PUBLICITÉ

Immobilier : les difficultés des jeunes adultes en Irlande et en Italie

Alexander Stein
Alexander Stein Tous droits réservés Pixabay
Tous droits réservés Pixabay
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Dans cette série en trois parties, Euronews enquête sur les raisons pour lesquelles les jeunes adultes en Irlande et en Italie ont du mal à accéder à la propriété ou à payer un loyer dans un contexte de crise du coût de la vie.

PUBLICITÉ

Sophie fait partie des 350 000 jeunes adultes irlandais âgés de 20 à 35 ans qui vivent encore dans la maison familiale. Comme de nombreux Irlandais, cette cadre marketing de 28 ans, originaire de Galway, est exclue du marché du logement.

Ce problème n'est pas propre à l'Irlande. Selon Eurostat, environ 67 % des personnes âgées de 16 à 29 ans en Europe vivent chez leurs parents ou des membres de leur famille. Et pour certains, ce n'est pas une question de choix.

Sophie explique que la hausse de l'inflation et la crise du coût de la vie sont en grande partie responsables de cette situation : "C'est tellement frustrant, j'ai un master, un bon salaire et, comme beaucoup de mes amis, j'économise pour acheter une maison. Mais j'ai dû retourner vivre chez mes parents parce que j'avais du mal à économiser de l'argent, sans parler du loyer."

L'accessibilité financière est un problème majeur. Il y a deux ans, par exemple, les taux d'intérêt, en particulier ceux fixés par la Banque centrale européenne, étaient encore à des niveaux historiquement bas.

"Mais aujourd'hui, nous assistons à des situations où, trimestre après trimestre, la BCE augmente ses taux d'intérêt d'au moins un demi-point de base", explique Ciarán Lynch, ancien membre du Parlement irlandais, à Euronews.

Le plus ironique dans tout cela, c'est que les loyers payés sont probablement supérieurs à ce que coûterait un prêt pour l'achat d'un bien immobilier, mais en raison de la nature du marché, les gens n'ont pas accès aux prêts.
Ciarán Lynch
Ancien membre du Parlement irlandais

Le point crucial du prêt immobilier

Le prix moyen des maisons en Irlande étant 94 % plus élevé que dans les autres pays de l'UE, la situation de Sophie n'est peut-être pas surprenante.

Pour pouvoir bénéficier d'un prêt immobilier en Irlande, les primo-accédants ne peuvent emprunter plus de quatre fois leur revenu annuel brut. Un éventuel prêt est également plafonné à 90 % de la valeur d'un bien immobilier.

Or, les prix de l'immobilier dans le pays ont augmenté de 537 % depuis 1988 et ne correspondent pas aux revenus actuels.

Selon le géant des solutions de recrutement Morgan McKinley, les professionnels irlandais perçoivent un salaire moyen de 45 000 euros. Cependant, l'Office central des statistiques irlandais (CSO) a récemment révélé que le prix moyen d'un logement en Irlande atteignait le chiffre record de 359 000 euros.

Par conséquent, le montant maximum que peut emprunter un primo-accédant célibataire avec un salaire de 45 000 euros est de 180 000 euros, soit un peu plus de la moitié du prix moyen d'un logement.

Euronews
Evolution des prix de l'immobilier en Europe, entre 2010 et 2022.Euronews

Irlande et Italie, différents problèmes

Alors que les prix des logements et des loyers augmentent généralement dans l'ensemble de l'Union européenne, les prix de l'immobilier ont baissé ces dernières années dans certains pays de l'UE. L'Italie, par exemple, a connu un boom jusqu'à la crise financière de 2008, puis le coût de l'immobilier a régulièrement baissé. Selon Eurostat, les prix étaient inférieurs de 8 % en 2022 par rapport à 2010.

Si les loyers ont augmenté en Italie, les différences sont marginales par rapport à l'Estonie, la Lituanie ou l'Irlande, où le loyer mensuel moyen s'élevait à 1 733 euros en décembre 2022, soit 126 % de plus qu'en 2011.

Si les prix de l'immobilier en Italie sont plus attractifs pour les acheteurs potentiels, cela se traduit-il par des niveaux plus élevés de propriété chez les jeunes adultes italiens ? Au contraire, le pourcentage de jeunes adultes vivant chez leurs parents est plus élevé en Italie qu'en Irlande.

Quels sont donc les moteurs de cette tendance dans les deux pays ?

Manque de logements en Irlande

Alors que le salaire brut moyen en Irlande est considérablement plus élevé qu'en Italie, les logements disponibles y sont peu nombreux.

"En 2010, 24 000 biens locatifs étaient annoncés sur Daft (le principal site immobilier irlandais) chaque jour de l'année. Si l'on compare cela aux chiffres récents, on constate qu'il n'y avait que 700 biens disponibles dans tout le pays", alerte Mark Rose, directeur général de Rose Properties, à Cork.

