Le tabagisme aurait un impact durable sur le système immunitaire, selon des scientifiques

Une personne tient une cigarette.
Une personne tient une cigarette. Tous droits réservés Canva
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des années après avoir arrêté de fumer, le tabac continue d'avoir un impact sur le système de défense de l'organisme, ont découvert des chercheurs.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, la cigarette a un impact à long terme sur le système immunitaire.

Des scientifiques de l'Institut Pasteur français ont constaté que les effets du tabac sur les défenses immunitaires de l'organisme persistent des années après l'arrêt du tabac.

L'étude a été publiée mercredi dans la revue scientifique Nature.

Les chercheurs ont entrepris d'étudier quels autres facteurs, outre l'âge, le sexe et la génétique, jouent un rôle dans la manière dont l'organisme se défend contre les envahisseurs extérieurs.

Ils ont exposé des échantillons de sang de 1 000 personnes en bonne santé à des virus et à des bactéries et ont observé leurs réponses immunitaires, en tenant compte de 136 variables, dont l'indice de masse corporelle (IMC), le tabagisme, le sommeil, l'exercice physique et d'autres facteurs.

Trois variables ressortent : le tabagisme, l'infection latente par le cytomégalovirus (un virus asymptomatique de la famille de l'herpès) et l'IMC.

Les auteurs ont expliqué que les fumeurs actuels présentaient une réponse inflammatoire accrue lorsqu'ils étaient stimulés par des bactéries, réponse qui disparaissait lorsqu'ils arrêtaient de fumer, mais que les effets du tabagisme sur les réponses des lymphocytes T, les cellules qui vous protègent contre les maladies, persistaient des années après l'arrêt du tabagisme.

Impact à long terme sur l'immunité

"Une comparaison des réponses immunitaires chez les fumeurs et les ex-fumeurs a révélé que la réponse inflammatoire revenait rapidement à des niveaux normaux après l'arrêt du tabac, tandis que l'impact sur l'immunité adaptative persistait pendant 10 à 15 ans", explique Darragh Duffy, chef de l'unité d'immunologie translationnelle de l'Institut Pasteur et dernier auteur de l'étude, dans un communiqué.

"C'est la première fois qu'il est possible de démontrer l'influence à long terme du tabagisme sur les réponses immunitaires".

Selon les chercheurs, il semble que le tabagisme entraîne des modifications durables du système immunitaire en affectant l'expression des gènes.

"Il s'agit d'une découverte majeure qui élucide l'impact du tabagisme sur l'immunité des individus sains et aussi, par comparaison, sur l'immunité des individus souffrant de diverses maladies", affirme Violaine Saint-André, biologiste à l'Institut Pasteur et auteur principal de l'étude.

Les scientifiques ont indiqué que d'autres études étaient nécessaires sur des populations plus diversifiées. D'autres recherches pourraient également permettre d'identifier les interactions entre les protéines et les gènes affectées par le tabagisme.

"Ces résultats permettent de mieux comprendre les effets du tabagisme sur la santé humaine et le rôle des effets environnementaux modifiables sur la variabilité de la réponse immunitaire", concluent les auteurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni interdit à son tour les cigarettes électroniques jetables

Portugal : une génération sans tabac en 2040

Au Royaume-Uni, les fumeurs encouragés à vapoter