Des Boeing cloués au sol après l'incident du vol d'Alaska Airlines

Cette photo publiée par le National Transportation Safety Board montre un trou béant à l'emplacement de la porte dans le fuselage du vol Alaska Airlines.
Cette photo publiée par le National Transportation Safety Board montre un trou béant à l'emplacement de la porte dans le fuselage du vol Alaska Airlines. Tous droits réservés AP/National Transportation Safety Board
Par Rebecca Ann Hughes avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Quel est le niveau de sécurité des Boeing 737 ? Des flottes d'avions sont inspectées après qu'un panneau a été arraché en plein vol.

PUBLICITÉ

Vendredi, un panneau du fuselage d'un Boeing 737 Max 9 de la compagnie Alaska Airlines a explosé sept minutes après le décollage de Portland, dans l'Oregon.

La perte rapide de pression dans la cabine a arraché les vêtements d'un enfant et fait tomber les masques à oxygène du plafond, mais par miracle, aucun des 171 passagers et des six membres d'équipage n'a été blessé.

Quelques heures après ce terrifiant incident, Alaska Airlines a annoncé qu'elle allait immobiliser l'ensemble de sa flotte de 65 Max 9 pour des inspections et des opérations de maintenance.

Mais comment ce dysfonctionnement s'est-il produit et quelle est la probabilité qu'il se reproduise ?

Pourquoi un panneau a-t-il explosé sur un avion Boeing ?

Dimanche, les enquêteurs ont déclaré avoir trouvé le morceau de fuselage qui s'est détaché de l'avion de ligne Boeing et espèrent qu'il fournira des preuves matérielles de ce qui s'est passé.

Le trou béant sur le côté de l'avion d'Alaska Airlines s'est ouvert à l'endroit où le constructeur aéronautique Boeing installe un "bouchon" pour couvrir une sortie de secours que la compagnie aérienne n'utilise pas. Ces bouchons équipent la plupart des Boeing 737 Max 9.

L'administration fédérale de l'aviation a temporairement interdit de vol ces avions jusqu'à ce qu'ils subissent des inspections de la zone entourant le bouchon de la porte.

Le National Transportation Safety Board (NTSB) a entamé une enquête qui devrait durer des mois et se concentrer sur la porte de sortie qui s'est détachée.

Un fonctionnaire fédéral a également déclaré que le Max 9 d'Alaska Airlines ne serait pas utilisé pour les vols à destination d'Hawaï après qu'un voyant d'alerte, qui aurait pu indiquer un problème de pressurisation, se soit allumé sur trois vols différents.

Alaska Airlines a décidé de limiter les vols de longue durée au-dessus de l'eau afin que l'avion "puisse revenir très rapidement à un aéroport" si le voyant lumineux réapparaissait, déclare Jennifer Homendy, présidente du NTSB.

Elle précise toutefois que le voyant de pressurisation pourrait ne pas être lié à l'incident de vendredi.

Les compagnies aériennes immobilisent leurs Boeing 737 pour des inspections de sécurité

Alaska Airlines a immobilisé l'ensemble de sa flotte de 65 Max 9 pour des inspections et de la maintenance.

La compagnie a déclaré avoir annulé 170 vols dimanche, affectant 25 000 passagers, et s'attend à ce que les annulations se poursuivent tout au long de la première moitié de la semaine.

Au début de la journée de lundi, 20 % des vols de la compagnie ont été annulés, soit 139 au total, selon le site de suivi des vols FlightAware.

United Airlines, le plus grand exploitant de Max 9 au monde, a cloué au sol l'ensemble de sa flotte de 79 Max 9 et cherche à "clarifier le processus d'inspection et les conditions de remise en service" de ces appareils.

Six autres compagnies aériennes utilisent le Max 9 : Copa Airlines (Panama), Aeromexico, Turkish Airlines, Icelandair, flydubai et SCAT Airlines (Kazakhstan), selon les services de données aéronautiques Cirium.