"Aujourd'hui, nous avons environ 3 % de ce qui était disponible en 2010. Des milliers de logements locatifs doivent être mis sur le marché aujourd'hui, demain ou dès que possible. Il y a un besoin urgent, très urgent", poursuit-il.

La disponibilité limitée des biens augmente la demande et exerce une forte pression sur les loyers et les acheteurs potentiels.

PUBLICITÉ

Roy Dennehy, directeur général de Dennehy Auctioneers, estime que "le marché de la location en Irlande est totalement dysfonctionnel. Nous avons mis une maison en location il y a deux semaines à 12h55 et à 13h20, nous avions reçu 90 courriels de demandes de renseignements".

"Nous avons besoin de milliers d'appartements supplémentaires dans les villes pour répondre à la demande. L'Irlande est victime de son succès. Beaucoup de gens veulent venir vivre et travailler dans ce pays et sont attirés par le style de vie, mais notre population augmente également et nous ne pouvons pas suivre", analyse Roy Dennehy.

L'Office central des statistiques a annoncé que la population irlandaise avait augmenté de 88 800 personnes entre avril 2021 et avril 2022, ce qui représente la plus forte augmentation de la population sur 12 mois depuis 2008. Elle est en grande partie due à une hausse de 445 % de la migration et, selon Roy Dennehy, l'investissement direct étranger fait partie de cette tendance. "90% des demandes que je reçois actuellement pour un nouveau projet immobilier dans la ville de Carrigaline, à Cork, proviennent de non-nationaux, et 90% d'entre eux ne sont pas ressortissants de l'Union européenne".

"Les professionnels qui viennent ici ont de bons emplois, ils sont bien payés et ils aiment ce pays".

Mais l'ancien député Ciarán Lynch, qui a présidé la commission des finances, des dépenses publiques et de la réforme en octobre 2012, affirme que les étrangers qui ont de "l'argent à brûler" rencontrent également des problèmes.

PUBLICITÉ

"L'investissement direct étranger est un élément très, très important du modèle économique irlandais. Et la création d'emplois est devenue un problème parce que ce n'est pas que les emplois ne sont pas là, mais les maisons ne sont pas réellement là pour les employés lorsqu'ils obtiennent ces emplois."

Euronews
Comparatif de l'évolution des prix de l'immobilier en Italie et en Irlande.Euronews

Le difficile marché du travail italien

"L'immobilier est peut-être moins cher en Italie, mais le problème réside dans la stagnation du marché du travail dans le pays", explique Mimmo Parisi, un professeur de sociologie de l'Université du Mississippi, et conseiller principal pour le développement de la science des données en Europe.

"Tout le monde cherche le travail de rêve en Italie et les professionnels ne bougent pas beaucoup. Une fois qu'ils ont trouvé ce poste, ils le gardent, souvent pour la vie. Par conséquent, il y a moins d'offres d'emploi et il est difficile pour les jeunes adultes d'entrer sur le marché du travail".

Le taux de chômage élevé chez les jeunes en Italie est un facteur important. Selon l'institut national italien de statistiques, l'ISTAT, le taux de chômage des jeunes (âgés de 15 à 24 ans) était de 22,9 % en janvier 2023, soit près de huit points de plus que la moyenne de l'Union européenne (15,1 %). En conséquence, les jeunes Italiens sont moins indépendants financièrement.

"Si l'on ajoute à cela les contrats de travail douteux, la faible croissance des salaires et les bas salaires, il est facile de comprendre pourquoi les jeunes Italiens restent coincés chez eux malgré la baisse des prix de l'immobilier. Il est également difficile pour les diplômés de l'université d'obtenir une expérience professionnelle pertinente à court terme alors que le marché du travail est favorable à une main-d'œuvre vieillissante", détaille Mimmo Parisi.

PUBLICITÉ

Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l'Italie est le seul pays européen où les salaires ont baissé entre 1990 et 2020. Tous les autres États membres ont connu une hausse, la Lituanie en tête avec une augmentation de 276,3 %.

"De nombreux étudiants restent à l'université un peu plus longtemps lorsqu'ils sont à la recherche de l'emploi de leurs rêves, qui, comme nous l'avons appris, est difficile à trouver. Cela oblige les jeunes adultes à dépendre davantage de leurs parents jusqu'à ce que cela se produise", explique Mimmo Parisi.

Les banques constituent un autre obstacle pour les jeunes Italiens. Une banque italienne n'approuvera pas un prêt immobilier sans un CDI, ce qui crée un obstacle supplémentaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Europe : les prix de l'immobilier en baisse pour la première fois depuis près de dix ans

En Géorgie, les prix de l'immobilier explosent avec l'arrivée des émigrés russes

Alertes aux crues en Europe : la Moselle en France, le nord de l'Italie et la Slovénie impactés