EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Inflation alimentaire : quels sont les pays européens les plus durement touchés ?

Les taux d'inflation réelle des denrées alimentaires varient d'un pays à l'autre
Les taux d'inflation réelle des denrées alimentaires varient d'un pays à l'autre Tous droits réservés Canva/inkdrop
Tous droits réservés Canva/inkdrop
Par Servet Yanatma
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'inflation annuelle dans l'UE a diminué, tandis que l'inflation des denrées alimentaires reste élevée, frappant les familles à faibles revenus dans toute l'Europe.

PUBLICITÉ

L'inflation dans la zone euro a ralenti depuis son pic de 10,6 % (11,5 % dans l'UE) en octobre 2022, pour atteindre 2,9 % (3,6 % dans l'UE) en octobre 2023. 

Toutefois, l'inflation des denrées alimentaires reste élevée, les consommateurs continuant à se débattre avec la crise du coût de la vie.

Par exemple, l'inflation alimentaire réelle, c'est-à-dire le taux d'inflation alimentaire moins l'inflation globale, était de 4,6 % dans la zone euro (4 % dans l'UE) en octobre 2023, ce qui a exercé une pression énorme sur les ménages à faible revenu.

En 2022, les taux d'inflation ont grimpé en flèche dans l'UE, atteignant des niveaux jamais vus au cours des quatre décennies précédentes. Entre 1997 et la fin de 2021, le taux d'inflation annuel le plus élevé de l'Union a été de 4,4 %, enregistré en juillet 2008.

Le taux d'inflation annuel des denrées alimentaires et des boissons non alcoolisées a également suivi une tendance similaire, atteignant un pic de 19,2 %, en mars 2023.

Toutefois, l'écart entre le taux d'inflation global et celui des denrées alimentaires et des boissons non alcoolisées n'a jamais été aussi important qu'au cours des 12 derniers mois.

Depuis 1997, première année de disponibilité des données d'Eurostat, le taux d'inflation réel des produits alimentaires (y compris les boissons non alcoolisées) n'a pas dépassé 3,5 % dans l'UE jusqu'à la mi-2022. Atteignant 3,9 % en août 2022, il a culminé à 10,9 % en mars 2023.

L'inflation des denrées alimentaires a dépassé l'inflation globale dans 9 pays sur 10

En octobre 2023, l'inflation annuelle des produits alimentaires et des boissons non- alcoolisées a dépassé l'inflation globale dans 33 des 37 pays européens.

Parmi les pays de l'UE, le taux annuel d'inflation réelle des produits alimentaires variait de -5,7 % en Tchéquie à 10,9 % en Belgique. La Belgique était suivie par les Pays-Bas (8,8%), la Grèce (6,6%) et l'Espagne (5,9%).

Après la République tchèque, la Hongrie (-1,6%) et la Roumanie (-0,5%) ont enregistré les taux d'inflation réelle des produits alimentaires les plus bas de l'UE.

Si l'on considère les quatre pays les plus peuplés de l'UE, le taux d'inflation réelle des produits alimentaires était inférieur à la moyenne de l'UE en Allemagne (3,7%) et en France (3,5%), mais supérieur en Espagne (5,9%) et en Italie (4,9%).

Si l'on inclut la zone européenne de libre-échange (AELE), le Royaume-Uni et les pays candidats à l'UE, la Turquie (11,0%) a enregistré le taux d'inflation réelle des produits alimentaires le plus élevé.

Comme le montre la carte ci-dessous, les chiffres de l'inflation alimentaire réelle n'indiquent pas de clivage important entre les différentes régions d'Europe, telles que les États occidentaux, nordiques, méridionaux et orientaux.

Si l'on examine le taux d'inflation des denrées alimentaires et des boissons non alcoolisées dans l'UE, les chiffres varient de 3,7 % au Danemark à 10,4 % en Grèce, en octobre 2023. La moyenne de l'UE était de 7,6 %. Il s'agit du premier taux à un chiffre depuis mai 2022.

Le taux annuel d'inflation des denrées alimentaires était supérieur à 7,5 %, dans 14 États membres de l'UE, dont la Grèce, la Belgique, l'Espagne et la France.

PUBLICITÉ

La Turquie, pays candidat à l'adhésion, a constitué une exception en matière d'inflation alimentaire, avec un taux de 72,5 % en 2022.

Quels sont les moteurs de l'inflation alimentaire ?

Selon un document préparé pour les députés européens, les principaux moteurs de l'inflation alimentaire ont été la hausse des coûts de l'énergie, qui a affecté l'ensemble de la chaîne agroalimentaire, des agriculteurs aux installations de transformation, en passant par les transports.

En outre, une offre réduite d'intrants agricoles clés, tels que les engrais et les aliments pour animaux, constitue le coût le plus élevé pour les agriculteurs.

Perturbations dues à la guerre en Ukraine

Selon la mise à jour de la Banque mondiale sur la sécurité alimentaire, datée du 9 novembre 2023, les pays européens figurent parmi les régions les plus touchées.

PUBLICITÉ

"De nombreux pays ont connu une inflation à deux chiffres des prix des denrées alimentaires, des régions comme l'Europe et l'Asie centrale étant particulièrement touchées en raison des perturbations dues à la guerre en Ukraine", souligne le rapport.

L'Ukraine est l'un des principaux producteurs et exportateurs de denrées alimentaires au monde.

Les pays les plus durement touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires

Les ménages ont des habitudes de consommation différentes en fonction de leur niveau de revenu, de leurs habitudes culturelles, et de leur situation géographique.

Ces habitudes sont mesurées par les dépenses de consommation des ménages, c'est-à-dire ce que les gens dépensent en biens et services pour satisfaire leurs besoins et leurs désirs.

PUBLICITÉ

Il s'agit de toutes les dépenses effectuées par une personne vivant seule ou par un groupe de personnes vivant ensemble dans un logement partagé et ayant des dépenses domestiques communes.

En 2021, 14,3 % des dépenses totales ont été consacrées à l'alimentation et aux boissons non alcoolisées dans l'UE.

En 2022, 25,2% des dépenses de consommation des ménages ont été consacrées à l'alimentation, y compris les boissons non alcoolisées en Roumanie, suivie de la Lituanie (20,4%), de la Bulgarie (20,1%) et de l'Estonie (19,9%).

Les parts les plus faibles de l'UE ont été observées en Irlande (8,3 %), au Luxembourg (9,0 %) et en Autriche (10,9 %).

PUBLICITÉ

La part des dépenses alimentaires est plus élevée dans les pays candidats

Si l'on inclut les pays candidats à l'UE, ils enregistrent les parts les plus élevées de dépenses alimentaires, avec 43,6% en Albanie, 32,2% en Bosnie-Herzégovine, 30,6% en Macédoine du Nord et 27,2% au Monténégro.

L'inflation réelle des denrées alimentaires est cruciale dans ces pays où la part des dépenses des ménages consacrée à l'alimentation est plus élevée. Les ménages à faibles revenus luttent pour faire face à la crise du coût de la vie qui en résulte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Obésité en Europe : quels sont les pays les plus touchés ?

Allemagne: 12 000 restaurants menacés de fermeture à cause de la hausse de la TVA

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?