 2000 à 15 % en 2008, puis à 17 % en 2018.

Entre 2008 et 2017/18, le taux d'obésité a augmenté dans presque tous les pays, à l'exception de Chypre et de la Hongrie.

Au cours de cette période, quatre pays nordiques ont connu la plus forte augmentation du taux d'obésité. L'Islande (6,5 points de pourcentage, ou pp) a connu la plus forte variation, suivie de la Finlande (4,3 pp), de la Norvège (4,2 pp) et de la Suède (3,8 pp).

PUBLICITÉ

Pourquoi les taux de surpoids et d'obésité varient-ils de manière significative ?

Il n'existe pas de réponse simple pour expliquer la variance des taux. Un article intitulé "Prevalence of adult overweight and obesity in 20 European countries, 2014" (Prévalence du surpoids et de l'obésité chez les adultes dans 20 pays européens, 2014), publié dans le European Journal of Public Health, a révélé que la prévalence globale était plus élevée dans les pays d'Europe de l'Est que dans les pays d'Europe centrale et du Nord.

La prévalence du surpoids et de l'obésité est liée aux caractéristiques socio-économiques. Un faible statut socio-économique est associé à l'obésité.

"Le statut socio-économique peut influencer indirectement le statut pondéral par le biais des habitudes alimentaires, d'un bon accès aux installations d'exercice, de la connaissance de la santé et de la participation à des activités physiques", suggère l'article.

Le taux de surpoids était plus élevé chez les hommes que chez les femmes dans tous les pays

Le sexe est une variable importante pour expliquer les taux de surcharge pondérale. Le taux de surcharge pondérale était plus élevé chez les hommes que chez les femmes dans les 33 pays européens.

Dans l'UE, en 2019, 60,2 % des hommes étaient en surpoids, contre 45,7 % des femmes.

PUBLICITÉ

L'écart entre les hommes et les femmes est très variable. L'écart le plus important a été enregistré au Luxembourg (20,1 pp), suivi de la République tchèque (19,2 pp) et de Chypre (18,6 pp).

Toutefois, l'écart entre les sexes n'était pas considérable dans certains pays comme la Turquie (2 pp) et la Lettonie (3,2 pp).

La proportion de femmes obèses était plus élevée que celle des hommes dans plusieurs pays

Si l'on examine l'obésité en fonction du sexe, l'histoire est différente de celle du surpoids.

En 2019, il n'y avait pas de différence systématique entre les sexes en ce qui concerne la proportion d'hommes et de femmes obèses.

Dans l'UE, le taux d'obésité était de 16,8 % chez les hommes, tandis qu'il était légèrement inférieur chez les femmes (16,3 %).

PUBLICITÉ

C'est à Malte que la proportion d'hommes (30,6 %) et de femmes (26,7 %) obèses est la plus élevée.

Dans 11 pays sur 30, la proportion d'adultes obèses était plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

Il s'agit de la Turquie, de la Lettonie, de l'Estonie, de la Lituanie, des Pays-Bas, de la Finlande, de la France, du Portugal, du Danemark, de l'Irlande et de la Suède.

La situation des femmes obèses en Turquie et en Lettonie est frappante, car leur proportion était nettement plus élevée que celle des hommes. Ainsi, la différence entre les sexes était significativement élevée dans ces pays, respectivement 7,8 pp et 6,1 pp.

La proportion de personnes en surpoids augmente généralement avec l'âge

À l'exception des personnes âgées de 75 ans ou plus, plus le groupe d'âge est élevé, plus la proportion de personnes en surpoids est importante dans l'UE.

PUBLICITÉ

La tranche d'âge des 18-24 ans enregistrait la proportion la plus faible de personnes en surpoids (25 %), tandis que celle des 65-74 ans affichait la proportion la plus élevée (65,7 %).

Il en va de même pour le taux d'obésité (6 % contre 22 %).

Dans quelques pays, comme le Danemark, l'Irlande et la Suède, le pourcentage de surcharge pondérale était le plus élevé dans la tranche d'âge 54-64 ans, ce qui constitue de légères exceptions.

Le niveau d'éducation joue un rôle dans le surpoids et l'obésité

Une tendance claire se dégage également en ce qui concerne le niveau d'éducation. Les proportions de personnes en surpoids et obèses diminuent, à mesure que le niveau d'éducation augmente dans l'UE.

En 2019, le pourcentage d'adultes en surpoids parmi les personnes ayant un faible niveau d'éducation s'élevait à 59 %, tandis qu'il était de 54 % pour les personnes ayant un niveau d'éducation moyen et de 44 % pour les adultes ayant un niveau d'éducation élevé.

PUBLICITÉ

De même, 20 % des adultes ayant un faible niveau d'éducation, 17 % des adultes ayant un niveau d'éducation moyen et 11 % des adultes ayant un niveau d'éducation élevé étaient obèses dans l'UE.

Le niveau d'éducation est basé sur la classification internationale type de l'éducation (CITE) et se réfère à :

● Faible : enseignement préprimaire, primaire et secondaire inférieur (niveaux 0 à 2 de la CITE) ;

● Moyen : enseignement secondaire supérieur et post-secondaire non tertiaire (niveaux 3 et 4 de la CITE) ;

● élevé : enseignement supérieur (niveaux 5 à 8 de la CITE).

PUBLICITÉ

Le taux de surcharge pondérale était plus élevé chez les personnes ayant un faible niveau d'éducation que chez celles ayant un niveau d'éducation élevé dans tous les pays du tableau.

L'écart de niveau d'éducation entre les niveaux faible et élevé varie considérablement dans la population en surpoids. Il varie de 4,6 points en Norvège à 36,5 points en Turquie. Ce chiffre était de 20,8 pp dans l'UE.

L'OMS met en garde contre le fait que cet écart entraîne des inégalités supplémentaires en matière de santé et d'emploi.

Causes de l'obésité et suggestions pour enrayer la progression

L'augmentation de la prévalence de l'obésité est due à plusieurs facteurs comportementaux et environnementaux, selon le rapport de l'OCDE. Il s'agit notamment de l'urbanisation, de l'augmentation des comportements sédentaires, ainsi que de la disponibilité et de la commercialisation à grande échelle d'aliments à forte densité énergétique.

"Les groupes socialement défavorisés sont particulièrement exposés au risque d'obésité, soit parce qu'ils ont des habitudes alimentaires moins saines, soit parce qu'ils manquent d'activité physique", indique également le rapport.

PUBLICITÉ

"L'obésité est une maladie multifactorielle complexe", écrit le Dr Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, dans le rapport. Cela signifie qu'aucune intervention ne peut à elle seule enrayer la progression de l'épidémie d'obésité.

Vous pouvez facilement calculer votre IMC sur le site web du NHS et déterminer si vous êtes en surpoids.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quelles sont les conséquences du manque de sommeil ?

Inflation alimentaire : quels sont les pays européens les plus durement touchés ?

Europe : pourquoi les médecins vont mal