DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Portugal changera-t-il de président dimanche ?

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, Lusa
euronews_icons_loading
Le président portugais sortant Marcelo Rebelo de Sousa, 7 décembre 2020
Le président portugais sortant Marcelo Rebelo de Sousa, 7 décembre 2020   -   Tous droits réservés  Manuel de Almeida/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le Portugal va élire son prochain président de la République en pleine période d'état d'urgence, un scénario sans précédent dans l'histoire de la démocratie portugaise, provoqué par la pandémie de Covid-19. Le confinement sur le territoire portugais permet la libre circulation des citoyens à des fins électorales, mais une campagne de vote anticipé sans précédent a été menée pour tenter de minimiser les rassemblements. Près de 250 000 Portugais ont déjà pu voter dimanche dernier.

Le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, chef de l'État depuis 2016, se représente. Face à lui, six candidats sont en lice pour devenir le ou la 21e président ou présidente de la République : Marisa Matias du Bloc de gauche, Tiago Mayan Gonçalves d"'Initiative libérale", André Ventura du parti d'extrême droite "Chega", Vitorino Silva du parti "Réagir, Inclure, Recycler", João Ferreira du Parti communiste et Ana Gomes, socialiste.

Une bonne entente

Le président sortant, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, a jusqu'ici cohabité sans accroc majeur avec le Premier ministre socialiste Antonio Costa, arrivé au pouvoir grâce au soutien de la gauche radicale à la fin 2015, quelques mois avant l'élection de l'actuel chef de l'Etat.

Cette alliance, une première depuis l'avènement de la démocratie en 1974, a néanmoins commencé à s'effriter suite aux élections législatives d'octobre 2019 remportées par les socialistes.

C'est à cause de la fragilité de ce rapport de forces que, par exemple, le budget de l'Etat pour 2021 a été adopté de justesse grâce à l'abstention des communistes, mais avec le rejet du Bloc de gauche.

En cas de rupture entre l'exécutif et ces deux partis, le président Marcelo Rebelo de Sousa, s'il est réélu, comme le pronostiquent tous les sondages, devrait pencher en faveur d'élections législatives anticipées, plutôt que demander aux socialistes de s'entendre avec le centre droit.

Élu au suffrage universel direct lors d'un scrutin à deux tours pour un mandat de cinq ans, le président portugais ne peut enchaîner que deux mandats consécutifs.

Mais depuis 1976, tous les présidents portugais ont été élus deux fois de suite et sont donc restés 10 ans au pouvoir.