DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Violences contre les femmes : prise de conscience dans la société britannique

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Violences contre les femmes : prise de conscience dans la société britannique
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Dans ce parc du sud de Londres que Sarah Everard a traversé il y a près d'un mois, les passants s'arrêtent pour réfléchir à sa mort qui n'a rien de naturelle. Kidnappée et tuée par un policier attaché à la sécurité de Westminster, la jeune femme de 33 ans aurait pu être la sœur ou la fille de n'importe qui.

Cette affaire de meurtre a suscité un débat sur la sécurité des femmes et sur le comportement et l'éducation des hommes dans la société britannique. Un mouvement de fond aurait été amorcé à en croire cette militante #ReclaimTheStreets, Jamie Klinger :

"Il y a eu une vague, les gens ont été galvanisés, tout le monde en parle. Là où ça a vraiment fait la différence, c'est que les gens en parlent à table, à leur fils, et sur un ton différent, ils se demandent de quelle manière ils ont pu mettre mal à l'aise les autres."

Depuis un mois, les femmes britanniques ont partagé leurs histoires sur les précautions qu'elles prennent pour se sentir ou rester en sécurité et les expériences de harcèlement qu'elles ont vécues.

Des associations militantes ont répertorié les féminicides. Il en ressort qu'au cours de la dernière décennie, une femme est assassinée par un homme tous les trois jours au Royaume-Uni.

Karen Ingala Smith, de l'organisation Feminicide Census qui a établi cette liste funèbre :

"Nous considérons la violence des hommes envers les femmes comme allant de soi et l'acceptons comme normale. Récemment, les femmes ont exprimé une colère vertueuse après le meurtre de Sarah Everard. Mais ce n'est en réalité, qu'une femme parmi tant d'autres et ces meurtres, pour une raison ou une autre, n'ont pas reçu la même attention, alors qu'ils auraient dû."

L'assassinat de Sarah, qui plus est par un policier, a engendré une réflexion tous azimuts. Une campagne de sensibilisation a vu le jour à Londres, ces panneaux d'affichage encouragent les hommes à réfléchir à la manière dont leur comportement - même involontaire - peut faire en sorte que les femmes se sentent menacées.

Camila Gurgel, créatrice de "The Good Guys Guide" explique le fond de sa démarche :

"En tant que femme, j'ai subi beaucoup de harcèlement de rue toute ma vie, depuis mon plus jeune âge. Et comme de nombreux hommes s'ouvrent et comprennent enfin à quel point cette expérience peut être terrifiante, nous avons vu qu'il y avait une opportunité de créer cet ensemble de sept règles simples que chaque homme peut suivre pour nous aider à nous sentir au moins plus en contrôle de la situation. Il s'agit de choses simples comme ne pas marcher derrière une femme, lui laisser de l'espace. Ce n'est pas quelque chose d'infaisable".

"La famille de Sarah a choisi de ne pas intervenir dans ce débat. Certaines personnes ont reproché aux militants de politiser sa mort. Cela fait maintenant un mois que Sarah a disparu et un peu plus de deux semaines que son assassinat a été confirmé. Les manifestations de chagrin et de solidarité continuent, ce mémorial improvisé montre à quel point cela a affecté les Britanniques et leur façon de penser la violence envers les femmes" selon notre correspondant sur place Tadhg Enright.