Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Iran : l'état d'esprit à Qom à l'occasion de l'Achoura

Iran : l'état d'esprit à Qom à l'occasion de l'Achoura
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Alors que le monde entier se demande s'il reste un espoir de sauver l'accord sur le nucléaire iranien et quelles seront les prochains paliers franchis par l'Iran, dans le pays, ce sont les commémorations de Tasssoua et de l'Achoura qui focalisent toute l'attention, deux jours très importants au cours du mois sacré de Mouharram, le premier mois du calendrier musulman, une période chargée de symbolisme.

À l'occasion de cette commémoration religieuse, Euronews a tendu le micro aux Iraniens de Qom, une des villes saintes du chiisme.

« Ces deux jours illustrent le fait que, quoi qu'il arrive dans le monde, nous ne devons jamais renoncer. Nous devons seulement nous incliner devant la vérité qui est liée à Dieu », confie un homme.

« C'est quelque chose que les plus anciens nous ont enseigné sur la dignité et le fait de résister, insiste un autre. Résister contre l'oppression et l'injustice. »

« En s'inspirant de l'Achoura, des pays musulmans se dressent contre d'autres pays parce qu'ils savent que leurs desseins sont justes malgré une oppression pesante », renchérit une jeune femme.

« Les ennemis de l'étranger ont décidé d'éliminer l'Islam, or notre régime est fondé sur les principes de cette religion... Donc l'impérialisme est un aspect très parlant de cette oppression mondiale. Nous devons nous élever contre cela », fustige un autre participant.

En tant que capitale religieuse de l'Iran, la ville de Qom révèle l'une des facettes les plus conservatrices du pays, qui puise son réconfort et sa force dans les valeurs religieuses et les traditions.

La question, en Iran mais aussi Occident, est de savoir quelle influence aura cette facette du pays sur les décisions futures des autorités.