France : le président Macron face à la colère de la rue

Manifestants devant les locaux de l'opérateur boursier Euronext, à Paris, le 20 avril 2023
Manifestants devant les locaux de l'opérateur boursier Euronext, à Paris, le 20 avril 2023 Tous droits réservés GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Tous droits réservés GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pratiquement une semaine après l'approbation de la réforme des retraites, la colère ne s’estompe pas en France. Les organisations syndicales appellent à un 1er mai historique.

PUBLICITÉ

La colère contre le gouvernement français ne s'estompe pas alors que se profile la grande manifestation du 1er mai.

Pratiquement une semaine après l'approbation de la réforme contestée des retraites, plusieurs actions ont eu lieu dans le pays ce jeudi. A Paris, un groupe de manifestants a pris d'assaut l'opérateur boursier Euronext. A Lyon, les bureaux de la SNCF ont été envahis par plus d'une centaine de cheminots.

Lors d’une manifestation organisée à la centrale thermique de Gardanne, en Provence, Sophie Binet, la secrétaire générale de la CGT, a appelé à une journée de mobilisation historique le 1er mai.

"Le 1er mai sera une journée de mobilisation exceptionnelle et sans précédent. Sans précédent, parce que c'est la première fois que toutes les organisations syndicales appellent à manifester le 1er mai, donc ce sera une journée de mobilisation unitaire et populaire" a ainsi déclaré celle qui a récemment succédé à Philippe Martinez.

Pour Emmanuel Macron, les déplacements en régions se suivent et se ressemblent. Il a été une nouvelle fois pris à partie lors de sa visite dans une école du département de l'Hérault.

"C'est normal que la colère s'exprime, il faut continuer à avancer, là aussi, nous allons continuer à avancer sur les projets d'école et continuer à tenir nos engagements" a, lui, déclaré le président français depuis un établissement scolaire situé dans la commune de Ganges.

Le locataire de l’Elysée espérait apaiser les tensions liées à l'approbation de la réforme contestée des retraites, lors de sa tournée dans le pays à la rencontre de la population. Que ce soit en Alsace ou dans le sud de la France, l’objectif est loin d’être atteint.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : Emmanuel Macron rend hommage à Jean Moulin, à Lyon

Une progression des violences politiques en Europe

Que nous réserve le Festival de Cannes cette année ?