This content is not available in your region

Voyages salutaires, mais casse-tête sanitaire en Europe

euronews_icons_loading
Voyageuse arrivant à Faro, au Portugal, archives, 17 mai 2021
Voyageuse arrivant à Faro, au Portugal, archives, 17 mai 2021   -   Tous droits réservés  Ana Brigida/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Taille du texte Aa Aa

Voyager en cette période de pandémie, un échappatoire salutaire, mais aussi un casse-tête sanitaire. Les restrictions, quarantaines, et tests de dépistage sont en vigueur dans la plupart des pays européens. Mais les détails exacts des protocoles varient d'un état à l'autre.

En Allemagne, l'accent est mis sur le risque potentiel que représentent les vacanciers qui reviennent du monde entier.

Toutes les personnes sont testées, indépendamment de leur provenance et de leur mode d'entrée, que ce soit par avion, voiture ou train. Si vous n'êtes pas vaccinés, une quarantaine d'au moins 5 jours est à respecter en provenance de certains pays.

Dans les aéroports allemands, les passagers interrogés dans les aéroports de Bonn et Cologne ne sont pas impressionnés par ce durcissement des mesures, même si elles sont aussi en vigueur depuis la semaine dernière au retour d'Espagne et des Pays-Bas, des destinations prisées des Allemands :

"Tout ce que vous devez faire, c'est montrer votre test Covid et votre passeport, rien d'autre", nous explique Anette Ricken.

"Nous avons également reçu un SMS indiquant que nous devions respecter les règles de quarantaine et d'autres règles" ajoute une autre touriste Olga Dimitroupas

Et finalement, pour Reinhard Hüfmeier, "un contrôle un peu plus strict n'est peut-être pas une mauvaise chose. Oui, je pense qu'on peut dire ça comme ça."

En Corse, comme dans une vingtaine d'autres départements français, les habitants et les touristes disent leur "ras-le-bol" de la réintroduction des masques à l'extérieur.

Le mesure avait été levée au niveau national le 30 juin dernier, elle vient de faire sa réapparition dans des départements entier et de manière aussi plus localisée, en fonction du taux d'incidence.

"On se dit que le gouvernement nous laisse quartier libre pour l'été, pour faire marcher l'économie, ce qui est bien en soi, notamment pour les hôteliers et les restaurateurs, le tourisme de façon générale. Et qu'après en septembre on va certainement nous reconfiner et nous dire qu'on a mal agi et qu'on a fait n'importe quoi" s'agace Alexandra.

L'extension du Pass sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants et pompiers à partir de début août en France est sensé empêcher ce reconfinement, mais il créé des remous dans la population.

Et c'est la même chose en Italie. Ce mardi, à Rome, quelques centaines de personnes ont manifesté contre le passeport numérique sanitaire, le "Green Pass", obligatoire dès la semaine prochaine. Des manifestations sont encore prévues ce jour dans une douzaine de villes italiennes.

Sources additionnelles • AFP, DPA, ANSA