This content is not available in your region

Intense activité diplomatique pour éviter la guerre entre Occidentaux et Russes

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Le Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, lors de sa visite à Kiev (Ukraine), dans le contexte de tensions avec la Russie - 19/01/2022
Le Secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, lors de sa visite à Kiev (Ukraine), dans le contexte de tensions avec la Russie - 19/01/2022   -   Tous droits réservés  Alex Brandon/AP

Intense activité diplomatique autour de l'Ukraine. Objectif : tenter de faire baisser les tensions avec la Russie. Toutes la capitales disent vouloir éviter la guerre.

Le Secrétaire d'Etat américain est venu en personne à Kiev réaffirmer le soutien de Washington aux autorités ukrainiennes. Antony Blinken n'est pas venu les mains vides. Dans ses bagages, la promesse d'une aide de 200 millions de dollars pour contribuer à la sécurité du pays.

En Ukraine, on redoute une agression du voisin russe.

Pas sûr que ce soutien financier des Etats-Unis soit du goût du Moscou, pour qui, fournir des armes à l'Ukraine revient à menacer la Russie.

Vendredi, le chef de la diplomatie américaine s'en expliquera avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, lors d'un tête-à-tête prévu à Genève.

Je ne présenterai aucun document écrit à M. Lavrov. Nous devons évaluer où nous en sommes, et voir s'il reste des opportunités pour une poursuite du dialogue.
Antony Blinken
Secrétaire d'Etat américain

De son côté, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a dit souhaiter que ces négociations amènent la Russie à être "moins agressive et plus constructive".

L'Ukraine ne prévoit aucune opération offensive. Nous ne travaillons qu'au renforcement de nos capacités de défense.
Dmytro Kouleba
ministre ukrainien des Affaires étrangères

Moscou continue d'exiger des engagements fermes de la part des Occidentaux, notamment qu'ils n'élargissent pas l'OTAN à l'Ukraine. Washington estime que de tels engagements sont inacceptables.

Aucun signe de détente, pour l'heure

C'est toujours le temps de la diplomatie.

Ainsi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, qui assure qu'il n'y a "aucun risque qu'une guerre à plus grande échelle soit déclenchée et se déroule en Europe ou ailleurs".

Nous ne voulons et ne prendrons aucune mesure de caractère agressif.
Nous n'attaquerons pas, nous n'allons pas envahir, comme ils disent, l'Ukraine.
Sergueï Ryabkov
vice-ministre russe des Affaires étrangères

La Russie a déployé des dizaines de milliers de d'hommes et des équipements sur une partie du front est de l'Europe, comme au Bélarus. Moscou indique qu'il s'agit de soldats devant participer à des exercices d'entrainement.