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) précise qu'aucune compagnie aérienne de l'UE n'utilise actuellement ce modèle d'avion dans la même configuration que le vol concerné d'Alaska Airlines et qu'aucun vol n'a donc été annulé.

Les Boeing 737 sont-ils sûrs ?

Les autorités fédérales et les dirigeants des compagnies aériennes vantent régulièrement la sécurité du transport aérien.

PUBLICITÉ

Il n'y a pas eu d'accident mortel d'un avion de ligne américain depuis 2009, lorsqu'un avion de Colgan Air exploité par Continental s'est écrasé près de Buffalo, dans l'État de New York, tuant les 49 personnes qui se trouvaient à bord et une personne au sol.

Toutefois, la multiplication des accidents évités de justesse entre avions dans les aéroports américains au cours de l'année écoulée a incité l'Administration fédérale de l'aviation (FAA) à organiser l'année dernière un "sommet de la sécurité", au cours duquel les responsables ont encouragé les compagnies aériennes et les pilotes à redoubler d'attention pour voler prudemment.

L'incident a également ravivé les questions relatives à la sécurité de l'avion Max de Boeing, qui est la version la plus récente du célèbre 737 de la société.

Deux versions de l'avion sont en service : le Max 8 et le Max 9, le plus grand des deux.

Les régulateurs du monde entier ont suspendu les vols des avions Max 8 pendant près de deux ans après le crash d'un vol Lion Air en Indonésie en 2018 et celui d'un Max 8 d'Ethiopian Airlines en 2019.

PUBLICITÉ
Cette photo publiée par le National Transportation Safety Board montre un trou béant à l'emplacement de la porte dans le fuselage du vol Alaska Airlines.
Cette photo publiée par le National Transportation Safety Board montre un trou béant à l'emplacement de la porte dans le fuselage du vol Alaska Airlines.AP/National Transportation Safety Board

Boeing a modifié un système de contrôle de vol automatisé impliqué dans les accidents.

L'année dernière, la FAA a demandé aux pilotes de limiter l'utilisation d'un système antigivre sur le Max dans des conditions sèches, car elle craignait que les entrées d'air autour des moteurs ne surchauffent et ne se détachent, risquant ainsi de heurter l'avion.

En décembre, Boeing a demandé aux compagnies aériennes d'inspecter les avions à la recherche d'un boulon desserré dans le système de commande du gouvernail.

Toutefois, ces problèmes passés n'ont rien à voir avec l'explosion de vendredi, qui est un événement extrêmement rare dans le transport aérien.

Anthony Brickhouse, professeur de sécurité aérospatiale à l'université aéronautique Embry-Riddle, estime qu'il est trop tôt pour dire si l'accident est lié à un problème spécifique aux Max 9 ou à ce vol en particulier.

PUBLICITÉ

L'expert ajoute que les passagers peuvent faire confiance aux autorités de réglementation et aux compagnies aériennes pour s'assurer que les Max 9 cloués au sol soient sûrs avant de les remettre en service.

Il précise qu'il était heureux que la situation d'urgence se soit produite peu après le décollage, alors que les passagers étaient tous assis et avaient bouclé leur ceinture de sécurité.

Cela ne signifie pas pour autant que les passagers doivent avoir peur de quitter leur siège lorsque le pilote éteint le signal "Attachez votre ceinture", car il est très peu probable que des trous s'ouvrent dans le fuselage des avions de ligne.

La société Boeing a publié une brève déclaration dans laquelle elle dit "regretter profondément l'impact que cet événement a eu sur ses clients et leurs passagers".

Boeing a déclaré qu'il soutenait la décision de la FAA d'exiger des inspections immédiates et que le fabricant apporterait une aide technique aux enquêteurs. La compagnie a toutefois refusé les demandes d'interviews.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les pilotes de ligne européens ne veulent pas d’une réduction d’équipage

L'action d'Airbus atteint un niveau record alors que Boeing traverse des turbulences

De la Finlande à l'Allemagne, pourquoi certains aéroports résistent-ils mieux à la neige que d'autres ?