DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Présidentielle en Pologne : un scrutin qui s'annonce très serré

euronews_icons_loading
Présidentielle en Pologne : un scrutin qui s'annonce très serré
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/AP
Taille du texte Aa Aa

C'est un second tour très serré qui s'annonce ce dimanche, pour l'élection présidentielle en Pologne. Le scrutin sera suivi de près, dans le pays comme à l'étranger, car au travers des deux candidats en lice, ce sont deux visions radicalement opposées de la société polonaise et de son avenir qui s'affrontent.

D'un côté, celle du président sortant Andrzej Duda (parti Droit et Justice, PIS), arrivé en tête au premier tour. Nationaliste et conservateur, il se pose en défenseur des valeurs traditionnelles, et est très populaire dans les milieux ruraux. Considéré comme un allié clé du président américain Donald Trump, il est souvent critiqué par ses partenaires européens, qui estiment que ses reformes érodent la démocratie, trois décennies à peine après la chute du communisme. Le président sortant a également été vivement critiqué pour ses propos polémiques sur les migrants ou la communauté LGBT.

Face à lui se trouve le jeune maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski, qui a créé la surprise en arrivant deuxième au premier tour de l'élection avec son parti Plate-forme civique (PO). Très populaire dans les grandes villes, il se présente comme le candidat d'une Pologne "ouverte et tolérante". "_Je serai le candidat du changemen_t", a promis Rafal Trzaskowski, dont le mot d'ordre est "On en a assez". Europhile, contrairement à son rival, il a aussi promis de restaurer les relations entre la Pologne et Bruxelles.

L'issue de ce scrutin demeure très incertaine, car de nombreux électeurs s’annonçaient encore indécis lors des derniers sondages.