This content is not available in your region

Présidentielle française : Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la rupture

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy
euronews_icons_loading
Jean-Luc Mélenchon à Nantes le 16 janvier 2022
Jean-Luc Mélenchon à Nantes le 16 janvier 2022   -   Tous droits réservés  Jeremias Gonzalez/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La crise russo-ukrainienne suscite de nombreuses réactions en France, où la campagne pour l'élection présidentielle bat son plein.

Ukraine : le "risque d'une guerre généralisée"

A gauche, Jean-Luc Mélenchon dénonce la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des Républiques séparatistes, tout en s'opposant à l'intégration de l'Ukraine à l'Otan.

Il réclame la tenue d'une Conférence sur la sécurité en Europe et en appelle au respect des frontières pour préserver la paix :

"Toucher à la carte, toucher aux frontières c'est créer un risque de guerre généralisée, comme celles qu'on a déjà connues dans la passé (...) Nous ne pouvons pas comme Français accepter, si peu que ce soit, une violation des frontières comme celle que nous sommes en train de vivre, et ça vaut, je m'empresse de le dire, non seulement pour la vieille Europe mais ça vaut aussi pour l'Afrique ou quelque autre zone du monde."

Nous ne pouvons pas comme Français accepter, si peu que ce soit, une violation des frontières comme celle que nous sommes en train de vivre.
Jean-Luc Mélenchon
Candidat "Union Populaire" à l'élection présidentielle française
Bob Edme/Copyright 2022The Associated Press. All rights reserved
Une affiche électorale de Jean-Luc Mélenchon à Saint-Jean-de-Luz (février 2022)Bob Edme/Copyright 2022The Associated Press. All rights reserved

Troisième candidature à l’Élysée

Représentant d'une gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, 70 ans, en est à sa troisième campagne présidentielle.

A un mois et demi du scrutin, il semble être le candidat le plus plébiscité par les militants de gauche : 11 % d'intentions de vote dans les sondages, c'est peu par rapport aux 19% de suffrages qu'il avait recueillis lors de la dernière élection présidentielle, où il était arrivé à la quatrième place.

Cet effritement électoral pourrait s'expliquer par la multitude de candidats à gauche qui n'ont pas réussi à se rassembler, en dépit d'une primaire populaire organisée par des militants, mais non reconnue par la plupart des présidentiables.

Un programme écologique ambitieux

Coté programme, Jean-Luc Mélenchon, qui fait campagne sous la bannière "Union populaire", propose de taxer davantage les plus riches en rétablissant l'impôt sur la fortune (ISF) et d'aider les plus défavorisés en augmentant le salaire minimum (SMIC).

En matière de climat et d'énergie, il envisage une sortie planifiée du nucléaire, remplacé par les énergies renouvelables, et des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions carbone.

Il propose aussi d'interdire le glyphosate et d'inscrire dans la Constitution le principe de "la règle verte", "selon laquelle on ne prélève pas davantage à la nature qu’elle n’est en état de reconstituer", et une "règle bleue" sur le même principe pour l'eau.

Enfin, sur l'Europe il ne défend plus l'hypothèse d'un sortie des traités, mais prône plutôt une désobéissance au cas par cas, pour pour pouvoir appliquer notamment son programme de rupture écologique, économique et sociale.