EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Bolsonaro : quel impact sur les relations UE-Brésil?

Bolsonaro : quel impact sur les relations UE-Brésil?
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les reporters d'Euronews ont cherché à obtenir des réponses depuis Bruxelles et Paris.

PUBLICITÉ

Quel avenir pour les relations entre l'Union européenne et le Brésil, qui vient d'élir à sa tête Jair Bolsonaro ? Quels conséquences pour les défenseurs des droits humains ? Nos correspondants en France et en Belgique ont tenté d'avoir des réponses.

"A priori, il ne devrait pas y avoir de grands changements sur le plan économique, car Bolsonaro a promis de relancer la croissance économique au plus vite. Sur libre-échange, il ne devrait pas y avoir de tensions", estime Fanny Vrydagh est enseignante de science politique à l'Université Libre de Bruxelles.

"Par contre, sur la question des droits humains et la politique répressive que Bolsonaro a promis mettre en place, l'UE pourrait décider de prendre des sanctions si elle se rend compte qu'il y a des abus et que la situation dégénère".

"J'espère qu'il ne tiendra pas ses promesses"

En effet, la rhétorique de Jair Bolsonaro sur les minorités ethniques, les communautés indigènes, les droits des femmes ou des LGBT a révolté des militants de la liberté du monde entier, particulièrement au Brésil et en Amérique latine.

Dans les couloirs du Sommet mondial des défenseurs des droits humains" qui se tient actuellement à Paris, l'heure était à l'inquiétude.

"J'espère qu'il ne tiendra pas ses promesses", lâche Anielle Franco, activiste carioca dont la sœur, élue locale et militante antifasciste, a été assassinée en mars dernier. 

"Lorsqu'il déclare publiquement qu'il est contre les femmes noires, les pauvres, l’homosexualité ou qu'il va envoyer l'armée dans les écoles, j'ai l'impression que nous retournons à 1964. La dictature commence comme ça", poursuit-elle.

L'un des enjeux du sommet est d'alerter sur l'augmentation des attaques contre les défenseurs des droits humains. Justement, cette élection n'est pas un bon signe pour eux.

"Si la première économie d'Amérique latine, le plus grand pays d'Amérique latine, entre dans le fascisme, alors le peu de résistance qu'il y a encore dans les autres régions d'Amérique du Sud va s'effriter", déplore Claudia Samayoa, militante guatémaltèque de la UDEFEGUA.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brésil : les favelas, entre espérance et crainte

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates

Les Européens votent ce samedi dans plusieurs pays avant la grande mobilisation de dimanche